L'action UBS en hausse de 4% malgré une perte de 785 millions de dollars suite à l'accord avec le Credit Suisse

Milos Schmidt

L’action UBS en hausse de 4% malgré une perte de 785 millions de dollars suite à l’accord avec le Credit Suisse

Les actions d’UBS ont augmenté de 4%, le géant bancaire suisse ayant réduit ses coûts plus rapidement que prévu tout en poursuivant sa fusion avec son rival Credit Suisse.

Malgré sa première perte depuis 2017, l’action UBS a augmenté de 4% mardi matin suite à la publication de ses résultats du troisième trimestre, s’élevant à CHF 22,66 (€23,56) à midi contre CHF 21,76 cinq jours auparavant.

Le bénéfice sous-jacent avant impôts de la banque a atteint 790 millions d’euros alors que les dépenses liées à l’accord avec le Credit Suisse ont atteint 2 milliards d’euros, entraînant une perte trimestrielle de 785 millions de dollars (735 millions d’euros).

Le leadership de la banque reste néanmoins positif.

« Nous réalisons l’intégration du Crédit Suisse à un rythme soutenu et avons généré une rentabilité sous-jacente pour le groupe au cours du premier trimestre complet depuis l’acquisition », a déclaré Sergio P. Ermotti, CEO d’UBS dans un communiqué.

Ermotti, qui est revenu chez UBS en avril après l’accord avec le Crédit Suisse, a ajouté que les efforts de la banque étaient concentrés sur le renforcement d’une entreprise dont «toutes nos principales parties prenantes peuvent être fières».

La banque a déclaré avoir réalisé des économies grâce à ses opérations de restructuration avec un trimestre d’avance sur le calendrier prévu.

La priorité de l’UBS est de fidéliser les clients des deux banques, notamment dans la région du Moyen-Orient, selon le Financial Times. La société a ajouté dans un résumé de sa déclaration qu’elle « a entrepris de vastes démarches pour rassurer (ses) clients » et qu’elle reste déterminée à conserver les meilleures capacités des deux banques.

L’UBS a enregistré 35 milliards d’euros de nouveaux dépôts nets dans ses segments de gestion de fortune et de banque de particuliers et d’entreprises, dont les deux tiers proviennent de la clientèle du Crédit Suisse.

De grandes ambitions pour UBS après l’accord avec le Credit Suisse

En mars, UBS a racheté son ancien rival, le Crédit Suisse, sous la pression des autorités suisses qui voulaient éviter la faillite de la deuxième banque du pays.

L’accord a été conclu en juin de cette année pour (3 millions d’euros au moment de la finalisation de l’accord). L’UBS a depuis entamé une réorganisation des activités du Credit Suisse.

Lors de la publication de ses résultats trimestriels fin août, le géant bancaire a annoncé que cette division – qui comprend les activités de banque de détail et d’hypothèques du Crédit Suisse ainsi que les prêts aux entreprises dans le pays alpin – allait être absorbée par l’UBS.

La marque Credit Suisse finira par disparaître, selon le patron de l’UBS ; à Londres, le logo a déjà été retiré du bâtiment de la banque situé dans le quartier des affaires de Canary Wharf, selon Bloomberg.

L’UBS prévoit de supprimer 3000 postes en Suisse, dont 1000 d’ici 2024, en raison des chevauchements liés à la décision d’absorption du Crédit Suisse.

2.000 emplois supplémentaires seront perdus au cours des prochaines années en raison de la restructuration que la banque devra mettre en œuvre.

Les effectifs ont diminué de plus de 4 000 personnes au troisième trimestre, selon le communiqué de l’entreprise.

Laisser un commentaire

dix-huit + dix-huit =