Keeper Zachariah Mutai attends to Fatu, one of only two northern white rhinos left in the world, in the pen at the Ol Pejeta Conservancy in Laikipia county in Kenya.

Milos Schmidt

Le premier transfert réussi d’embryons par FIV chez des rhinocéros pourrait sauver une espèce de l’extinction

La première grossesse réussie par FIV chez un rhinocéros laisse espérer que les scientifiques pourront sauver le rhinocéros blanc du Nord de l’extinction.

Les scientifiques espèrent que la première grossesse d’un rhinocéros après un transfert d’embryon pourrait ouvrir la voie à la sauvegarde de la sous-espèce de rhinocéros blanc du Nord, presque éteinte.

La méthode a été testée sur une autre sous-espèce de rhinocéros, les chercheurs ayant réussi à créer un embryon de rhinocéros blanc du sud en laboratoire.

Des scientifiques et des vétérinaires ont transféré deux embryons de rhinocéros blanc du sud à une mère porteuse dans une réserve au Kenya et ont confirmé une grossesse de 70 jours.

Ce succès leur permet de « passer désormais en toute sécurité au transfert d’embryons de rhinocéros blanc du Nord – une pierre angulaire de la mission visant à sauver le rhinocéros blanc du Nord de l’extinction », a déclaré mercredi le groupe dans un communiqué.

Il ne reste plus que deux rhinocéros blancs du Nord dans le monde.

Najin, 34 ans, et sa progéniture de 23 ans, Fatu, sont toutes deux incapables de se reproduire naturellement, selon le Conservatoire d’Ol-Pejeta où ils vivent.

Les femelles rhinocéros blancs du Nord Fatu, à droite, et Najin, à gauche.
Les femelles rhinocéros blancs du Nord Fatu, à droite, et Najin, à gauche.

Le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, Soudan, avait 45 ans lorsqu’il a été euthanasié en 2018 en raison de complications liées à l’âge. C’était le père de Najin.

Les scientifiques ont stocké son sperme et celui de quatre autres rhinocéros morts, dans l’espoir de les utiliser par fécondation in vitro (FIV) avec des œufs récoltés sur des femelles de rhinocéros blancs du nord pour produire des embryons qui seront éventuellement portés par des mères porteuses de rhinocéros blancs du sud.

Une trentaine d’embryons de rhinocéros blancs du Nord ont été cryoconservés à Berlin, en Allemagne, et à Crémone, en Italie.

Une mère porteuse de rhinocéros est décédée

L’équipe a appris la grossesse après le décès de la mère porteuse du rhinocéros blanc du sud, Curra, en novembre 2023.

Le rhinocéros a été infecté lorsque des spores de la souche Clostridium ont été libérées du sol par les eaux de crue, et l’embryon a été découvert lors d’une autopsie.

« En janvier 2024, l’analyse de l’ADN du fœtus a confirmé que la grossesse résultait du transfert d’embryon », selon un communiqué de l’Institut Leibniz pour la recherche sur les zoos et la faune sauvage.

Les scientifiques sont très optimistes quant à leurs découvertes.

« Nous avons désormais la preuve claire qu’un embryon congelé, décongelé et produit dans un tube à essai peut produire une nouvelle vie et c’est ce que nous voulons pour le rhinocéros blanc du Nord », a déclaré Thomas Hildebrandt, chercheur principal et chef du département de recherche. Reproduction à BioRescue, un consortium mondial de scientifiques et de défenseurs de l’environnement.

Il reste environ 20 000 rhinocéros blancs du sud en Afrique. Cette sous-espèce et une autre espèce, le rhinocéros noir, se remettent d’une réduction significative de leurs populations due au braconnage pour leurs cornes.

Certains groupes de conservation ont avancé qu’il était probablement trop tard pour sauver le rhinocéros blanc du Nord par FIV, car l’habitat naturel de l’espèce au Tchad, au Soudan, en Ouganda, au Congo et en République centrafricaine a été ravagé par les conflits humains.

Les sceptiques affirment que les efforts devraient se concentrer sur d’autres espèces en danger critique d’extinction ayant de meilleures chances de survie.

Laisser un commentaire

onze − neuf =