French far right leader Marine Le Pen arrives to vote, Sunday, June 30, 2024 in Henin-Beaumont, northern France.

Jean Delaunay

Le vote commence pour les élections françaises avec l’extrême droite plus forte que jamais

Ce résultat pourrait placer le gouvernement français entre les mains de forces nationalistes d’extrême droite pour la première fois depuis l’ère nazie.

Les électeurs de toute la France métropolitaine ont commencé à voter dimanche lors du premier tour d’élections législatives exceptionnelles qui pourraient placer le gouvernement français entre les mains de forces nationalistes d’extrême droite pour la première fois depuis l’ère nazie.

Le résultat des élections à deux tours, qui se termineront dimanche prochain, pourrait avoir un impact sur les marchés financiers européens, le soutien occidental à l’Ukraine, l’arsenal nucléaire et la gestion de la force militaire mondiale.

De nombreux électeurs français sont frustrés par l’inflation et les préoccupations économiques, ainsi que par le leadership du président Emmanuel Macron, qu’ils considèrent comme arrogant et déconnecté de leur vie. Le parti anti-immigration du Rassemblement national de Marine Le Pen a exploité et alimenté ce mécontentement, notamment via des plateformes en ligne comme TikTok, et a dominé tous les sondages d’opinion pré-électoraux.

Une nouvelle coalition de gauche, le Nouveau Front populaire, représente également un défi pour Macron, pro-business, et son alliance centriste Ensemble pour la République.

Le Premier ministre français Gabriel Attal arrive pour voter pour le premier tour des élections législatives à Vanves, près de Paris, le dimanche 30 juin 2024.
Le Premier ministre français Gabriel Attal arrive pour voter au premier tour des élections législatives à Vanves, près de Paris, le dimanche 30 juin 2024.

Il y a 49,5 millions d’électeurs inscrits qui choisiront 577 membres de l’Assemblée nationale, l’influente chambre basse du Parlement français, lors du scrutin à deux tours.

Le taux de participation à la mi-journée au premier tour s’est établi à 25,9%, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, en hausse par rapport aux législatives de 2022 à cette heure-ci. Il était de 18,43% à la mi-journée il y a deux ans.

Macron a voté dans un bureau de vote à Paris avec son épouse, Brigitte Macron. Plus tôt, Marine Le Pen, leader du Rassemblement national renaissant en France, avait voté dans le fief de son parti, dans le nord de la France.

Le vote a lieu pendant la traditionnelle première semaine des vacances d’été en France, et les demandes de vote par correspondance ont été au moins cinq fois plus élevées que lors des élections de 2022.

Les électeurs qui se sont rendus en personne dans un bureau de vote à Paris dimanche avaient à l’esprit des problèmes allant de l’immigration à l’inflation et à la hausse du coût de la vie, alors que le pays est de plus en plus divisé entre les blocs d’extrême droite et d’extrême gauche avec un président profondément impopulaire et affaibli. au centre politique.

« Les gens n’aiment pas ce qui se passe », a déclaré Cynthia Justine, une électrice de 44 ans à Paris. « Les gens ont le sentiment d’avoir beaucoup perdu ces dernières années. Les gens sont en colère. Je suis en colère. »

Elle a ajouté qu’avec « la montée des discours de haine », il était nécessaire que les gens expriment leur frustration envers ceux qui détiennent et recherchent le pouvoir et votent.

Des gens font la queue pour voter à Strasbourg, dans l'est de la France, le dimanche 30 juin 2024.
Des gens font la queue pour voter à Strasbourg, dans l’est de la France, le dimanche 30 juin 2024.

« C’est important pour moi parce que je suis une femme et que nous n’avons pas toujours eu le droit de vote », a déclaré Justin. « Parce que je suis une femme noire, c’est encore plus important. Il y a beaucoup en jeu ce jour-là. »

Pierre Leclaer, un retraité de 78 ans, explique avoir voté pour la simple et bonne raison « d’essayer d’éviter le pire », qui est pour lui « un gouvernement d’extrême droite, populiste, pas libéral et pas très républicain ».

Macron a convoqué des élections anticipées après que son parti ait été battu lors des élections au Parlement européen plus tôt en juin par le Rassemblement national, qui a des liens historiques avec le racisme et l’antisémitisme et est hostile à la communauté musulmane de France. C’était un pari audacieux que d’inciter les électeurs français qui étaient complaisants à l’égard des élections européennes à se joindre aux forces modérées lors d’élections nationales visant à maintenir l’extrême droite hors du pouvoir.

Les sondages préélectoraux suggèrent plutôt que le Rassemblement national gagne du terrain et a une chance de remporter une majorité parlementaire. Dans ce scénario, Macron devrait nommer le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, 28 ans, au poste de Premier ministre dans un système de partage du pouvoir maladroit connu sous le nom de « cohabitation ».

Bien que Macron ait déclaré qu’il ne démissionnerait pas avant l’expiration de son mandat présidentiel en 2027, la cohabitation l’affaiblirait sur le plan national et sur la scène internationale.

Le président français Emmanuel Macron, à droite, dépose son bulletin de vote pour le premier tour des élections législatives anticipées françaises, au Touquet-Paris-Plage, dans le nord de la France.
Le président français Emmanuel Macron, à droite, vote au premier tour des élections législatives anticipées françaises, au Touquet-Paris-Plage, dans le nord de la France.

Les résultats du premier tour donneront une idée du sentiment général des électeurs, mais pas nécessairement de la composition globale de la prochaine Assemblée nationale. Les prévisions sont extrêmement difficiles en raison de la complexité du système électoral et du fait que les partis travailleront entre les deux tours pour conclure des alliances dans certaines circonscriptions ou se retirer dans d’autres.

Par le passé, de telles manœuvres tactiques avaient permis d’écarter les candidats d’extrême droite du pouvoir. Mais aujourd’hui, le soutien au parti de Marine Le Pen s’est étendu et s’est étendu.

Bardella, qui n’a aucune expérience de gouvernement, affirme qu’il utiliserait les pouvoirs de Premier ministre pour empêcher Macron de continuer à fournir des armes à longue portée à l’Ukraine pour la guerre avec la Russie. Son parti a des liens historiques avec la Russie.

Le parti remet également en question le droit à la citoyenneté des personnes nées en France et souhaite restreindre les droits des citoyens français ayant la double nationalité. Les critiques estiment que cela porte atteinte aux droits humains fondamentaux et constitue une menace pour les idéaux démocratiques de la France.

Pendant ce temps, les promesses de dépenses publiques colossales du Rassemblement national et surtout de la coalition de gauche ont ébranlé les marchés et suscité des inquiétudes concernant la lourde dette de la France, déjà critiquée par les organismes de surveillance de l’UE.

Laisser un commentaire

4 × un =