Farmers protest in front of the European Parliament on 4 June

Jean Delaunay

Faible taux de participation à la manifestation des agriculteurs avant le vote européen

Le Copa-Cogeca, la principale organisation paysanne de l’UE, s’est dissociée de l’événement et a affirmé qu’aucun de ses membres n’y avait participé.

Dans un champ à l’extérieur de la capitale belge, Bruxelles, des agriculteurs se sont rassemblés pour protester contre les réglementations environnementales européennes, avec des manifestants venant de Pologne, des Pays-Bas et de France.

Les organisateurs s’attendaient à une participation importante à cette dernière manifestation avant les élections européennes, malgré le fait que Bruxelles ait récemment assoupli les exigences environnementales dans sa politique agricole commune (PAC).

Alors que l’UE peine à atteindre ses objectifs climatiques, les agriculteurs européens estiment que ces concessions ne vont pas assez loin pour protéger leur industrie.

« Il y a quelques petites évolutions que nous sommes obligés de noter. Mais pour l’instant, à ce stade, ils n’apportent rien au niveau économique », a déclaré Christian Convers, secrétaire général du syndicat des agriculteurs, Coordination rurale.

Malgré leur colère persistante, seulement 2 000 personnes environ ont participé aux manifestations, bien loin des 15 000 à 20 000 attendus par les organisateurs.

L’une des raisons possibles de cette situation était le soutien apporté aux manifestants par des politiciens et des groupes de droite.

Sieta van Keimpema, porte-parole de l’organisation Farmers Defence Force, a nié ces allégations.

« C’est un mensonge que nous avons entendu maintes et maintes fois. Il n’y a pas de politique dans cette manifestation et il n’y a rien d’extrême à part les gens qui mentent », a-t-elle déclaré.

Van Keimpema a déclaré que la manifestation avait été organisée et financée par des groupes agricoles, qui avaient exigé que les participants évitent la violence et s’abstiennent de boire de l’alcool lors de l’événement.

Mais la liste des orateurs a montré un tableau différent, avec des discours d’hommes politiques de partis d’extrême droite, dont le Vlaams Belang flamand et le PiS polonais.

Le Copa-Cogeca, la principale organisation paysanne de l’UE, s’est dissociée de l’événement et a affirmé qu’aucun de ses membres n’y avait participé.

Les Verts européens ont également fait part de leurs inquiétudes, affirmant que les organisations d’extrême droite capitalisent sur les problèmes soulevés par les agriculteurs.

« L’extrême droite nourrit les agriculteurs en leur faisant croire que l’Europe et le Pacte vert sont responsables de leurs difficultés », a déclaré le principal candidat du parti et député européen Bas Eickhout.

Il a déclaré que les Verts étaient disposés à travailler avec des agriculteurs qui « opèrent dans le cadre de la démocratie ».

Les manifestations, qui ont débuté cet hiver, ont poussé la Commission européenne à modifier la PAC et à abandonner la législation sur l’utilisation des pesticides.

Laisser un commentaire

vingt + cinq =