Interview: How collaboration between fishers and scientists helps Malta

Milos Schmidt

Interview : Comment la collaboration entre pêcheurs et scientifiques aide le secteur de la pêche à Malte

Luca Pisani, biologiste marin chez Aquatic Resources Malta, souligne l’importance de maintenir de solides relations de travail avec les pêcheurs qui accueillent des scientifiques comme lui à bord de leurs navires.

Luca Pisani, biologiste marin chez Aquatic Resources Malta, souligne l’importance de maintenir de solides relations de travail avec les pêcheurs qui accueillent des scientifiques comme lui à bord de leurs navires.

Cette collaboration comble le fossé entre les pêcheurs et les décideurs politiques, garantissant que les décisions sont basées sur des données précises sur la santé de l’océan, selon Luca, membre d’une équipe de recherche de trois hommes à Aquatic Resources Malta, liée au ministère public maltais.

« Comme nous travaillons avec le gouvernement, les pêcheurs peuvent avoir tendance à être un peu sceptiques ou timides lorsqu’ils travaillent avec nous, car ils craignent que nous finissions par mettre en œuvre des politiques ou des réglementations, ou que le gouvernement finisse par mettre en œuvre des politiques ou des réglementations, qui pourraient nuire affecter leurs intérêts », dit-il.

Mais en fait, ce qui est capturé, c’est ce qui, selon Luca, le concerne, lui et son équipe.

« Au moins, en tant qu’équipe biologique, nous ne fournissons aucune information sur d’éventuelles formes d’illégalités, de contrôle ou quoi que ce soit en rapport avec le secteur du contrôle », explique Luca.

« Et il est dans l’intérêt de tous, et en particulier du nôtre, de savoir exactement ce qui est pêché afin d’avoir une bonne image de la situation en mer ».

Ce n’est qu’en comprenant véritablement ce qui se passe en mer que les données peuvent être correctement canalisées pour éclairer la compréhension et la prise de décision selon le biologiste marin.

« Il est très important que nous entretenions de bonnes relations de travail avec les pêcheurs et, en fin de compte, leurs intérêts sont nos propres intérêts »

Selon Luca, si la mer ne va pas bien, « nous voulons le savoir ».

Et c’est parce que « si nous pouvons comprendre et identifier exactement où les choses semblent avoir des difficultés, alors nous pouvons en parler aux décideurs politiques et aux décideurs afin qu’ils soient mieux équipés pour prendre les mesures appropriées pour essayer de protéger la mer dans l’intérêt des pêcheurs ».

Luca Pisani est biologiste marin chez Aquatic Resources Malta.

Laisser un commentaire

15 − trois =