L'agence antiterroriste néerlandaise élève son alerte nationale aux menaces au deuxième niveau le plus élevé

Jean Delaunay

L’agence antiterroriste néerlandaise élève son alerte nationale aux menaces au deuxième niveau le plus élevé

Le conflit en cours en Israël, les profanations du Coran en Europe et les menaces croissantes du djihadisme, ainsi que les récentes attaques dans les pays voisins, ont amené l’agence antiterroriste néerlandaise à relever son niveau de sécurité.

Le coordinateur national néerlandais pour la lutte contre le terrorisme et la sécurité a élevé l’alerte aux menaces pour les Pays-Bas au deuxième niveau le plus élevé, citant un risque substantiel d’attaque potentielle dans le pays.

C’est la première fois que le niveau de menace est augmenté à un tel point depuis la fin de 2019.

Un paysage instable

Cette décision fait suite à un avertissement de la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, qui a souligné un risque important d’attentats terroristes à travers le continent pendant la période des vacances de Noël en raison des conséquences du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien. Hamas.

Le rapport d’évaluation des menaces du coordinateur national néerlandais pour la lutte contre le terrorisme et la sécurité souligne spécifiquement des facteurs tels que le conflit violent en cours en Israël et dans les territoires palestiniens, les profanations du Coran dans divers pays européens et les appels à des attaques de la part d’organisations terroristes en tant que contributeurs au menace accrue du djihadisme.

Citant les récentes attaques dans les pays européens voisins et l’arrestation de terroristes présumés aux Pays-Bas et dans les pays voisins, le rapport souligne également que la menace de l’extrémisme de droite et de l’extrémisme anti-institutionnel reste intacte.

Bien que l’évaluation approfondie de la menace n’impose pas de mesures de sécurité spécifiques, elle permet aux partenaires de sécurité, notamment la police, les municipalités et les ministères, de mettre en œuvre des mesures pour faire face à la menace perçue.

Attaques dans les pays voisins

Les récentes attaques en France et en Belgique voisines soulignent l’urgence de la situation. Plus tôt ce mois-ci, un touriste germano-philippin de 23 ans a été mortellement poignardé près de la Tour Eiffel à Paris.

L’accusé fait l’objet d’une enquête pour meurtre et tentative de meurtre en relation avec une organisation terroriste. Il avait déjà été surveillé pour radicalisation islamique présumée et avait purgé une peine de prison pour un attentat planifié qui ne s’est pas concrétisé.

En octobre, les autorités bruxelloises ont abattu un ressortissant tunisien peu après qu’il ait tiré sur trois supporters de football suédois, tuant deux d’entre eux.

Il avait mis en ligne une vidéo revendiquant le mérite de l’attaque et déclarant que le Coran était une « ligne rouge » pour laquelle il était prêt à se sacrifier.

La Suède a élevé son niveau d’alerte terroriste au deuxième niveau le plus élevé en août à la suite d’une série de profanations publiques du Coran, qui ont entraîné des manifestations dans les pays musulmans et des menaces de la part de groupes militants.

Laisser un commentaire

20 − treize =