A man pulls a trolley with goods in Eminonu commercial area in Istanbul, Turkey, Thursday, Jan. 25, 2024.

Milos Schmidt

La banque centrale turque relève son taux directeur à 45 % pour freiner l’inflation

Cette hausse est la dernière mesure prise pour contrôler la flambée de l’inflation, qui a laissé plusieurs ménages dans l’incapacité de se permettre les produits de première nécessité.

La banque centrale turque a augmenté son taux d’intérêt directeur de 2,5 % supplémentaires aujourd’hui (jeudi 25 janvier), poursuivant ainsi une série de hausses visant à lutter contre l’inflation qui a atteint près de 65 % en décembre.

La banque a porté son taux de référence à 45%. Il s’agit de la huitième hausse des taux d’intérêt depuis que le président Recep Tayyip Erdoğan a abandonné ses politiques économiques non conventionnelles qui, selon les économistes, ont contribué à déclencher une crise monétaire et à faire grimper le coût de la vie. De nombreux ménages ont eu du mal à s’offrir les produits de base.

Erdoğan est un partisan de longue date d’une politique peu orthodoxe de réduction des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation, ce qui va à l’encontre de la pensée économique dominante.

En revanche, les banques centrales du monde entier ont rapidement relevé leurs taux d’intérêt pour cibler la hausse des prix à la consommation liée au rebond de la pandémie de COVID-19, puis à la guerre menée par la Russie en Ukraine.

La hausse de janvier pourrait ne pas suffire à maîtriser l’inflation

En Turquie, la banque centrale a déclaré qu’elle « continuerait à utiliser de manière décisive tous les outils à sa disposition, conformément à son objectif principal de stabilité des prix ».

Les analystes estiment toutefois que la hausse des taux pourrait ne pas suffire à freiner l’inflation. « Le resserrement cumulé de 3 650 points de base pourrait ne pas suffire à résoudre de manière décisive le problème d’inflation de longue date de la Turquie », a déclaré Bartosz Sawicki, analyste de marché chez Conotoxia fintech, dans une note à AP.

Il a ajouté que son groupe ne s’attend pas à de nouvelles hausses avant les élections locales prévues en mars.

« Il est peu probable qu’une hausse des taux d’intérêt de 2,5% à 45% soit suffisante pour commencer à faire baisser l’inflation dans un avenir proche », a déclaré Cagri Kutman, spécialiste du marché turc chez KNG Securities, basé à Londres.

La Turquie fait volte-face en toute hâte en matière de politique monétaire

Le dirigeant turc a changé de cap sur sa politique économique après avoir remporté un troisième mandat en mai. Erdoğan a nommé une nouvelle équipe économique dirigée par l’ancien banquier de Merrill Lynch Mehmet Şimşek, qui est revenu au poste de ministre des Finances.

Hafize Gaye Erkan, ancienne dirigeante d’une banque basée aux États-Unis, a pris la direction de la banque centrale en juin, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste en Turquie. Sous son mandat, les coûts d’emprunt sont passés de 8,5 % à 45 % actuellement.

Auparavant, Erdoğan avait licencié les gouvernements centraux qui auraient résisté à sa volonté de réduire les taux d’intérêt.

La semaine dernière, Erkan a démenti les allégations d’un journal turc selon lesquelles son père exerçait une influence sur la banque et avait licencié un employé de la banque. Ces allégations ont donné lieu à des spéculations sur une éventuelle destitution d’Erkan.

Le président Erdoğan s’est toutefois prononcé cette semaine en faveur du gouverneur de la banque centrale, rejetant le rapport, le qualifiant de « rumeurs irrationnelles visant à détruire le climat de confiance et de stabilité dans l’économie que nous avons obtenu au prix de grandes difficultés ».

Laisser un commentaire

13 − quatre =