The US Federal Reserve bank building (file photo)

Milos Schmidt

La Réserve fédérale américaine maintient ses taux stables et ouvre la voie à des réductions en 2024

La Réserve fédérale américaine a maintenu ses taux d’intérêt stables mercredi soir et a ouvert la voie à d’éventuelles réductions en 2024.

La Fed a décidé de maintenir ses taux d’intérêt inchangés, en les maintenant dans une fourchette comprise entre 5,25 % et 5,5 % lors de sa dernière réunion de l’année. Cette décision marquait la troisième réunion consécutive de taux inchangés, signalant la fin probable du cycle de resserrement initié en mars 2022.

Même si la décision sur les taux elle-même était très attendue par les marchés financiers, ce sont les perspectives de la Fed qui ont suscité les réactions les plus significatives.

Le résumé actualisé des projections économiques suggère un changement notable dans la politique de la Fed vers une orientation plus accommodante. Le nouveau « dot plot » a effectivement éliminé toute nouvelle allusion à une hausse des taux et a révélé une préférence médiane pour une baisse du taux des fonds fédéraux à 4,6 % d’ici la fin de 2024, ce qui implique un potentiel de réduction de 75 points de base des taux.

Pour mettre cela en perspective, en septembre, la Fed avait prévu que les taux ne baisseraient qu’à 5,1 % à la fin de 2024, ce qui rendait les nouvelles perspectives nettement plus « conciliantes ». La Fed envisageait une nouvelle baisse des taux d’intérêt à 3,6 % en 2025 et à 2,9 % en 2026.

En termes de croissance économique, les responsables de la Fed ont révisé à la hausse leurs estimations de croissance du PIB pour l’année en cours. Ils prévoient toutefois un ralentissement en 2024, la prévision médiane s’établissant à 1,4 %. La déclaration politique de décembre prévenait également que « la croissance de l’activité économique avait ralenti par rapport au rythme soutenu du troisième trimestre ».

Du côté positif, les perspectives d’inflation ont montré des signes d’amélioration. L’indice des prix des dépenses de consommation personnelle (PCE), l’indicateur d’inflation préféré de la Fed, devrait baisser à 2,4 % en 2024 et à 2,1 % en 2025, pour finalement atteindre l’objectif de 2 % en 2026. Hors prix de l’énergie et des produits alimentaires, l’indicateur d’inflation était sur le point d’afficher une tendance similaire. Ces deux estimations ont été légèrement inférieures aux projections de septembre, indiquant une conviction plus forte dans la tendance désinflationniste en cours.

Powell reste conciliant, les marchés rebondissent

Lors de sa conférence de presse, le président de la Fed, Powell, a déclaré que les taux d’intérêt étaient « probablement au sommet ou presque du sommet de ce cycle de resserrement » et que l’orientation restrictive de la politique monétaire exerçait « une pression à la baisse sur l’activité économique et l’inflation ». Powell a reconnu que des réductions de taux étaient désormais en discussion au sein de la Fed.

« On s’attendait généralement à ce que les réductions de taux soient un sujet de conversation à l’avenir », a déclaré le président de la Fed.

Powell a continué d’envisager une trajectoire économique historiquement inhabituelle dans laquelle l’inflation s’est atténuée sans qu’il soit nécessaire d’augmenter le taux de chômage, la croissance économique étant confrontée à des effets négatifs limités.

Néanmoins, Powell a atténué l’enthousiasme suscité par la trajectoire de l’inflation en soulignant que la réalisation de l’objectif de 2 % était un processus graduel sans succès assuré, affirmant fermement qu’il était encore prématuré de déclarer la victoire à ce stade.

En réponse à la décision de la Fed et aux remarques de Powell, le sentiment du marché s’est nettement amélioré, les investisseurs affluant vers les actifs risqués. Les actions et les obligations se sont redressées, tandis que le dollar américain a connu une baisse.

Les attentes du marché concernant une baisse des taux de la Fed ont encore augmenté après la réunion de la Fed. Sur la base des prix du marché monétaire, les spéculateurs prennent de plus en plus en compte la probabilité que des baisses de taux commencent dès mars 2023, et anticipent jusqu’à six baisses de taux au cours de l’année à venir.

Les rendements des bons du Trésor à 2 ans ont chuté de 30 points de base à 4,43%, le plus bas depuis début juin.

Le Dow Jones Industrial Average a atteint de nouveaux sommets historiques, clôturant au-dessus de 37 000 points, dépassant les précédents sommets atteints début janvier 2022. Le S&P 500 et le Nasdaq 100 sont restés à seulement 2 % et 1 % de leurs records respectifs.

De plus, le taux de change euro-dollar a grimpé au-dessus de 1,09 du jour au lendemain et le prix de l’or est remonté au-dessus de 2 020 dollars l’once.

Les marchés attendent désormais les décisions sur les taux d’intérêt de la Banque d’Angleterre et de la Banque centrale européenne, qui devraient être annoncées respectivement à 13h00 et 14h15 CET.

Laisser un commentaire

quinze − 12 =