Eurovues.  La Croix-Rouge laisse encore tomber les Juifs

Jean Delaunay

Eurovues. La Croix-Rouge laisse encore tomber les Juifs

Nous, dont le peuple a été décimé pendant l’Holocauste et qui avons vu notre peuple être massacré et emmené en enfer, comptons sur le CICR pour qu’il fasse ce qu’il faut. À nos yeux, cela pourrait être votre dernière chance, écrit Robert Singer.

En 2015, le Congrès juif mondial a organisé un événement au Musée de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de Genève, à l’occasion du 70e anniversaire de la libération des camps d’extermination nazis, intitulé « En souvenir de la Shoah : le CICR et les efforts de la communauté internationale pour répondre au génocide. et protection des civils ».

Dans son discours d’ouverture, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a déclaré : « Le CICR n’a pas réussi à protéger les civils et, plus particulièrement, les Juifs persécutés et assassinés par le régime nazi. Elle a échoué en tant qu’organisation humanitaire parce qu’elle a perdu son sens moral.

Dans les années qui ont suivi cet aveu courageux et 78 ans après la fin de l’Holocauste, le CICR a une fois de plus perdu son sens moral et ce sont à nouveau les Juifs qui en portent le poids.

Os coincés dans la gorge

Le jour du pogrom du 7 octobre, lorsque les escadrons de la mort du Hamas ont envahi la frontière israélienne comme Groupes Einsatz, assassinant, mutilant et violant sans pitié et joyeusement plus de 1 200 Israéliens, en kidnappant 240 et en blessant physiquement et psychologiquement des milliers d’autres, le CICR n’a pu trouver de place que dans son unique communiqué de presse officiel pour appeler « toutes les parties à respecter leurs obligations juridiques en vertu du droit international humanitaire ». (DIH). Les civils et les agents de santé doivent être respectés et protégés à tout moment.

C’est la réponse que la plus importante organisation mondiale d’aide humanitaire pourrait dire à propos du plus grand massacre de Juifs depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et de l’attaque terroriste la plus inhumaine de l’histoire moderne, avant même que l’État juif ne rassemble une réponse aux atrocités. .

Lorsqu’il s’agit des Juifs ou de l’État juif, toutes les normes et règles sont jetées par la fenêtre.

Une femme passe devant des chaises vides attachées ensemble dans une installation artistique représentant des otages détenus par le Hamas sur la place des otages du Musée d'art de Tel Aviv, novembre 2023.
Une femme passe devant des chaises vides attachées ensemble dans une installation artistique représentant des otages détenus par le Hamas sur la place des otages du Musée d’art de Tel Aviv, novembre 2023.

Dans le corps du communiqué de presse, il n’est pas fait mention des mots « Israël » ou « Israéliens », comme s’il s’agissait d’os coincés dans la gorge des attachés de presse à la bouche farineuse qui ont écrit un discours aussi méprisable et dénué de sens.

C’était là l’occasion pour le CICR de démontrer qu’il n’avait pas perdu sa « boussole morale » et qu’il avait tiré les leçons du passé. Malheureusement, l’organisation a lamentablement échoué dans sa mission, et ce communiqué de presse a sans doute été le point central de la Croix-Rouge au cours des semaines qui ont suivi.

Les attachés de presse du CICR qui ne trouvaient ni réconfort ni sympathie pour les victimes juives en trouvèrent beaucoup pour les Palestiniens.

Cependant, lorsqu’il s’agit des Juifs ou de l’État juif, toutes les normes et règles sont jetées par la fenêtre.

Israël est nommé, mais pas le Hamas ?

Plus remarquable encore, alors que dans tous les conflits dans le monde, le CICR veille à ce que les civils quittent les zones de conflit et les aide à quitter les zones de conflit, comme nous en sommes témoins en Ukraine, au Soudan et dans d’autres régions du monde, la Croix-Rouge a condamné Israël pour avoir fait de même.

