Palestinians bury the bodies of people who were killed in fighting with Israel and returned to Gaza by the Israeli military, during a mass funeral in Rafah, Gaza Strip.

Jean Delaunay

Le chef du Hamas étudie une nouvelle proposition de cessez-le-feu alors qu’une frappe israélienne fait 11 morts dans le centre de Gaza

Toutes les dernières évolutions sur le conflit au Moyen-Orient.

Au moins 11 personnes ont été tuées, dont quatre enfants, lorsqu’une frappe israélienne a touché un immeuble résidentiel dans la ville de Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, mardi, selon les journalistes qui ont vu les corps dans un hôpital local.

Les morts et les blessés ont été transportés à l’hôpital des martyrs d’Al-Aqsa, situé à proximité.

Ces frappes ont eu lieu alors que l’armée israélienne continuait d’étendre son assaut sur la moitié sud du territoire dévasté par la guerre, en se concentrant sur la ville de Khan Younis, la deuxième plus grande ville de Gaza.

L’offensive israélienne a tué plus de 26 700 personnes à Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire contrôlé par le Hamas.

Le décompte du ministère ne fait pas de distinction entre combattants et civils, mais il indique qu’environ les deux tiers des morts sont des femmes et des mineurs.

Les Palestiniens enterrent les corps des personnes tuées dans les combats avec Israël et ramenées à Gaza par l'armée israélienne, lors de funérailles de masse à Rafah, dans la bande de Gaza.
Les Palestiniens enterrent les corps des personnes tuées dans les combats avec Israël et ramenées à Gaza par l’armée israélienne, lors de funérailles de masse à Rafah, dans la bande de Gaza.

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, invité au Caire pour des négociations de cessez-le-feu

Mardi, le plus haut dirigeant politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a déclaré que le groupe étudiait les dernières conditions d’un accord, mais que la priorité était le « retrait complet » des forces israéliennes de Gaza et que tout accord devrait conduire à un cessez-le-feu à long terme. .

Il a indiqué que les dirigeants du Hamas avaient été invités au Caire pour poursuivre les négociations. Le groupe militant, qui a conclu des accords unilatéraux avec Israël dans le passé, devrait exiger la libération de milliers de prisonniers palestiniens – y compris des militants de haut rang – en échange des otages restants.

Le Qatar et l’Égypte, qui servent de médiateur auprès du Hamas, ont eu des entretiens avec Israël et les États-Unis ces derniers jours. Les responsables américains ont déclaré que les négociateurs avaient fait des progrès vers un accord, notamment la libération progressive des otages restants sur une période de deux mois et l’entrée d’une aide humanitaire accrue à Gaza.

Guterres rencontre les donateurs alors que l’agence humanitaire de l’ONU fait face à des réductions de financement

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a tenu mardi une réunion avec des représentants des pays donateurs au siège de l’ONU à New York pour discuter des conséquences des accusations selon lesquelles 12 employés de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens auraient été impliqués dans l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Un document israélien obtenu lundi expose les allégations contre une douzaine d’employés de l’ONU qui, selon le pays, ont participé à l’assaut – affirmant que sept d’entre eux ont fait irruption sur le territoire israélien, dont un qui a participé à un enlèvement et un autre qui a aidé à voler le corps d’un soldat.

Les allégations contre le personnel de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens ont incité les États-Unis et plusieurs autres pays à geler les fonds vitaux pour l’organisme, qui est une bouée de sauvetage pour les Palestiniens désespérés à Gaza.

« Il est très important que nous reconnaissions le rôle central que joue l’UNWRA dans la bande de Gaza », a déclaré Sigrid Kaag, coordonnatrice principale de l’aide humanitaire et de la reconstruction pour Gaza. Ajoutant que « rien ne peut remplacer le rôle humanitaire joué à Gaza ».

La Maison Blanche a indiqué que le financement pourrait être rétabli en fonction de l’enquête menée par l’agence et des actions ultérieures.

Biden : « Je ne pense pas que nous ayons besoin d’une guerre plus large au Moyen-Orient. »

Le résident Joe Biden fait la vague alors qu'il monte à bord d'Air Force One à la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland, le mardi 30 janvier 2024, en route vers la Floride.
Le résident Joe Biden fait la vague alors qu’il monte à bord d’Air Force One à la base aérienne d’Andrews, dans le Maryland, le mardi 30 janvier 2024, en route vers la Floride.

Le président Joe Biden a indiqué mardi qu’il avait décidé comment réagir après la mort de trois militaires américains dimanche dans une attaque de drone en Jordanie que son administration a imputée aux milices soutenues par l’Iran, affirmant qu’il ne voulait pas étendre la guerre dans le pays. Moyen-Orient mais hésite sur les détails.

Les responsables américains ont déclaré qu’ils étaient encore en train de déterminer lequel des groupes soutenus par l’Iran était responsable du premier meurtre de soldats américains dans une vague d’attaques contre les forces américaines dans la région depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

« Je ne pense pas que nous ayons besoin d’une guerre plus large au Moyen-Orient », a déclaré Biden à la Maison Blanche avant de partir pour un voyage de collecte de fonds en Floride. « Ce n’est pas ce que je recherche. »

Il n’était pas clair dans l’immédiat si Biden voulait dire qu’il avait décidé d’un plan de représailles spécifique. Un responsable américain a déclaré aux journalistes que le Pentagone était toujours en train d’évaluer les options pour répondre à l’attaque en Jordanie.

Laisser un commentaire

4 × 5 =