FILE - Smoke rises following an Israeli airstrike on buildings near the separating wall between Egypt and Rafah, southern Gaza Strip, Tuesday, May 7, 2024.

Jean Delaunay

Les combats font rage à Gaza malgré la décision de la CIJ. L’offensive israélienne doit cesser

Le Conseil de sécurité de l’ONU a, quant à lui, approuvé une résolution condamnant les attaques contre les travailleurs humanitaires et le personnel de l’ONU.

De la fumée s’est élevée à travers Gaza alors qu’Israël poursuivait son offensive contre le Hamas vendredi.

Ceci malgré un arrêt de la Cour internationale de Justice (CIJ) selon lequel l’offensive militaire israélienne à Rafah doit cesser immédiatement.

Le plus haut tribunal des Nations Unies (ONU) a également statué que le poste frontière de Rafah devait être rouvert aux livraisons d’aide, mais les juges n’ont pas ordonné un cessez-le-feu complet dans toute l’enclave palestinienne.

Israël s’est emparé du point de passage clé avec l’Egypte début mai lorsqu’il a lancé ce que les responsables américains ont qualifié d’opération « limitée » visant à étouffer les lignes d’approvisionnement du Hamas.

L’ambassadeur de Palestine auprès de l’ONU, Riyad Mansour, sur la décision de la CIJ

Les nouvelles mesures provisoires font partie d’une plainte déposée l’année dernière par l’Afrique du Sud accusant Israël d’avoir commis un génocide lors de sa campagne à Gaza.

La décision de la CIJ a été saluée par l’ambassadeur de Palestine à l’ONU.

« Nous pensons que les mesures provisoires de la CIJ ont également demandé l’arrêt de toutes les opérations militaires dans la bande de Gaza et l’arrêt de ces crimes et crimes potentiels de génocide contre notre peuple dans la bande de Gaza », a déclaré Riyad Mansour.

Mais les Palestiniens déplacés à Gaza ont exprimé leur frustration face à la décision de la CIJ qui a seulement ordonné la fin des opérations militaires israéliennes à Rafah.

« Ce ne sont pas seulement les habitants de Rafah qui souffrent. Nous, les habitants du nord, avons été déshonorés et humiliés. Nous exigeons un réexamen de cette décision et un examen de la demande de cessez-le-feu dans toutes les zones de la bande de Gaza. Rafah n’est pas la seule zone touchée », a déclaré la Palestinienne Nadia Al Debis.

Plus de 900 000 personnes ont été déplacées de Rafah au cours des deux dernières semaines, nombre d’entre elles n’ayant que peu ou pas accès à la nourriture, à l’eau ou à un abri. Un grand nombre de personnes y ont fui en raison des combats intenses dans le nord et des ordres d’évacuation israéliens.

Mais il est peu probable qu’Israël, qui a critiqué la décision, se conforme à la décision du tribunal.

Les arrêts de la CIJ sont officiellement contraignants mais ont été auparavant ignorés car la cour n’a aucun pouvoir d’exécution. La Russie, à qui l’on a ordonné en 2022 de mettre un terme à son invasion à grande échelle de l’Ukraine, n’a pas encore répondu à cette décision.

Des journalistes prennent des photos de l'équipe juridique israélienne à la Cour internationale de Justice à La Haye, le 24 mai 2024.
Des journalistes prennent des photos de l’équipe juridique israélienne à la Cour internationale de Justice à La Haye, le 24 mai 2024.

Parallèlement, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé une résolution condamnant les attaques contre les travailleurs humanitaires et le personnel de l’ONU.

Le vote a été de 14 contre 0, la Russie s’abstenant.

La résolution parrainée par la Suisse exprime sa profonde préoccupation face au nombre croissant d’attaques et de menaces contre le personnel de l’ONU et le personnel humanitaire ainsi qu’au mépris et aux violations du droit international humanitaire par les combattants.

Les autorités sanitaires palestiniennes affirment que le nombre de morts à Gaza s’élève désormais à au moins 35 000. La plupart des personnes tuées étaient des femmes ou des enfants.

Laisser un commentaire

5 × 1 =