La Finlande va rouvrir temporairement deux postes frontaliers avec la Russie

Jean Delaunay

La Finlande va rouvrir temporairement deux postes frontaliers avec la Russie

Le cabinet du Premier ministre Petteri Orpo a temporairement fermé la totalité de la frontière de 1 340 kilomètres il y a deux semaines, craignant que Moscou n’utilise des migrants pour déstabiliser la Finlande dans le cadre d’un prétendu acte de « guerre hybride ».

Le gouvernement finlandais rouvrira deux des huit points de passage frontaliers avec la Russie plus tard cette semaine, ont annoncé mardi des responsables, à la suite d’un afflux soudain de migrants en novembre.

Le cabinet du Premier ministre Petteri Orpo a temporairement fermé la totalité de la frontière de 1 340 kilomètres il y a deux semaines, craignant que Moscou n’utilise des migrants pour déstabiliser la Finlande dans le cadre d’un prétendu acte de « guerre hybride ».

Le Kremlin a nié que la Russie encourage les migrants à entrer en Finlande et a déclaré regretter la fermeture des frontières finlandaises.

La Finlande est devenue le 31e membre de l’OTAN en avril et de nombreux citoyens interprètent les actions de Moscou comme une vengeance de la décision d’Helsinki de rejoindre l’alliance militaire transatlantique après des décennies d’alignement non militaire et de relations amicales pragmatiques avec la Russie.

L’Orpo et la ministre de l’Intérieur, Mari Rantanen, ont déclaré mardi lors d’une conférence de presse que deux points de passage du sud-est, Imatra et Niirala, rouvriraient à partir de jeudi jusqu’au 14 janvier au moins. Il existe huit points de passage pour le trafic de passagers à la frontière terrestre entre la Finlande et la Russie, ainsi qu’un point de passage ferroviaire. point de contrôle pour les trains de marchandises.

«Le but des actions (de Moscou) est de déstabiliser notre société. Nous ne pouvons pas permettre cela. Si l’opération se poursuit, la frontière sera à nouveau complètement fermée », a déclaré Rantanen. « Il ne s’agit pas du nombre (de migrants) mais du phénomène lui-même. »

Orpo a souligné que la décision du gouvernement de maintenir fermés pour l’instant les six points de passage restants était unanime.

Il a déclaré que la fermeture complète de la frontière pendant deux semaines avait réussi à stopper l’afflux de migrants et que son cabinet avait informé Moscou de manière « décisive » qu’Helsinki « n’acceptait pas » les actions présumées de la Russie.

Les autorités finlandaises affirment que près de 1 000 migrants sans visa ni documents valides sont arrivés à la frontière entre août et fin novembre, dont plus de 900 pour le seul mois de novembre. Les chiffres sont remarquablement plus élevés que d’habitude.

La Finlande, un pays de 5,6 millions d’habitants, constitue une partie importante du flanc nord-est de l’OTAN et fait office de frontière extérieure de l’Union européenne au nord.

Début décembre, les autorités finlandaises ont déclaré que la grande majorité des migrants – dont la quasi-totalité demande asile en Finlande – étaient originaires de trois pays : la Syrie, la Somalie et le Yémen.

Des groupes plus petits comprendraient des citoyens d’Afghanistan, d’Érythrée, d’Éthiopie, d’Irak, du Kenya et du Pakistan, entre autres pays.

Alors que les autorités frontalières finlandaises ont initialement déclaré que les migrants utilisaient la Russie simplement comme pays de transit pour se rendre de leur pays d’origine vers l’UE, les autorités ont déclaré plus tard qu’une nette majorité d’entre eux vivaient – ​​travaillaient ou étudiaient – ​​en Russie avec des visas légaux.

Laisser un commentaire

six − 1 =