A selection of UK national newspapers displayed in a newsstand in London. April 5, 2023.

Milos Schmidt

Le Royaume-Uni envisage d’interdire la propriété étrangère des journaux

Le projet de loi fait suite à une offre soutenue par les Émirats arabes unis pour le rachat du journal The Daily Telegraph et du magazine The Spectator.

Le gouvernement britannique cherche à limiter l’influence des États étrangers sur les médias du pays suite à la tentative d’une société d’investissement soutenue par les Émirats arabes unis de reprendre deux publications nationales.

Lors d’un débat à la Chambre des Lords mercredi soir, le ministre des Médias Stephen Parkinson a déclaré que le gouvernement proposerait un amendement au « Digital Markets, Competition and Consumers Bill » actuellement en cours d’examen au Parlement.

L’amendement empêcherait la propriété d’États étrangers dans les journaux et les magazines d’information, même s’il devrait encore être approuvé par la Chambre des Lords et la Chambre des Communes avant d’entrer en vigueur.

La législation s’appliquerait uniquement aux États étrangers, ce qui signifie que les particuliers et les entreprises étrangers pourraient toujours posséder des journaux et magazines britanniques.

« La liberté de la presse est fondamentale pour le fonctionnement d’une démocratie », a déclaré Parkinson. « Ce que signifie la liberté de la presse, c’est la liberté à l’égard du gouvernement. »

Le projet de loi est une réaction à une offre de 600 millions de livres sterling (703 millions d’euros) de RedBird IMI pour acquérir le journal britannique The Daily Telegraph et le magazine d’information The Spectator.

RedBirdIMI, dont le vice-premier ministre des Émirats arabes unis, Cheikh Mansour, détient une participation de 75 %, a réalisé plusieurs acquisitions au Royaume-Uni ces dernières années.

Notamment, la société a accepté d’acheter la maison de production télévisuelle britannique All3Media en février, et Cheikh Mansour détient également une participation majoritaire dans le club de football de Manchester City.

Réagissant à l’amendement prévu dans un communiqué, RedBird IMI s’est dit « extrêmement déçu » et a fait valoir que l’industrie des médias du Royaume-Uni méritait davantage d’investissements.

« Nous allons maintenant évaluer nos prochaines étapes, les intérêts commerciaux restant la seule priorité », a-t-il déclaré.

Le rédacteur en chef du Spectator, Fraser Nelson, a en revanche salué la décision du gouvernement.

« Si les gouvernements commencent à posséder des journaux, qu’il s’agisse de gouvernements britanniques, de gouvernements européens ou d’un gouvernement arabe, la liberté de la presse sera fatalement compromise », a-t-il déclaré à Sky News.

« Dans le journalisme, l’une des maximes est de suivre l’argent et si cet argent mène au gouvernement d’Abou Dhabi, alors vous avez un gros problème en matière de liberté de la presse », a ajouté Nelson.

The Spectator et The Daily Telegraph sont tous deux des médias politiquement conservateurs, et ce dernier en particulier est souvent considéré comme le porte-parole du parti conservateur britannique.

Cette prise de pouvoir a été largement critiquée par les politiciens conservateurs, davantage que par ceux de gauche de la division politique.

La vente des deux publications a été soumise au régulateur britannique des médias Ofcom et à l’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) en novembre de l’année dernière.

La secrétaire à la Culture, Lucy Frazer, a reçu les conclusions lundi et elle doit maintenant décider si elle doit ouvrir de nouvelles enquêtes.

Alors que l’accord RedBird IMI reste dans les limbes, d’autres soumissionnaires restent les bras croisés.

Les prétendants de premier plan incluent le magnat de GB News, Paul Marshall, les propriétaires du Daily Mail, DMGT, et News UK de Rupert Murdoch.

Laisser un commentaire

quatre × 4 =