Chris Kempczinski, then-incoming president of McDonald

Milos Schmidt

Le patron de McDonald’s impute les pertes régionales à la « désinformation » sur la position d’Israël

Le PDG de McDonald’s affirme que l’impact négatif des campagnes de boycott alléguant le soutien au conflit de Gaza frappe les entreprises régionales.

Les ventes de McDonald’s au Moyen-Orient, ainsi que dans certaines autres régions, ont été considérablement affectées par la « désinformation » sur la position de l’entreprise sur le conflit Israël-Hamas, selon le PDG Chris Kempczinski.

« Plusieurs marchés au Moyen-Orient et certains en dehors de la région subissent un impact commercial significatif en raison de la guerre et de la désinformation qui affecte des marques comme McDonald’s », a déclaré Kempczinski dans un article de blog sur LinkedIn.

Après l’attaque du Hamas du 7 octobre, des partisans des Palestiniens ont partagé sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos montrant des magasins franchisés, tels que McDonald’s, Starbucks, Coca-Cola et Domino’s en Israël, fournissant des repas gratuits aux soldats du pays dans le cadre de campagnes de boycott.

L’impact commercial du boycott reste incertain. Cependant, au quatrième trimestre 2023, l’entreprise a connu une tendance positive de ses ventes mondiales, enregistrant une croissance notable de 10,9 %.

Le PDG a également souligné le dévouement de McDonald’s à soutenir les communautés dans lesquelles l’entreprise opère.

« C’est décourageant et mal fondé. Dans tous les pays où nous opérons, y compris dans les pays musulmans, McDonald’s est fièrement représenté par des propriétaires exploitants locaux qui travaillent sans relâche pour servir et soutenir leurs communautés tout en employant des milliers de leurs concitoyens.

Auparavant, McDonald’s avait déclaré qu’elle ne prenait pas parti dans le conflit et qu’elle n’était pas responsable des actes de ses franchisés.

En novembre, le mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), une organisation pro-palestinienne, a exhorté la population à rejeter McDonald’s en raison de son prétendu « soutien ouvert » à l’armée israélienne.

McDonald’s, dont les magasins dans le monde entier sont gérés par des franchisés qui paient l’entreprise pour utiliser sa marque et ses recettes, est présent dans des pays comme l’Arabie saoudite, la Malaisie et le Pakistan.

Plus tôt cette semaine, McDonald’s Malaisie a déposé une plainte contre une faction du mouvement BDS, alléguant des « déclarations fausses et diffamatoires » liées au conflit de Gaza qui ont eu un impact sur ses activités.

McDonald’s Malaisie demande plus d’un million de dollars de compensation, selon Reuters.

« Nos pensées restent avec les communautés et les familles touchées par la guerre au Moyen-Orient. Nous abhorrons toute forme de violence et nous nous opposons fermement aux discours de haine, et nous ouvrirons toujours fièrement nos portes à tout le monde. » a également souligné Kempczinski.

Laisser un commentaire

quatre − deux =