Des traces d'explosifs découvertes sur un yacht dans la sonde de sabotage de Nord Stream

Jean Delaunay

Des traces d’explosifs découvertes sur un yacht dans la sonde de sabotage de Nord Stream

Le mystère entoure toujours qui était derrière l’explosion, qui a détruit un gazoduc vital entre la Russie et l’Europe.

Des traces d’explosifs ont été trouvées dans des échantillons prélevés sur un yacht lors d’une enquête sur le sabotage de l’an dernier des gazoducs Nord Stream, selon des diplomates européens.

Les enquêteurs allemands enquêtant sur l’attaque du 26 septembre ont déclaré que « des traces d’explosifs sous-marins ont été trouvées dans les échantillons prélevés sur le bateau » mardi.

Le ministère danois des Affaires étrangères a tweeté ce jour-là une lettre des ambassadeurs de l’Allemagne, de la Suède et du Danemark à l’ONU au président du Conseil de sécurité de l’ONU avec des informations sur leurs activités jusqu’à présent.

Une section de la lettre détaillant les conclusions de l’Allemagne indique que le cap précis du voilier n’a pas encore été définitivement établi.

L’enquête n’a pas non plus établi qui étaient les auteurs et si un État était encore impliqué.

Les responsables ont exprimé leur prudence en mars face aux informations des médias selon lesquelles un groupe pro-ukrainien était impliqué dans le sabotage.

Les médias allemands ont alors rapporté que cinq hommes et une femme ont utilisé un yacht loué par une société ukrainienne en Pologne pour mener l’attaque, qui est partie du port allemand de Rostock.

Les procureurs fédéraux allemands ont refusé de commenter directement cette allégation. Mais ils ont confirmé qu’un bateau avait été fouillé en janvier, soupçonnant qu’il aurait pu être utilisé pour transporter des engins explosifs qui ont été utilisés pour faire sauter les pipelines.

« À ce stade, il n’est pas possible d’établir de manière fiable l’identité des auteurs et leurs motivations, en particulier en ce qui concerne la question de savoir si l’incident a été dirigé par un État ou un acteur étatique », indique la lettre.

Des explosions sous-marines ont rompu le pipeline Nord Stream 1, qui, jusqu’à ce que la Russie coupe les approvisionnements fin août, était la principale voie d’approvisionnement de l’Allemagne.

Le sabotage présumé a également endommagé le gazoduc Nord Stream 2, qui n’est jamais entré en service car l’Allemagne a suspendu son processus de certification peu de temps avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine en février 2022.

L’UE a d’abord qualifié l’acte de « délibéré», accusant Moscou de manipuler le gaz fourni en représailles aux sanctions occidentales.

« Toute perturbation délibérée des infrastructures énergétiques européennes actives est inacceptable (et) entraînera la réponse la plus forte possible », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au lendemain de l’explosion.

Les pipelines ont longtemps été la cible de critiques de la part des États-Unis et de certains de leurs alliés, qui ont averti qu’ils posaient un risque pour la sécurité énergétique de l’Europe en augmentant la dépendance au gaz russe.

Le président Vladimir Poutine et des responsables russes ont accusé les États-Unis d’avoir organisé les explosions du pipeline, qu’ils ont décrites comme une attaque terroriste.

L’Ukraine a rejeté les suggestions selon lesquelles elle aurait pu ordonner l’attaque.

Les pays qui enquêtent sur les explosions n’ont pas précisé qui aurait pu être responsable.

« Toutes les informations permettant de clarifier l’affaire seront recherchées au cours de la poursuite des enquêtes », indique la lettre conjointe.

Laisser un commentaire

11 − cinq =