NO Uniform has worked with prestigious hotel brands like Claridge’s, Raffles & Fairmont and Rosewood.

Milos Schmidt

Haute couture hôtelière : les hôtels font appel à des maisons de couture pour concevoir les uniformes du personnel

Dans l’hôtellerie de luxe, fini le temps des chemises unies et des pantalons en polyester choisis sur catalogue.

À l’entrée élégante en verre et en marbre noir de l’hôtel Vakko à Istanbul, deux portiers en queue-de-pie noire, casquette à visière et gants crème attendent les invités.

Cela donne à l’hôtel récemment ouvert un air intemporel, comme s’il s’agissait de l’une des grandes dames qui occupent le sommet de l’offre hôtelière européenne depuis des siècles.

S’il est peu probable que les voyageurs choisissent un hôtel en fonction des uniformes du personnel, ceux-ci constituent néanmoins un élément clé de l’expérience client.

C’est pourquoi les hôtels font de plus en plus appel à des créateurs de mode pour transformer les uniformes fades et omniprésents en tenues mémorables qui représentent leur marque, leur identité et leur emplacement.

Les uniformes haute couture sont à la mode dans les hôtels de luxe

Dans l’hôtellerie de luxe, fini le temps des chemises unies et des pantalons en polyester choisis sur catalogue.

Désormais, les hôtels haut de gamme font appel à des maisons de design pour créer des uniformes sur mesure, qui constituent une autre façon de brandir leur identité de marque.

NO Uniform est une entreprise qui s’est engagée à concevoir des uniformes « avant-gardistes et soucieux du développement durable » pour l’industrie hôtelière.

Au Nobu Hotel de Marylebone à Londres, les uniformes rappellent l'héritage japonais de la marque avec des couches de style kimono et une ceinture d'inspiration obi.
Au Nobu Hotel de Marylebone à Londres, les uniformes rappellent l’héritage japonais de la marque avec des couches de style kimono et une ceinture d’inspiration obi.

Fondé en 2002 par le créateur de haute couture britannique Nicholas Oakwell, l’atelier basé à Londres fournit désormais une collection de marques d’hôtels haut de gamme, de résidences privées, de restaurants, de bars, de clubs et d’institutions d’entreprise dans le monde entier.

« Nous nous considérons comme des « conteurs silencieux » qui transforment le tissu en récits », explique Oakwell.

« L’ère de la personnalisation a débuté, permettant aux consommateurs d’exprimer leur identité unique à travers leurs vêtements. »

Les hauts-de-forme et les queues-de-pie font désormais partie des uniformes du personnel des hôtels

NO Uniform a travaillé avec des marques hôtelières prestigieuses comme Claridge’s, Raffles & Fairmont et Rosewood.

« À travers chaque collaboration hôtelière, NO Uniform s’efforce de démontrer le séjour exceptionnel auquel chaque client peut s’attendre », ajoute Oakwell, « où le luxe ne se ressent pas seulement dans l’architecture et les équipements, mais est également reconnu à travers les uniformes impeccables et élégants portés par le personnel. »

Désormais, les hôtels haut de gamme font appel à des maisons de design pour créer des uniformes sur mesure, qui constituent une autre façon de brandir leur identité de marque.
Désormais, les hôtels haut de gamme font appel à des maisons de design pour créer des uniformes sur mesure, qui constituent une autre façon de brandir leur identité de marque.

Au Raffles Doha, par exemple, Oakwell a fusionné les motifs indiens traditionnels avec les coupes élégantes (et les hauts-de-forme) des illustres hôtels de Londres pour représenter le caractère multiculturel de la ville.

Au Nobu Hotel de Marylebone à Londres, les uniformes rappellent l’héritage japonais de la marque avec des couches de style kimono et une ceinture d’inspiration obi.

Les uniformes du groupe Rosewood, en revanche, sont des versions jazzées de la confection britannique traditionnelle utilisant des tissus riches.

Les uniformes de déclaration aident à attirer les clients de l’hôtel après la pandémie

D’autres créateurs ont également été engagés pour créer des uniformes de haute couture alors que les hôtels haut de gamme cherchaient à attirer leurs clients après la pandémie.

En 2022, Guillaume Henry, directeur artistique de Patou, collabore avec l’Hôtel So/Paris sur de nouveaux uniformes.

Pour que les clients ne risquent pas de rater la position privilégiée de l’hôtel sur les quais de Seine, il a insufflé à la collection des références nautiques : pulls rayés, shorts aux boutons dorés brillants et bérets de marin à pompons rouge vif.

Le personnel du Standard Ibiza porte désormais des chemises et des pantalons en lin légers d’inspiration estivale conçus par la marque de vêtements pour hommes SMR Days, tandis que le designer Jackson Wiederhoeft, basé à Brooklyn, s’est inspiré de la fantaisie de Wes Anderson pour les tenues rétro de Nemacolin en Pennsylvanie.

Laisser un commentaire

5 × 3 =