Des milliers de personnes devraient protester contre les mesures d'austérité de l'UE à Bruxelles

Milos Schmidt

Des milliers de personnes devraient protester contre les mesures d’austérité de l’UE à Bruxelles

Les manifestants craignent qu’une série de nouvelles règles financières européennes ne poussent les États membres à l’austérité.

Des milliers de manifestants devraient se rassembler mardi à Bruxelles pour protester contre ce qu’ils perçoivent comme de nouvelles mesures d’austérité alors que les 27 pays de l’Union européenne discutent des moyens de réviser les règles sur les dépenses publiques.

Les ministres des Finances du bloc négocient depuis des mois une réforme des règles de l’UE limitant la dette et les déficits des États membres, connue sous le nom de Pacte de stabilité et de croissance, qui réduirait les options des nations cherchant à dépenser pour sortir d’une crise et potentiellement les forcer à l’austérité.

Les règles, qui se sont souvent révélées difficiles à appliquer et ont été une source de tensions, ont été suspendues pendant la pandémie de COVID-19 mais devraient être réactivées l’année prochaine.

Les règles actuelles stipulent que la dette publique totale des États membres ne doit pas dépasser 60 % de leur PIB et que leur déficit annuel doit être maintenu en dessous de 3 %.

Selon les derniers chiffres de l’UE, les taux de dette publique par rapport au PIB les plus élevés étaient en Grèce avec 166,5%, en Italie avec 142,4%, et quatre autres pays dépassant également la barre des 100%.

Au milieu des tensions entre l’Allemagne et la France, un accord sur les règles révisées n’a pas encore été trouvé.

Mais la Confédération européenne des syndicats, qui représente 45 millions de membres, affirme qu’en vertu du projet de réforme actuel, 14 États membres seront contraints de réduire au total 45 milliards d’euros de leur budget l’année prochaine seulement.

« Selon la proposition actuelle, les États membres ayant un déficit supérieur à 3 % du PIB devront réduire leur déficit budgétaire d’au moins 0,5 % du PIB chaque année », a déclaré la CES. « Cela entraînerait une diminution du nombre d’emplois, une baisse des salaires, des services publics mis à rude épreuve et laisserait la plupart des États membres de l’UE incapables de réaliser les investissements nécessaires pour atteindre les propres objectifs sociaux et climatiques de l’UE. »

À l’approche des élections européennes de l’année prochaine et de la montée de l’extrême droite à travers le continent, la CES a également averti que « l’extrême droite est la principale bénéficiaire du type de politiques fiscales proposées ».

Il a indiqué que les syndicats profiteraient de la manifestation dans la capitale des institutions de l’UE pour appeler à des mesures excluant les investissements en faveur d’objectifs sociaux et climatiques des limites de dépenses.

Ils demanderont également aux gouvernements de maintenir en place les mécanismes de solidarité introduits pendant la crise du coronavirus, tels que le plan de prêts et de subventions de plusieurs milliards d’euros de la Facilité pour la reprise et la résilience, conçu pour aider les 27 pays de l’UE à insuffler une nouvelle vie à leurs économies ravagées par le virus.

Laisser un commentaire

5 − un =