Rescue workers wheel Slovak Prime Minister Robert Fico, who was shot and injured, to a hospital in the town of Banska Bystrica, central Slovakia, Wednesday, May 15, 2024.

Jean Delaunay

La violence politique augmente dans l’UE, motivée par l’extrémisme et la désillusion

Les analystes du European Policy Center affirment que le climat politique général et les prochaines élections européennes sont en partie responsables de la recrudescence de la violence.

La fusillade du Premier ministre slovaque Robert Fico est un exemple des actes de violence politique les plus graves commis dans certaines parties de l’Union européenne.

Il s’agit de la première tentative d’assassinat contre un chef d’État européen depuis 2003 et reflète une polarisation croissante à travers le continent.

Eric Maurice, chercheur au European Policy Centre, a déclaré que de nombreux facteurs expliquent ce mécontentement.

« C’est vrai que d’un côté, on voit dans les résultats électoraux une montée des extrêmes, des forces radicales, à droite comme à gauche, avec un langage politique de plus en plus décomplexé, dans la violence verbale, dans l’ad hominem attaques dans le débat politique également. Et puis une radicalisation, une polarisation de la société et une difficulté à débattre avec des adversaires politiques qui deviennent souvent des ennemis », a-t-il déclaré.

L'eurodéputé Matthias Ecke lors d'un événement de campagne électorale à Leipzig, en Allemagne, le lundi 13 mai 2024, après son attentat à Dresde une semaine plus tôt.
L’eurodéputé Matthias Ecke lors d’un événement de campagne électorale à Leipzig, en Allemagne, le lundi 13 mai 2024, après son attentat à Dresde une semaine plus tôt.

Selon les statistiques de la police fédérale allemande, 22 personnes ont été agressées dans le pays depuis le début de l’année, dont le député social-démocrate au Parlement européen Matthias Ecke.

Le candidat du parti de centre-gauche du chancelier Olaf Scholz aux élections européennes du mois prochain a été attaqué alors qu’il posait des affiches à Dresde, dans l’est du pays, au début du mois.

Le parti a déclaré qu’il avait été transporté à l’hôpital et qu’il avait dû être opéré pour ses blessures.

Les partis de gouvernement et d’opposition affirment que leurs membres et partisans ont été confrontés à une vague d’attaques physiques et verbales ces derniers mois et ont appelé à une plus grande protection des hommes politiques et des rassemblements électoraux.

Les chiffres de la police allemande montrent que la violence physique ou verbale contre les élus a presque doublé au cours des cinq dernières années : 2 790 incidents ont été enregistrés en 2023.

Le ministère français de l’Intérieur a enregistré 2 265 plaintes ou signalements pour violences en 2022, soit une augmentation de 32 % par rapport à 2021.

La tendance s’est poursuivie en 2023 avec quelque 2 380 attaques signalées au cours des trois premiers trimestres de l’année.

Maurice a déclaré que les conditions sociales contribuaient à une atmosphère de plus en plus hostile.

« Pourquoi tant de gens sont-ils sensibles à la désinformation ou aux théories du complot, par exemple ? C’est parce qu’ils ne font plus confiance aux autorités. C’est une question très complexe », a-t-il déclaré.

« Il y a un sentiment de vulnérabilité, il y a le fait qu’ils ne se sentent pas considérés par les autorités. Cela peut être leur situation économique personnelle, cela peut être leur situation personnelle en termes de choses beaucoup plus intimes, mais qui se traduisent par une méfiance à l’égard du genre humain et des autorités », a-t-il ajouté.

Il a déclaré que la peur de devenir la cible de violences pourrait décourager les citoyens européens de s’impliquer dans la politique ou de se présenter aux élections.

Laisser un commentaire

quatre × 4 =