Serbia

Jean Delaunay

La Serbie envisage de réintroduire la conscription alors que les tensions régionales s’accentuent

Les relations de la Serbie avec le Kosovo et la Bosnie sont au plus bas, ce qui suscite des inquiétudes quant à un retour de la violence.

La Serbie envisage de réintroduire le service militaire obligatoire, a déclaré mardi son président, citant les tensions dans les Balkans et ailleurs en Europe.

Président Aleksandar Vučić a déclaré que les hauts commandants de l’armée lui avaient fourni « un argument solide » en faveur de la réintroduction de la conscription obligatoire, qui a été suspendue en 2011 dans le but de professionnaliser les forces armées.

Le président populiste serbe n’a pas précisé quand le projet reviendrait. Il a déclaré que le Parlement national, dominé par ses alliés, voterait sur la proposition, qui intervient après une longue campagne menée par les nationalistes en sa faveur.

« Nous ne menaçons personne », a déclaré Vučić en inspectant une exposition de matériel militaire après avoir rencontré les commandants. « Aujourd’hui, si vous n’avez pas une armée (forte), vous n’avez pas de pays. »

« Nous verrons si le service militaire durera 90 ou 100 jours, ou peut-être 110 jours », a déclaré Vučić aux journalistes. « ainsi que le moment où il sera introduit et la manière dont les hypothèses financières et logistiques seront remplies. »

Les politiciens de l’opposition et d’autres critiques du projet ont remis en question la logique d’un renforcement militaire alors que la Serbie est presque entièrement encerclée par les pays membres de l’OTAN qui disposent d’une puissance de feu supérieure en cas de conflit. On craint également que le gouvernement ait du mal à payer la facture d’une armée plus importante.

Les soldats de l'armée serbe à Belgrage se préparent pour une visite présidentielle.
Les soldats de l’armée serbe à Belgrage se préparent pour une visite présidentielle.

Les tensions sont récemment vives dans les Balkans, qui ont connu l’éclatement sanglant de l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Bien que la Serbie soit formellement neutre, son armée entretient des liens étroits avec la Russie, auprès de laquelle elle achète la plupart de son matériel, notamment des avions de combat et des chars.

Et tandis que la Serbie cherche officiellement à adhérer à l’Union européenne, son gouvernement a refusé d’introduire des sanctions contre la Russie suite à son invasion de l’Ukraine.

La principale pomme de discorde est l’ancienne province serbe du Kosovo, qui a déclaré son indépendance en 2008. La Serbie et ses alliés, la Russie et la Chine, n’ont pas reconnu son statut d’État.

La Serbie a renforcé à plusieurs reprises la préparation au combat de ses forces à la frontière avec le Kosovo au cours des derniers mois.

Cependant, Belgrade entretient des relations cordiales avec l’OTAN, dont les troupes de maintien de la paix sont stationnées au Kosovo depuis 1999, lorsque l’alliance militaire occidentale est intervenue pour mettre fin à la répression sanglante menée par la Serbie contre les séparatistes albanais du Kosovo.

Une autre région instable est la Bosnie, où le leader séparatiste serbe de Bosnie, Milorad Dodik, a menacé de déclarer indépendante la moitié de la Bosnie contrôlée par les Serbes et de l’unir à la Serbie voisine.

Dodik a accompagné Vučić mardi lors de la réunion avec les commandants de l’armée.

Laisser un commentaire

deux × 1 =