La police enquête sur le meurtre du chef de l'opposition dans la région sécessionniste de Transnistrie en Moldavie

Jean Delaunay

La police enquête sur le meurtre du chef de l’opposition dans la région sécessionniste de Transnistrie en Moldavie

La police a déclaré qu’elle prenait « toutes les mesures d’enquête appropriées concernant le crime de meurtre » dans la mort violente d’Oleg Khorzhan.

La police nationale moldave a ouvert une enquête pour homicide après qu’un chef de l’opposition dans la région sécessionniste de Transnistrie soutenue par la Russie a été retrouvé mortellement abattu à son domicile.

La police a déclaré qu’elle prenait « toutes les mesures d’enquête appropriées concernant le crime de meurtre » dans la mort violente d’Oleg Khorzhan, 47 ans, le chef du Parti communiste de Transnistrie.

Les autorités moldaves n’ont pas précisé quand il a été tué ni fourni de détails sur d’éventuelles preuves récupérées au domicile de Khorzhan dans une ville proche de la capitale de facto de la Transnistrie, Tiraspol.

Le Bureau moldave des politiques de réintégration a déclaré lundi dans un communiqué séparé qu’il avait proposé de lancer une enquête indépendante sous les auspices de la mission de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe dans la région, qui borde l’Ukraine et la Roumanie.

Le bureau a fermement condamné « les actions criminelles qui menacent la vie des gens » et a présenté ses condoléances à la famille et aux proches de Khorzhan.

Khorzhan a été arrêté en 2018 puis condamné à quatre ans et demi de prison pour avoir prétendument agressé un agent des forces de l’ordre à Tiraspol quelques jours après y avoir organisé une manifestation publique.

Son parti a qualifié les allégations d’agression d’« accusation absurde » et a accusé les autorités de Tiraspol de persécution politique.

La Transnistrie, qui compte environ 470 000 habitants, est une mince bande de territoire située entre la rive orientale du Dniestr et la frontière entre la Moldavie et l’Ukraine.

Une courte guerre civile au début des années 1990 a conduit les forces pro-russes de la région à déclarer la région comme un État séparatiste, mais la plupart des pays ne reconnaissent pas son indépendance. À ce jour, la Russie stationne environ 1 500 soldats dans la région en tant que soi-disant soldats de la paix.

Les autorités de Transnistrie ont affirmé en mars qu’elles avaient déjoué une tentative d’assassinat contre le président de la région, Vadim Krasnoselsky. Ils ont accusé le service de sécurité nationale ukrainien, le SBU, d’avoir orchestré un complot visant à tuer Krasnoselsky. Le SBU a nié l’allégation et l’a qualifiée de « provocation orchestrée par le Kremlin ».

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février 2022, les dirigeants moldaves ont accusé à plusieurs reprises Moscou de mener des campagnes pour tenter de déstabiliser le pays, qui était une république soviétique jusqu’en 1991 et est devenu candidat à l’Union européenne l’année dernière.

Laisser un commentaire

six + un =