Each time Blue Monday comes around, travel agencies seize the opportunity to market escapist holiday deals to beach destinations or cruises to sunnier climes.

Milos Schmidt

Le Blue Monday démystifié : Pourquoi une agence de voyages a inventé le jour le plus déprimant de l’année

Chaque fois que le Blue Monday arrive, les agences de voyages saisissent l’opportunité de proposer des offres de vacances d’évasion vers des destinations balnéaires ou des croisières vers des climats plus ensoleillés.

Le troisième lundi de janvier est désormais connu sous le nom de « lundi bleu », le jour de l’année où les gens sont censés se sentir le plus déprimés.

Mais ce n’est pas un expert médical ou un organisme de bienfaisance en santé mentale qui l’a qualifié ainsi.

Blue Monday a été imaginé par l’agence de vacances Sky Travel, aujourd’hui disparue, en 2005 comme un moyen de vendre davantage de vacances.

Chaque année, les agences de voyages continuent de profiter de leur campagne de relations publiques avec des offres de pauses soleil hivernales et de voyages bien-être stimulant la sérotonine.

Qu’est-ce que le lundi bleu ?

Il y a près de 15 ans, la société britannique Sky Travel a chargé un ancien professeur d’université de déterminer quel était le jour le plus déprimant de l’année afin de promouvoir les vacances d’hiver.

Cliff Arnall a proposé une « équation mathématique » pour déterminer le jour le plus sombre en combinant les données météorologiques, le montant des dettes, le temps écoulé depuis Noël, les niveaux de motivation et le temps écoulé depuis la prise des résolutions du Nouvel An.

Son calcul l’a conduit au troisième lundi de janvier, un jour où l’esprit de Noël s’est estompé, les résolutions du Nouvel An comme Dry January ont été brisées, les relevés de carte de crédit des virées achats de cadeaux doivent être réglés et le temps est maussade.

Le Blue Monday vend des vacances

Chaque fois que le Blue Monday arrive, les agences de voyages saisissent l’opportunité de proposer des offres de vacances d’évasion vers des destinations balnéaires ou des croisières vers des climats plus ensoleillés.

Mais les organisations caritatives de santé mentale mettent en garde contre les risques liés à l’adhésion à ce concept.

« C’est un mythe, un faux calcul basé sur des éléments comme le temps maussade, la dette d’après Noël, la déception de ne pas avoir tenu ses résolutions du Nouvel An, l’insatisfaction à l’idée de retourner au travail et la morosité générale », écrit la Mental Health Foundation du Royaume-Uni sur son site Internet.

« Depuis lors, c’est devenu un événement de relations publiques annuel plutôt fastidieux, souvent conçu pour promouvoir des choses vaguement liées à l’amélioration de notre bien-être, le plus souvent en l’absence totale de preuves.

« Aucune étude scientifique réelle n’a jamais étayé les affirmations concernant le Blue Monday. Prenons soin de notre santé mentale contre les influences commerciales.»

Au lieu de cela, les professionnels de la santé mentale mettent l’accent sur des maladies scientifiquement prouvées, comme le trouble affectif saisonnier (TAS), qui touchent les gens à cette période de l’année.

« Une mauvaise santé mentale constitue le plus grand défi de santé publique auquel notre génération est confrontée », ajoute la fondation.

« Il est inacceptable de banaliser les symptômes de la dépression, de l’anxiété et d’autres problèmes de santé mentale, sous l’influence d’industries commerciales qui souhaitent faire de la santé mentale un sujet de tendance à but lucratif. »

Laisser un commentaire

9 − deux =