Le 13 octobre, alors que les Forces de défense israéliennes prenaient des mesures sans précédent dans les annales de l’histoire pour garantir que les civils soient avertis équitablement de quitter une arène de conflit, le CICR a accusé Israël de ne pas respecter le droit international humanitaire.

Il n’y a aucune mention des criminels de guerre du Hamas qui commettent à plusieurs reprises de multiples crimes de guerre, notamment en utilisant des institutions civiles, comme les hôpitaux, les écoles et les mosquées, comme centres de contrôle militaire et sites de lancement de roquettes.

Comme si tout cela ne suffisait pas, le CICR a complètement échoué dans sa mission centrale, qui devrait être d’obtenir la libération des otages israéliens. Elle n’a même pas réussi à leur rendre visite ni à leur fournir les médicaments nécessaires.

Eyal Barad fait une pause dans la pièce sécurisée où il s'est réfugié avec sa famille alors que le Hamas saccageait sa communauté au kibboutz Nir Oz, le 9 novembre 2023.
Eyal Barad fait une pause dans la pièce sécurisée où il s’est réfugié avec sa famille alors que le Hamas saccageait sa communauté au kibboutz Nir Oz, le 9 novembre 2023.

Non, c’est l’État juif, qui risque la vie de ses propres soldats et perd l’élément de surprise crucial de pouvoir diffuser à l’avance où il va attaquer, qui se retrouve régulièrement dans les lignes de tir du CICR.

Comme si tout cela ne suffisait pas, le CICR a complètement échoué dans sa mission centrale, qui devrait être d’obtenir la libération des otages israéliens. Elle n’a même pas réussi à leur rendre visite ni à leur fournir les médicaments nécessaires.

Selon ses enfants, la Croix-Rouge a refusé d’accepter les médicaments d’Elma Avraham, la femme de 84 ans qui a été enlevée à son domicile du kibboutz Nahal Oz le 7 octobre et libérée après presque deux mois d’enfer.

Ils ont manqué à leur devoir central.

Un cas de double standard

Bien sûr, nous devons mentionner le rôle du CICR dans l’accueil des otages libérés et dans leur conduite jusqu’à la frontière avec l’Égypte, mais la Croix-Rouge est certainement censée être plus qu’un simple facilitateur dans la remise physique des otages.

Malgré les protestations du contraire, le CICR dispose du numéro de téléphone du Hamas lorsqu’il en a besoin et peut répondre à ses propres besoins auprès de l’organisation terroriste génocidaire, comme en témoigne la récente visite de l’actuelle présidente Mirjana Spoljaric Egger.

Un véhicule de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens passe au point de passage de la bande de Gaza vers l'Égypte à Rafah, novembre 2023
Un véhicule de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens passe au point de passage de la bande de Gaza vers l’Égypte à Rafah, novembre 2023

Il a aussi une voix quand il le souhaite.

Au début du conflit, au lieu de travailler 24 heures sur 24 pour libérer les otages, le CICR semblait davantage préoccupé par le droit de visite des familles et le luxe des massacres de terroristes dans les prisons israéliennes.

Donc non, toutes les excuses du CICR sont manifestement fausses et trompeuses.

Il semble simplement qu’il y ait une règle pour les Juifs et une règle pour le reste du monde.

78 ans après l’Holocauste, le CICR laisse une fois de plus tomber les Juifs. Il lui reste encore une chance de remédier à ces défauts flagrants, mais pas pour longtemps, car les otages israéliens sont décrits comme étant dans un état de santé et de traitement qui se détériorent.

Nous, dont le peuple a été décimé pendant l’Holocauste et qui avons vu notre peuple être massacré et emmené en enfer, comptons sur le CICR pour qu’il fasse ce qu’il faut.

À nos yeux, cela pourrait être votre dernière chance.

Laisser un commentaire

14 − sept =