The Italian Coast Guard rescued 22 people and recovered nine bodies on Thursday, April 10, 2024 (Guardia Costiera via AP, HO)

Jean Delaunay

La migration reste un sujet brûlant en Italie à l’approche des élections européennes

L’adoption du pacte européen sur la migration et l’asile n’a jamais vu la majorité au pouvoir et les partis d’opposition italiens aussi divisés.

Depuis qu’elle est devenue Première ministre italienne, le principal défi de Giorgia Meloni a été de lutter contre l’immigration clandestine.

Cependant, tenir la principale promesse de son programme politique a été particulièrement difficile compte tenu de la forte augmentation du nombre d’arrivées d’Afrique du Nord depuis le début de son mandat.

En lançant la campagne électorale des Frères d’Italie, elle s’est attribuée le mérite d’avoir changé l’approche européenne en matière de migration.

Les données officielles pour les trois premiers mois de 2024 montrent que le nombre d’arrivées a diminué de plus de moitié par rapport à la même période de l’année dernière.

Le gouvernement italien a fermement soutenu le récent accord entre l’UE et la Tunisie, le saluant comme un succès ayant conduit à une diminution de près de 60 % du nombre de départs.

Des divisions au sein du Parlement italien sont également apparues suite à l’appel du gouvernement à développer l’externalisation des politiques d’asile, comme le protocole signé entre l’Italie et l’Albanie, cette approche gagnant davantage de soutien parmi les États membres.

À voir : le reportage de Giorgia Orlandi dans le lecteur ci-dessus.

Laisser un commentaire

dix-sept − 14 =