Volt

Jean Delaunay

Le parti pro-UE Volt choisit de rester avec les Verts

La décision concernant les cinq députés du groupe fédéraliste est une nouvelle mauvaise nouvelle pour la coalition libérale Renew d’Emmanuel Macron.

Volt, le mouvement fédéraliste européen qui a obtenu cinq députés européens lors des récentes élections européennes, a voté pour rester dans le groupe des Verts du Parlement européen.

Cette décision, prise par un sondage auprès des membres du parti, met fin aux rumeurs selon lesquelles ils pourraient plutôt rejoindre le parti centriste Renew d’Emmanuel Macron.

Après les élections européennes qui se sont tenues du 6 au 9 juin, les partis se battent pour savoir qui pourra se regrouper au sein des plus grands groupes – le canal par lequel le financement et l’influence sont distribués au sein du Parlement.

La décision – soutenue par 87 % des membres de Volt – semble en partie motivée par l’incapacité de Renew à punir le parti néerlandais VVD pour avoir formé un gouvernement avec le Parti pour la liberté de Geert Wilders.

« La lutte contre ce populisme de droite était plus crédible au sein des Verts », a déclaré l’eurodéputé néerlandais Reinier van Lanschot. « Le VVD n’a reçu aucune sanction que nous jugeons suffisante. »

Cela concorde avec la position des Verts selon laquelle ils soutiendront uniquement la reconduction d’Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne, sinon elle ne déviera pas vers la droite en travaillant avec l’Italienne Giorgia Meloni.

« Nous sommes clairs sur la direction que nous voulons : la poursuite de l’accord vert, sans retour en arrière », a déclaré Terry Reintke aux journalistes, affirmant qu’elle espérait également un État de droit plus fort, plus de liberté et une Europe agissant géopolitiquement.

Course pour les plus grands regroupements

Il était clair à la clôture des élections que le Parti populaire européen et les socialistes constitueraient les deux plus grandes coalitions au Parlement européen.

Mais maintenant, Renew semble perdre la course à la troisième place au profit du groupe de droite des Conservateurs et Réformistes, ECR, à mesure que les négociations avancent.

La semaine dernière, Renew a perdu sept députés de l’ANO de Tchéquie, le parti controversé de l’ancien Premier ministre Andrej Babiš, tandis qu’ECR en a accueilli six autres de l’Alliance nationaliste pour l’Union des Roumains (AUR).

Renew peut désormais se vanter de compter 74 des 720 députés de la chambre, contre 102 avant les élections, tandis qu’ECR en compte 83. En incluant tous les membres de Volt, les Verts – qui ont également subi de lourdes pertes cette année – en comptent 53.

Le parti européen du président français Macron a été frappé par un électorat en colère, laissant présager de nouvelles défaites lors des élections législatives anticipées qui doivent débuter en France le 30 juin.

La campagne électorale européenne répond normalement à un agenda politique national, avec souvent la présence de partis eurosceptiques au premier plan. En revanche, Volt a adopté une position résolument pro-européenne et s’est présenté selon le même programme électoral dans 16 États différents.

Lors de la dernière session, Volt siégeait parmi les Verts avec un seul député, l’Allemand Damian Boeselager, mais compte désormais deux autres députés européens allemands et deux néerlandais.

La composition des groupes sera confirmée lors de la première réunion du Parlement le 16 juillet, mais pourra encore évoluer au cours de son quinquennat.

Laisser un commentaire

six + 18 =