La dirigeante d'extrême droite finlandaise Riikka Purra "désolé" pour ses écrits racistes et violents

Jean Delaunay

La dirigeante d’extrême droite finlandaise Riikka Purra « désolé » pour ses écrits racistes et violents

Riikka Purra dit « j’ai fait des erreurs » alors que le gouvernement a été contraint de publier une déclaration affirmant un soutien fort aux droits de l’homme et à l’égalité dans la nation nordique.

Le chef du Parti finlandais d’extrême droite finlandais, ministre des Finances Rikka Purras’est excusée pour les « commentaires stupides sur les réseaux sociaux » qu’elle a tenus, affirmant qu’elle n’était « pas une personne parfaite ».

« J’ai fait des erreurs », Purra, qui dirige l’un des partis de la coalition gouvernementale de droite finlandaise, écrit sur Twitter.

Cette semaine, les commentaires qu’elle a publiés sur un forum d’extrême droite il y a 15 ans ont refait surface après que les médias finlandais aient fait correspondre les entrées faites par quelqu’un utilisant le surnom de « riikka » et Riikka Purra.

Ils comprenaient des diatribes racistes sur les immigrants turcs et somaliens ; des messages violents sur le fait de tirer sur des gens dans un train de banlieue si elle avait une arme à feu ; et l’utilisation du mot n dans un article sur le fait de vouloir cracher sur des mendiants et de battre des enfants d’origine africaine à Helsinki.

Au début, Purra n’a ni confirmé ni nié avoir fait les commentaires, qui ont été écrits dans la trentaine lorsqu’elle avait une carrière universitaire en tant que chercheuse universitaire, mais avant d’être active en politique. Elle a admis plus tard qu’elle avait écrit les messages.

« Pris hors contexte et évalués au moment présent, certains textes paraissent encore pires », a écrit Purra, ajoutant « Je n’accepte aucune forme de violence, de racisme ou de discrimination ».

Le gouvernement finlandais a également publié une déclarationcosigné par les dirigeants du Parti de la coalition nationale au pouvoir, du Parti finlandais, du Parti populaire suédois et des chrétiens-démocrates sur les droits de l’homme dans la nation nordique.

« Le gouvernement s’emploie résolument à promouvoir l’égalité, l’égalité et la non-discrimination dans la société. Chacun a le droit de se sentir en sécurité et bien en Finlande, quelle que soit son origine », indique le communiqué.

Il a été publié après que le président finlandais Sauli Niinistö a déclaré aux journalistes lors du sommet de l’OTAN à Vilnius que le gouvernement devrait « adopter une position claire de tolérance zéro à l’égard du racisme ».

Laisser un commentaire

4 × quatre =