TotalEnergies logo (file photo)

Milos Schmidt

L’action TotalEnergies chute alors que l’entreprise annonce une baisse de 31% de ses bénéfices

Les actions de la société française TotalEnergies ont chuté mercredi matin après que la société a annoncé une baisse de 31 % de ses bénéfices au quatrième trimestre (T4).

Au moment de la rédaction de cet article, le titre TotalEnergies était en baisse de 1,23% à 59,45 euros à la Bourse de Londres, reflétant le sentiment des investisseurs après la publication par la société de ses derniers résultats du quatrième trimestre.

Le géant de l’énergie a déclaré que son bénéfice net ajusté avait chuté de 31 % au quatrième trimestre par rapport à l’année précédente, à 5,23 milliards de dollars (environ 4,8 milliards d’euros), manquant l’estimation moyenne des analystes de 5,66 milliards de dollars (environ 5,2 milliards d’euros), en raison de la baisse des prix du pétrole et du gaz et de la contraction. marges de raffinage.

TotalEnergies partage ses perspectives 2024

Dans ses perspectives pour 2024, le géant de l’énergie a reconnu l’environnement économique incertain à venir.

« Les marchés pétroliers sont confrontés, d’une part, à des tensions géopolitiques au Moyen-Orient et, d’autre part, à une croissance de la production hors OPEP équilibrée par la politique OPEP+ », indique un communiqué.

Cette année, l’entreprise a également souligné qu’elle s’attend à des investissements nets compris entre 17 milliards de dollars (environ 15,5 milliards d’euros) et 18 milliards de dollars (environ 16,7 milliards d’euros), dont 5 milliards de dollars (environ 4,6 milliards d’euros) seront consacrés à l’énergie intégrée.

La baisse des prix du pétrole et du gaz pèse sur les bénéfices

La volatilité des marchés observée en 2022 après le début du conflit entre l’Ukraine et la Russie a entraîné une forte hausse des prix du pétrole et du gaz, qui s’est également reflétée dans les résultats des grandes sociétés énergétiques.

Malgré le conflit en cours et les nouveaux événements géopolitiques qui perturbent les marchés de l’énergie, les prix du pétrole et du gaz ne sont pas au niveau de l’époque.

Par exemple, le prix du brut Brent a grimpé jusqu’à 119 dollars le baril en février 2022, selon les données de Trading Economics. Actuellement, il se négocie autour de 79 dollars le baril.

Les derniers résultats de TotalEnergies font suite à une mise à jour de BP, qui a enregistré son deuxième bénéfice annuel le plus élevé depuis une décennie.

Les bénéfices se sont élevés à 13,8 milliards de dollars (11 milliards de livres sterling) en 2023, en baisse par rapport au record de 27,7 milliards de dollars atteint en 2022, comme indiqué précédemment, lorsque les prix du pétrole ont grimpé à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La chute des bénéfices annuels de BP fait également écho aux récents résultats de Shell. Ses bénéfices sont tombés à 28,2 milliards de dollars l’année dernière, contre 39,9 milliards de dollars en 2022.

Laisser un commentaire

un × 5 =