La pas si Dolce Vita : comment les touristes super riches se font une Italie parallèle

Jean Delaunay

La pas si Dolce Vita : comment les touristes super riches se font une Italie parallèle

Exploitées par l’Orient Express, les nouvelles lignes de train La Dolce Vita créeront une version très soignée de l’Italie pour les super-riches, écrit Savin Mattozzi.

À partir de l’année prochaine, le service ferroviaire exclusif et ultra luxueux « La Dolce Vita » partira des gares italiennes et parcourra collectivement 16 000 kilomètres de lignes ferroviaires à travers la péninsule.

« La Dolce Vita » est gérée par nul autre que le célèbre Orient Express. La ligne de train est présente dans des films et des livres depuis plus de 100 ans et a captivé l’imagination du monde occidental grâce à des auteurs comme Graham Greene et Agatha Christie.

Comme prévu pour une expérience de ce calibre, les billets pour le service de train seront hors de portée pour la plupart des gens. En plus d’une caution de 500 €, les billets pour les suites d’une nuit pour deux personnes coûteront entre 6 600 € et 25 000 € par nuit.

Ces prix faramineux soulèvent la question : est-il éthique pour les super-riches d’afficher leur richesse dans une région dont les habitants ont du mal à se nourrir ?

Un train rempli de riches dans l’une des régions les plus pauvres d’Italie

La moitié des itinéraires prévus pour le service ferroviaire passeront par le sud rural de l’Italie. Bien que la moitié sud du pays regorge de monuments époustouflants, d’histoire et de gastronomie excellente, elle abrite également les régions les plus pauvres du pays.

Certaines régions du sud, comme la Campanie, connaissent un taux de privation matérielle sévère de 15 %. Cela signifie que plus de 800 000 personnes dans cette seule région ne sont pas en mesure d’acheter des produits alimentaires de base tous les deux jours ou ne parviennent pas à garder leur maison au chaud en hiver.

Le problème avec les voyages de luxe comme celui-ci n’est pas exactement ce qu’ils font, mais comment ils le font.

Photo AP/Thomas Adamson
Des acteurs attendent des invités sur le quai de l’Orient Express à la gare de l’Est à Paris, février 2018

Le revenu annuel médian des ménages du sud de l’Italie oscille autour de 20 000 euros, tandis que certaines des villes les plus pauvres de la région, où passera le train, gagnent un peu plus de 10 000 euros par an. Un revenu de 3 000 € de moins que deux nuits dans les suites pour deux les plus « abordables » de La Dolce Vita.

Le problème avec les voyages de luxe comme celui-ci n’est pas exactement ce qu’ils font, mais comment ils le font.

Si quelqu’un ou un groupe de personnes souhaite visiter le sud pour découvrir notre cuisine, notre histoire, notre culture et notre langue tout en apprenant à quoi ressemble la vie ici, ils seront largement accueillis avec notre hospitalité méditerranéenne.

Mais ce que fait « La Dolce Vita » n’est pas cela.

Vous paierez pour le moins d’authenticité possible

Le programme emmène des dizaines de personnes très riches qui s’adonnent à une version exotique du pays qui n’existe pas.

Des « chasseurs à votre disposition » dans le salon « La Dolce Vita » à Rome qui devront probablement porter une ridicule tenue bleu et or comme une « ode » aux vieux trains de l’Orient Express, aux références constantes et aux clins d’œil aux anciens Cinéma italien des années 50, 60 et 70 ; tout sera fait pour garantir que ces clients les mieux payés soient exposés au moins d’authenticité possible.

Pendant ce temps, les trains circuleront sur des voies financées par les contribuables italiens mais dont les services seront inaccessibles à ces mêmes personnes.

Savin Mattozzi/Euronews
Les montagnes à la frontière entre le Latium et la Campanie, dans le sud de l’Italie

Les trains devraient même circuler sur des rails non électrifiés qui sont, comme le dit le site Internet, « des vestiges de la riche histoire de l’Italie ».

Ainsi, non seulement les Italiens ordinaires financent indirectement un service qu’ils ne peuvent pas utiliser, mais les trains « La Dolce Vita » profitent de voies rurales abandonnées ou oubliées par l’État.

Pendant ce temps, la population locale doit voyager pendant des heures sur des routes mal entretenues. À moins bien sûr qu’ils disposent de 13 000 € pour un billet dans ce train.

Afin d’atténuer peut-être toute culpabilité que ces invités pourraient ressentir en effectuant ce voyage, l’Orient Express a fait un effort concerté pour commercialiser ces trains comme étant « respectueux de l’environnement » et « un choix de transport vert ».

Une technique qui ignore commodément les modes de transport que la majorité des invités emprunteront pour se rendre en Italie sera très probablement les jets privés et les yachts.

Pourquoi certains ont-ils si peur de la réalité ?

L’Italie, comme de nombreux pays de la Méditerranée, a beaucoup à offrir aux personnes qui choisissent de la visiter. Des cultures locales diverses, des milliers d’années d’histoire et une cuisine délicieuse.

Nous voulons partager notre pays avec des gens qui ont une véritable curiosité et il n’est pas nécessaire de rester dans un bâtiment en ruine pour vivre une expérience authentique.

Qu’est-ce qui vous effraie autant en voyant comment la grande majorité des gens vivent dans un endroit que vous prétendez tant aimer ?

Alberto Lo Bianco/LaPresse
Les gens se rafraîchissent dans la mer à Palerme, août 2021

Ce que je n’arrive pas à comprendre, et peut-être que certains futurs invités de « La Dolce Vita » pourront m’aider à le comprendre, c’est pourquoi ressentez-vous le besoin de payer ce prix grotesque pour revivre une vie que vous n’avez jamais eue ?

Qu’est-ce qui vous effraie autant en voyant comment la grande majorité des gens vivent dans un endroit que vous prétendez tant aimer ?

Laisser un commentaire

dix-huit + 20 =