A view of the Peace Palace housing the International Court of Justice, the United Nations

Jean Delaunay

La CIJ se déclare compétente dans une partie de l’affaire du génocide en Ukraine

Kiev a tenté de porter plainte contre Moscou, dont une partie sera désormais examinée par la Cour internationale de Justice.

La plus haute juridiction des Nations Unies a déclaré vendredi qu’elle était compétente pour statuer sur une demande de l’Ukraine visant à déclarer que Kiev n’est pas responsable du génocide.

Le cas de l’Ukraine s’appuie sur la Convention sur le génocide de 1948, que Kiev et Moscou ont ratifiée. La convention comprend une disposition selon laquelle les nations ayant un différend sur la base de ses dispositions peuvent porter ce différend devant le tribunal mondial. La Russie nie l’existence d’un différend, une position que l’Ukraine rejette.

La décision fait référence à une plainte déposée par l’Ukraine alléguant que Moscou a violé la convention historique sur le génocide de 1948 en fabriquant des allégations de crimes génocidaires dans les régions orientales de Luhansk et Donetsk comme prétexte pour son invasion en 2022.

L’Ukraine accuse également Moscou de « planifier des actes de génocide ».

« En l’espèce, même si la Fédération de Russie avait allégué de mauvaise foi que l’Ukraine avait commis un génocide et avait pris certaines mesures à son encontre sous un tel prétexte, ce que soutient le défendeur (l’Ukraine), cela ne constituerait pas en soi une violation de la obligations » en vertu de la convention sur le génocide, a déclaré la présidente de la Cour, Joan E. Donoghue.

Le tribunal a déclaré qu’il n’était pas compétent pour connaître deux autres aspects du cas ukrainien : les allégations selon lesquelles l’invasion russe elle-même violait la convention sur le génocide de 1948 et la reconnaissance par Moscou de deux républiques séparatistes dans l’est de l’Ukraine équivalait également à une violation de la convention.

Moscou rejette ces allégations et a soutenu l’année dernière que le tribunal devrait rejeter l’affaire avant même d’examiner le bien-fondé des allégations de Kiev.

La juge présidente Joan Donoghue, à gauche, lit la décision de la Cour internationale de Justice dans l'affaire du génocide ukrainien.
La juge présidente Joan Donoghue, à gauche, lit la décision de la Cour internationale de Justice dans l’affaire du génocide ukrainien.

Lors des audiences de septembre, le chef de l’équipe juridique de Moscou, Gennady Kuzmin, a qualifié le cas de l’Ukraine de « désespérément vicié et en contradiction avec la jurisprudence de longue date de ce tribunal ».

Un autre membre de l’équipe juridique de Moscou, Sienho Yee, a déclaré aux juges en septembre que la Russie n’avait pas utilisé la convention sur le génocide pour justifier ses actions militaires en Ukraine, affirmant qu’elles « sont fondées sur le droit à l’autodétermination et le droit inhérent (de la Russie) à l’autodétermination ». -la défense ».

Lors des mêmes audiences, l’Ukraine a condamné Moscou pour avoir ouvertement ignoré une ordonnance provisoire du tribunal visant à mettre fin à son invasion.

Le tribunal a ordonné à la Russie de mettre fin aux opérations militaires en Ukraine pendant que les procédures judiciaires se poursuivaient au cours des premières semaines de la guerre, en mars 2022.

« Le défi de la Russie est également une attaque contre l’autorité de ce tribunal. Chaque missile que la Russie tire sur nos villes, elle le tire au mépris de ce tribunal », a déclaré le chef de l’équipe juridique ukrainienne, Anton Korynevych, devant le jury composé de 16 juges.

Les juges du tribunal ont réprimandé mercredi la Russie pour son invasion alors qu’ils statuaient dans une autre affaire entre les deux pays liée aux attaques dans l’est de l’Ukraine depuis 2014 et à la discrimination dans la Crimée annexée.

Le tribunal va maintenant passer à l’examen du bien-fondé des arguments de l’Ukraine. Une décision finale et juridiquement contraignante ne sera probablement pas rendue avant des années.

La convention et le tribunal basé à La Haye ont fait l’objet d’un examen minutieux ces dernières semaines lorsque l’Afrique du Sud a déposé une plainte accusant Israël de génocide dans le cadre de son opération militaire dévastatrice à Gaza, à la suite des attaques du Hamas du 7 octobre.

Dans une décision préliminaire qui n’a pas abordé le fond du cas de l’Afrique du Sud, le tribunal a ordonné la semaine dernière à Israël de faire tout son possible pour empêcher la mort, la destruction et tout acte de génocide à Gaza.

Laisser un commentaire

16 − 13 =