La Suisse jette un froid sur les prévisions de croissance du PIB

Milos Schmidt

La Suisse jette un froid sur les prévisions de croissance du PIB

Les experts estiment que l’économie suisse connaîtra une croissance plus lente que prévu en 2023 et 2024, mais qu’elle devrait s’accélérer l’année suivante.

La Suisse a légèrement abaissé ses prévisions de croissance pour 2024 en raison d’une baisse attendue des exportations, conséquence de la « dynamique lente » de l’économie de la zone euro.

Un groupe d’experts du ministère de l’Économie du pays a déclaré mercredi qu’ils s’attendent désormais à une croissance du produit intérieur brut (PIB) hors événements sportifs de 1,1%, contre une prévision précédente de 1,2%.

Les exportations de biens devraient croître de 2,7% en 2024, contre 4,1% précédemment prévu, précisent-ils dans un communiqué.

« Les investissements ne devraient croître que légèrement face à la baisse de la demande et à la hausse des coûts de financement », a indiqué le ministère de l’Économie dans un communiqué. Il ajoute toutefois que « la consommation privée devrait continuer à soutenir » l’économie suisse.

Pour 2023, les analystes ont toutefois laissé leur prévision de croissance inchangée à 1,3%, notant un tableau mitigé pour l’économie mondiale : les États-Unis ont dépassé les attentes au troisième trimestre et il y a eu un « développement lent » dans la zone euro, en particulier dans l’industrie allemande.

Alors que l’économie suisse a connu une croissance « modérée » au troisième trimestre grâce au secteur des services, les branches industrielles les plus sensibles à la conjoncture ont reculé.

« Même si l’on peut s’attendre à ce que la politique monétaire internationale continue d’exercer un effet de ralentissement, aucune récession mondiale n’est en vue », estiment les analystes, ajoutant que « l’évolution des marchés du travail reste favorable et que l’inflation ralentit ».

Le groupe d’analystes, qui actualise ses prévisions tous les trois mois, s’attend à une croissance de l’économie suisse inférieure à sa moyenne habituelle en 2023 et 2024, mais à une accélération en 2025 grâce à « une reprise progressive de l’économie mondiale, notamment en Europe ».

Pour 2025, ils s’attendent à une croissance de l’économie suisse de 1,7%.

Par ailleurs, l’institut économique KOF a indiqué dans un communiqué qu’il prévoit une croissance du PIB de 1,2% en 2023 et de 1,3% en 2024, face à un « environnement économique mondial difficile, qui assombrit les perspectives de l’économie suisse ».

« Jusqu’en 2025, l’économie suisse sera principalement soutenue par l’activité intérieure, tandis que le commerce extérieur sera freiné par la faiblesse de l’économie mondiale », estiment les économistes de l’institut zurichois.

Laisser un commentaire

deux × 3 =