Les banques européennes accumulent des réserves élevées malgré des remboursements en plein essor

Milos Schmidt

Les banques européennes accumulent des réserves élevées malgré des remboursements en plein essor

Les fonds d’urgence des banques européennes restent élevés tandis que les actionnaires continuent de profiter des taux d’intérêt élevés.

Les réserves de capitaux, qui constituent des réserves de liquidités détenues par les banques, sont bien garnies dans l’Union européenne.

Les fonds d’urgence rassemblés par les dix plus grandes banques du bloc dépassent de 141,8 milliards d’euros les niveaux minimum requis par les régulateurs, selon les calculs de Bloomberg.

Cela se compare à l’excédent de 146,5 milliards d’euros de l’année dernière.

Dans un rapport de l’ABE publié cette semaine, l’Association bancaire européenne (ABE) a également examiné les tendances en matière de résilience au cours de l’année jusqu’en juin 2023, déclarant : « La marge de manœuvre des banques au-dessus des exigences est restée à des niveaux confortables. »

Des coussins de fonds propres ont été introduits après la crise financière de 2008 pour garantir un système bancaire mondial plus solide, et l’une des exigences est que les banques doivent avoir un ratio CET1 minimum.

Un ratio de fonds propres de base de catégorie 1 (CET1) examine le montant des fonds propres de base dont dispose la banque par rapport à ses actifs pondérés en fonction des risques. En vertu de la réglementation connue sous le nom d’accords de Bâle, les banques sont tenues d’avoir un ratio CET1 d’au moins 6 %.

Cela garantit qu’ils peuvent être suffisamment préparés aux chocs financiers.

« Les ratios de fonds propres du secteur bancaire de l’UE ont atteint de nouveaux sommets historiques en juin 2023, les banques ayant déclaré un ratio CET1 moyen de 16,0 % », indique le nouveau rapport de l’ABE.

Pourtant, même si leurs caisses d’urgence étaient pleines, les banques n’ont pas non plus lésiné sur les récompenses pour les actionnaires.

En 2022, les versements de dividendes et les rachats d’actions ont atteint des niveaux records, les banques ayant distribué près de 63 milliards d’euros aux actionnaires.

C’est en hausse par rapport aux 48 milliards d’euros prévus début 2022.

Des versements importants aux actionnaires ont été partiellement possibles en 2022 grâce aux taux d’intérêt élevés, qui ont permis aux banques d’engranger d’importants bénéfices sur les prêts, mais les effets durables des taux élevés pourraient désormais se faire sentir.

En raison des coûts d’emprunt élevés, les prêts continuent de ralentir, ce qui pourrait affecter la rentabilité à l’avenir.

Avec le ralentissement de l’inflation, beaucoup espèrent néanmoins que la Banque centrale européenne réduira ses taux au début de l’année prochaine.

La prochaine réunion de la BCE sur les taux d’intérêt aura lieu demain, mais les analystes s’attendent à une décision inchangée.

Laisser un commentaire

20 + dix-sept =