Eurogroup finance ministers sign an EU flag during a round table meeting of eurogroup finance ministers in Luxembourg, Monday, Oct. 9, 2017.

Jean Delaunay

Le secteur manufacturier de la zone euro atteint son plus bas niveau depuis six mois suite au ralentissement des nouvelles commandes

Les exportations et l’emploi ont également ralenti, tandis que les coûts des intrants étaient en hausse, contribuant ainsi à la baisse de la production.

Les estimations préliminaires de l’indice des directeurs d’achats manufacturiers (PMI) de la zone euro HCOB pour juin ont été révélées vendredi matin, s’établissant à 45,6, selon S&P Global. Il s’agit d’un plus bas niveau depuis six mois, ainsi que d’une baisse considérable par rapport aux 47,3 de mai.

Cependant, étant donné que le chiffre de juin est toujours inférieur à 50, le secteur manufacturier de la zone euro est toujours considéré comme en contraction, alors qu’un chiffre supérieur à 50 signifierait une croissance.

Juin a été le 15e mois consécutif de contraction, principalement en raison des nouvelles commandes, de l’emploi et des chiffres des exportations en retard. Plusieurs entreprises ont également été confrontées à une hausse accrue des coûts de leurs intrants, tandis que les prix de vente ont été quelque peu freinés.

Les prix de vente ont baissé au rythme le plus lent depuis 14 mois. La confiance des constructeurs s’est également considérablement détériorée en ce qui concerne les perspectives pour les prochains mois.

L’indice PMI des services de la zone euro HCOB a également été publié vendredi matin, s’établissant à 52,6, en baisse par rapport aux 53,2 de mai. Il s’agit du cinquième mois consécutif de croissance, mais il s’agit toujours du chiffre le plus bas des trois derniers mois.

Dans le secteur des services, les nouvelles affaires ont augmenté plus rapidement, mais les commandes à l’exportation sont toujours en baisse. Les embauches ont également été robustes, les prix de vente et les coûts des intrants étant également en hausse. Toutefois, les prix de vente ont augmenté à leur plus bas niveau depuis plus de trois ans. La confiance des entreprises a plongé à son plus bas niveau depuis janvier 2024.

En ce qui concerne l’indice PMI composite HCOB, le chiffre de juin est tombé à 50,8, contre 52,2 en mai, et bien en dessous des prévisions des analystes de 52,5. Il s’agit néanmoins du quatrième mois consécutif de croissance de l’activité économique privée.

Cela s’explique principalement par la croissance du secteur des services qui, bien que de moindre ampleur ce mois-ci, a néanmoins suffi à compenser le ralentissement du secteur manufacturier. Sur une base globale, les nouvelles commandes ont diminué pour la première fois en quatre mois, principalement en raison du ralentissement de la demande d’exportation et du fait que les entreprises résorbent plus rapidement leurs retards.

L’emploi dans les secteurs manufacturiers et des services de la zone euro a également augmenté au taux le plus bas depuis mars 2024. L’inflation des coûts des intrants était également à son plus bas niveau en 2024.

Concernant les perspectives de croissance économique pour cette année, la Commission européenne a déclaré dans ses prévisions économiques du printemps 2024 : « La croissance de l’activité économique cette année et l’année prochaine devrait être largement tirée par une expansion régulière de la consommation privée, alors que les salaires réels et l’emploi se maintiennent. La croissance soutient une augmentation des revenus réels disponibles. Une forte propension à épargner freine toutefois encore la consommation privée.

« En revanche, la croissance des investissements semble ralentir. Entraînée par le cycle négatif de la construction résidentielle, elle ne devrait se redresser que progressivement. Même si les conditions de crédit devraient s’améliorer au cours de l’horizon de prévision, les marchés s’attendent désormais à une baisse des taux d’intérêt légèrement plus graduelle qu’en hiver.»

Laisser un commentaire

4 + 7 =