Guerre Israël-Hamas : Gaza submergée par les bombardements, le Hamas qualifie d'« inhumain » le veto américain au blocage du cessez-le-feu

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : Gaza submergée par les bombardements, le Hamas qualifie d’« inhumain » le veto américain au blocage du cessez-le-feu

Les derniers développements de la guerre Israël-Hamas.

Des bombardements « incessants » frappent la bande de Gaza

Les avions militaires israéliens ont frappé certaines parties de la bande de Gaza dans la nuit de samedi, lors de bombardements incessants, y compris certaines des parcelles de terre en diminution vers lesquelles les Palestiniens avaient été invités à évacuer dans le sud du territoire.

Les dernières frappes ont eu lieu un jour après que les États-Unis ont opposé leur veto à une résolution des Nations Unies exigeant un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza, bien qu’elle soit soutenue par la grande majorité des membres du Conseil de sécurité et de nombreux autres pays. Le vote au sein du conseil composé de 15 membres a été de 13 contre 1, le Royaume-Uni s’étant abstenu.

« Les attaques aériennes, terrestres et maritimes sont intenses, continues et généralisées », déclare l’ONU.

» a déclaré le secrétaire général Antonio Guterres avant le vote. Les habitants de Gaza « sont invités à se déplacer comme des flippers humains – ricochant entre des fragments de plus en plus petits du sud, sans aucune des bases de survie ».

António Guterres a déclaré au Conseil que Gaza était à « un point de rupture », avec un système de soutien humanitaire risquant de s’effondrer totalement, et qu’il craignait que « les conséquences puissent être dévastatrices pour la sécurité de toute la région ».

En réponse au veto des États-Unis sur la résolution, le Hamas a qualifié la décision nationale d’« inhumaine ».

Pas d’échappatoire pour de nombreux Palestiniens

Les frontières de Gaza avec Israël et avec l’Égypte sont effectivement fermées, ne laissant aux Palestiniens d’autre choix que de chercher refuge à l’intérieur du territoire.

Le nombre total de morts à Gaza depuis le début de la guerre a dépassé 17 400, dont une majorité de femmes et d’enfants, selon le ministère de la Santé de Gaza contrôlée par le Hamas, qui ne fait pas de différence entre les civils et les combattants dans son décompte.

Israël tient le Hamas pour responsable des pertes civiles, accusant les militants d’utiliser des civils comme boucliers humains, et affirme avoir déployé des efforts considérables avec ses ordres d’évacuation pour mettre les civils hors de danger.

Samedi, les habitants de Gaza ont signalé des frappes aériennes et des bombardements dans la partie nord de la bande ainsi que dans le sud, notamment dans la ville de Rafah, située près de la frontière égyptienne et vers laquelle l’armée israélienne avait ordonné aux civils d’évacuer.

Le principal hôpital de la ville centrale de Deir al-Balah a reçu les corps de 71 personnes tuées dans les bombardements dans la région au cours des dernières 24 heures, a annoncé samedi matin le ministère de la Santé. L’hôpital a également accueilli 160 blessés, a indiqué le ministère. Dans la ville méridionale de Khan Younis, les corps de 62 personnes et 99 autres blessés ont été transportés à l’hôpital Nasser au cours des dernières 24 heures, a indiqué le ministère.

Pourquoi n’y a-t-il pas eu de cessez-le-feu – ou de nouvel accord de trêve ?

Plus de 2 200 Palestiniens ont été tués depuis la rupture de la trêve le 1er décembre.

Environ les deux tiers de ce nombre étaient des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Malgré la pression internationale croissante, l’administration Biden reste opposée à un cessez-le-feu illimité, arguant qu’il permettrait au Hamas de survivre et constituerait une menace pour Israël.

Les responsables ont exprimé leurs inquiétudes ces derniers jours face à l’augmentation du nombre de morts parmi les civils et à la grave crise humanitaire, mais n’ont pas poussé publiquement Israël à mettre un terme à la guerre, qui en est maintenant à son troisième mois.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré qu’un cessez-le-feu serait une victoire pour le Hamas. « Un cessez-le-feu, c’est une récompense pour le Hamas, c’est la libération des otages détenus à Gaza et un signal d’alarme aux groupes terroristes partout dans le monde », a-t-il déclaré.

Alors que les combats reprenaient après une brève trêve il y a plus d’une semaine, les États-Unis ont exhorté Israël à faire davantage pour protéger les civils et à autoriser davantage d’aide à Gaza assiégée. Ces appels interviennent alors qu’Israël étend sa vaste campagne aérienne et terrestre au sud de Gaza, en particulier dans la ville méridionale de Khan Younis, provoquant la fuite de dizaines de milliers d’autres.

Des frappes aériennes ont été signalées pendant la nuit dans le camp de réfugiés de Nuseirat, où un résident, Omar Abu Moghazi, a déclaré qu’une frappe avait touché une maison familiale, faisant des victimes.

Des frappes aériennes et des bombardements ont également eu lieu dans la ville de Gaza et dans d’autres parties du nord de la bande.

Laisser un commentaire

5 × un =