FILE - Smoke rises following an Israeli bombardment in the Gaza Strip, as seen from southern Israel, Saturday, Dec. 16, 2023.

Jean Delaunay

Israël Hamas : la guerre empêche l’acheminement de l’aide, les humanitaires sont expulsés et les juifs ultra-orthodoxes recherchés pour la conscription

Tous les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Impossible d’aider les Palestiniens dans un conflit incessant, selon l’ONU

Les Nations Unies ont déclaré qu’il était presque impossible d’aider les 2,3 millions d’habitants de Gaza en raison de la violence continue.

Il a fait ces commentaires en réponse aux récentes affirmations israéliennes selon lesquelles l’organisation internationale elle-même ne parvient pas à fournir de la nourriture, de l’eau et des médicaments indispensables aux civils de l’enclave assiégée.

Mercredi, le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré aux journalistes que l’effondrement de l’ordre public à Gaza et une « coordination insuffisante » avec Israël en matière de sécurité mettaient en danger la vie des travailleurs humanitaires.

« C’est pourquoi nous avons demandé à plusieurs reprises un cessez-le-feu humanitaire », a-t-il déclaré.

Les responsables de l’ONU affirment que les frappes aériennes israéliennes ont ciblé les policiers qui gardaient les camions humanitaires, les exposant au pillage par des civils désespérés et des gangs criminels.

Des conducteurs ont été abattus, attaqués à coups de haches et de cutters, et leurs vitres ont été brisées, a déclaré en février le coordinateur humanitaire de l’ONU, James McGoldrick.

DOSSIER – Des Palestiniens pillent un camion d’aide humanitaire alors qu’il traversait la bande de Gaza à Rafah, dimanche 17 décembre 2023
DOSSIER – Des Palestiniens pillent un camion d’aide humanitaire alors qu’il traversait la bande de Gaza à Rafah, dimanche 17 décembre 2023

Les forces israéliennes auraient également tiré sur des convois humanitaires de l’ONU transportant des vivres vitaux dans le centre de Gaza.

L’ambassadeur adjoint d’Israël à l’ONU, Brett Miller, a accusé mardi l’ONU d’avoir refusé de fournir de l’aide au nord de Gaza et de rejeter la faute sur son pays.

Au moins un quart de la population de Gaza, soit 576 000 personnes, est à deux doigts de la famine et la quasi-totalité de la population a besoin de nourriture, selon l’ONU.

Les Juifs ultra-orthodoxes visés par un nouveau projet de loi militaire

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a exhorté son gouvernement à présenter un nouveau projet de loi qui obligerait les Juifs ultra-orthodoxes à servir dans l’armée, affirmant que la guerre à Gaza ne laisse au pays « pas d’autre choix ».

Le service militaire est obligatoire pour les hommes juifs, mais les partis ultra-orthodoxes politiquement puissants ont obtenu des exemptions pour leurs communautés afin de permettre aux hommes de poursuivre une éducation religieuse. Cela a suscité du ressentiment et de la colère dans certains milieux.

« La Torah protège le judaïsme depuis 2 500 ans ; cependant, sans notre existence physique, il n’y a pas d’existence spirituelle », a déclaré Gallant mercredi soir.

« Tous les secteurs du pays doivent travailler ensemble pour protéger notre maison », a-t-il poursuivi.

Gallant a déclaré qu’il étendrait également les exigences d’enrôlement et de réserve pour les militaires.

Selon Hiddush, une organisation qui promeut l’égalité religieuse, environ 60 000 hommes ultra-orthodoxes en âge de servir dans l’armée ne servent actuellement pas dans l’armée. Israël a mobilisé quelque 300 000 réservistes après l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Les partis ultra-orthodoxes – un partenaire clé de la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu – souhaitent maintenir les exemptions.

Dans le passé, les tentatives visant à réviser le projet de loi pour inclure les ultra-orthodoxes ont attiré des dizaines de milliers d’ultra-orthodoxes dans les rues lors de grandes et violentes manifestations qui ont bloqué les principales routes.

Les travailleurs humanitaires risquent d’être expulsés d’Israël

Des dizaines de membres du personnel humanitaire ont été contraints de quitter Israël et les territoires palestiniens, selon un groupe représentant les agences humanitaires

L’Association des agences internationales de développement (AIDA) a déclaré qu’Israël avait cessé d’accorder des visas aux travailleurs internationaux des organisations humanitaires, entravant ainsi les efforts visant à acheminer de la nourriture et d’autres fournitures vitales vers Gaza.

D’autres – y compris des personnalités clés des organisations humanitaires – dépassent la durée de validité de leur visa et risquent d’être expulsés pour continuer à travailler.

Les équipes d’intervention d’urgence, expérimentées dans le travail avec Gaza, ont été particulièrement touchées, a déclaré Faris Arouri, directeur d’AIDA.

Un véhicule de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens passe au point de passage de la bande de Gaza vers l'Égypte à Rafah, le samedi 25 novembre 2023.
Un véhicule de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens passe au point de passage de la bande de Gaza vers l’Égypte à Rafah, le samedi 25 novembre 2023.

Le blocage des visas par Israël signifie que les groupes humanitaires n’ont pas pu faire venir d’experts à Jérusalem, où l’aide à Gaza est coordonnée.

« Nous sommes obligés de plaider simplement pour laisser le personnel venir à Jérusalem », a déclaré Arouri, ajoutant que le gel des visas était sans précédent.

« Il y a toujours eu des hauts et des bas, surtout depuis la deuxième Intifada (de 2000 à 2005). Il y a eu des phases où il y avait certaines restrictions ou où l’accès était plus difficile. Mais jamais à cette échelle.

Plus de 150 emplois ont été touchés, a déclaré Arouri.

Près de 100 visas de personnel ont déjà obtenu ou devraient l’être d’ici quelques semaines, a-t-il détaillé, ajoutant que les organisations humanitaires n’étaient pas en mesure de recruter le personnel nécessaire pour intensifier leurs opérations, alors que la situation à Gaza devenait de plus en plus désastreuse.

Laisser un commentaire

dix − six =