AP23205710314354.jpg

Milos Schmidt

Le géant bancaire suisse UBS voit un avenir prometteur, malgré les pertes

La banque suisse a déclaré des pertes avant impôts au cours des trois derniers mois de 2023, mais a des objectifs impressionnants, notamment l’augmentation des dividendes.

UBS Group AG a enregistré une perte avant impôts de 751 millions de dollars (699,7 millions d’euros) pour les trois derniers mois de l’année dernière, le géant bancaire suisse continuant d’intégrer son rival de longue date, le Credit Suisse, après une fusion orchestrée par le gouvernement.

Une grande partie des pertes du prêteur zurichois, soit 508 millions de dollars (473 millions d’euros), était liée à un investissement dans SIX Group, qui gère la principale bourse suisse.

La perte nette du trimestre s’est élevée à 279 millions de dollars (260 millions d’euros), ce qui correspond à une perte de 9 cents par action. Le résultat est encore meilleur que ce à quoi s’attendaient les investisseurs et les analystes de marché, puisque la banque a annoncé sa deuxième perte consécutive due à l’intégration du Crédit Suisse.

UBS a déclaré que ses revenus ont bondi de 35% à près de 10,85 milliards de dollars (10,1 milliards d’euros) au quatrième trimestre.

Certains résultats ont dépassé les attentes, les actions UBS ayant ensuite été vendues en grande quantité et faisant chuter le cours de plus de 2,3% à midi à Zurich.

La banque a révélé son intention d’impressionner les investisseurs, notamment en augmentant de 27 % son dividende pour l’exercice 2023 (à 0,70 $ de dividende par action) et en reprenant les rachats d’actions, d’une valeur pouvant atteindre 1 milliard de dollars (930 millions d’euros), au second semestre. après avoir finalisé sa fusion juridique avec le Crédit Suisse.

UBS a déclaré qu’elle prévoyait d’achever la fusion du Crédit Suisse d’ici la fin juin de cette année et la fusion des opérations suisses des deux banques d’ici la fin septembre 2024.

De grands projets pour préserver le leadership dans la gestion de patrimoine mondiale

« Alors que nous passons à la prochaine phase de notre parcours, nous nous concentrerons sur la restructuration et l’optimisation des activités combinées », a déclaré le PDG Sergio Ermotti dans un communiqué. « Même si nos progrès au cours des trois prochaines années ne seront pas mesurés en ligne droite, notre stratégie est claire. »

Au cours des prochains mois, la banque prévoit de réduire ses actifs et ses coûts non essentiels et d’augmenter ses revenus grâce à une activité client accrue.

Le prêteur zurichois attend surtout sa croissance à long terme de sa branche d’investissement.

UBS a souligné que, depuis la finalisation de l’acquisition du Crédit Suisse, ses clients lui avaient confié 77 milliards de dollars (71,7 milliards d’euros) de nouveaux actifs dans ses segments de gestion de fortune, de banque de particuliers et de banque d’entreprise.

« Nous visons à augmenter les actifs investis dans Global Wealth Management et à dépasser les 5 000 milliards de dollars (4 660 milliards d’euros) d’ici 2028 », a déclaré Ermotti.

« Cela correspond à notre ambition d’être le premier gestionnaire de fortune au monde. »

Laisser un commentaire

deux + un =