Traders work on the floor of the New York Stock Exchange Wednesday, March 20, 2024, during Powell speech

Milos Schmidt

La Fed ouvre la voie à des baisses de taux : Powell porte les actions et l’or à des niveaux records

La Réserve fédérale a préparé le terrain pour des réductions de taux d’intérêt plus tard cette année, indiquant un changement par rapport à sa politique restrictive de longue date. La réunion du FOMC de mars a maintenu les taux stables, mais a fait allusion à trois réductions en 2024. La projection a dopé la confiance des investisseurs, poussant le S&P 500 et l’or à des niveaux records.

La Réserve fédérale a jeté les bases d’éventuelles réductions des taux d’intérêt plus tard cette année, signalant un changement par rapport à la phase prolongée de politique monétaire restrictive qui a duré plus de deux ans.

Lors de sa réunion de mars, le Comité fédéral de l’Open Market (FOMC) a choisi de maintenir les taux stables entre 5,25 % et 5,5 %, conformément aux attentes des investisseurs.

La Fed envisage trois réductions en 2024, et une trajectoire plus douce en 2025 et 2026

L’intrigue réside dans les nouvelles projections économiques de la Fed, qui suggèrent trois réductions de taux au cours de l’année en cours, le point médian du taux des fonds fédéraux devant descendre à 4,6 % d’ici la fin de l’année, faisant écho aux indications de décembre 2023.

Cependant, la commission semble quelque peu divisée sur le rythme des prochaines baisses de taux, avec 9 membres sur 19 favorables à un taux supérieur à 4,6 % d’ici la fin de l’année.

Pour 2025 et au-delà, la Réserve fédérale a signalé une approche plus prudente en matière de réduction des taux que ce qui avait été indiqué précédemment. Il prévoit désormais que le taux des fonds fédéraux sera de 3,9 % en 2025, en légère hausse par rapport aux 3,6 % prévus en décembre, et de 3,1 % en 2026, après ajustement de 2,9 %.

Révisions à la hausse de la croissance et de l’inflation sous-jacente

La Fed a également révisé à la hausse ses estimations de croissance pour l’année en cours, de 1,4 % à 2,1 %, avec de légères augmentations pour 2025 et 2026.

En outre, il a ajusté la prévision d’inflation sous-jacente, telle que mesurée par l’indice des dépenses personnelles de consommation (PCE), à 2,6 % pour 2024, contre 2,4 %, une décision perçue par les acteurs du marché comme une plus grande tolérance à l’égard d’une inflation plus élevée.

Les investisseurs envisagent juin comme le début du cycle de coupes de la Fed

Lors de la conférence de presse d’après-réunion, Powell a rassuré qu’« il est probable qu’il réduise les taux à un moment donné cette année », en attendant l’assurance que l’inflation est en baisse constante vers l’objectif de 2 %.

Powell n’a pas semblé troublé par les récentes hausses de l’inflation, soulignant des facteurs saisonniers mais soulignant que ces modestes augmentations n’ont pas modifié la tendance désinflationniste plus large.

Bien que Powell n’ait pas confirmé un début de baisse des taux en juin, le sentiment du marché penche fortement vers cette possibilité, l’outil FedWatch du groupe CME indiquant une probabilité de près de 80 % d’un tel résultat.

Points à retenir des experts

« Notre lecture de la réunion du FOMC de mars est que la Fed a pleinement adopté le discours positif du côté de l’offre, dans la mesure où les révisions significatives à la hausse de la croissance n’ont pas été complétées par une inflation significativement plus forte ou par une trajectoire médiane sensiblement modifiée du taux directeur », a déclaré Michael Gapen, économiste chez Bank of America. a écrit dans une note.

Otavio Costa, stratège macro chez Crescat Capital, considère l’assouplissement potentiel de la politique monétaire dans un contexte de pressions inflationnistes persistantes comme « la configuration la plus convaincante pour posséder des actifs durables » comme les matières premières.

Selon James Knightley, économiste chez ING, la Fed reste prudemment conciliante, mais avec des révisions plus fortes de la croissance et de l’inflation, cela pourrait laisser entrevoir la possibilité d’une hausse des taux d’intérêt à long terme. ING maintient une perspective baissière sur le dollar, qui prévoit que l’EUR/USD atteindra environ 1,14/15 d’ici la fin de l’année, a expliqué Knightley.

Sur la plateforme de médias sociaux X, Mohamed El Erian a fait remarquer que la Réserve fédérale démontrait « sa volonté de tolérer plus longtemps une inflation plus élevée ». Il a approuvé cette stratégie comme étant « la bonne approche », même si elle implique le risque d’accepter une chance légèrement accrue de désancrer les anticipations d’inflation.

Réponse du marché

Les investisseurs ont réagi positivement aux décisions de la Fed et aux remarques de Powell, renforçant ainsi la confiance dans la probabilité imminente d’une réduction des taux.

L’indice S&P 500 a atteint de nouveaux records, dépassant la barre des 5 200 points. Pendant ce temps, le Nasdaq 100, à forte composante technologique, a augmenté de 1 %, se rapprochant de son sommet record.

L’or, souvent bénéficiaire des anticipations de baisses de taux, a atteint la barre des 2 200 dollars l’once à la clôture de la séance d’hier, établissant un nouveau record.

Laisser un commentaire

13 + 19 =