People attend a rally in Kyiv to demand the release of Ukrainian prisoners of war.

Jean Delaunay

Des experts des droits de l’homme soutenus par l’ONU dénoncent de nouvelles preuves de torture de prisonniers de guerre ukrainiens par la Russie

Une enquête a révélé des indices de mauvais traitements brutaux qui laissent penser à de possibles crimes de guerre.

Des experts des droits de l’homme soutenus par l’ONU affirment avoir rassemblé de nouvelles preuves de tortures « horribles » infligées aux prisonniers de guerre ukrainiens par leurs geôliers russes, et que de telles pratiques pourraient constituer des crimes de guerre.

La commission d’enquête sur l’Ukraine a déclaré vendredi que les violations des droits de l’homme étaient généralisées depuis que le président russe Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes d’envahir le pays il y a plus de deux ans, et que les souffrances des civils ne cessent de s’accroître depuis lors.

« De nouvelles preuves renforcent les conclusions précédentes de la commission selon lesquelles la torture utilisée par les autorités russes en Ukraine et dans la Fédération de Russie est généralisée et systématique », a déclaré la commission dans son dernier rapport, citant le « traitement horrible » des prisonniers de guerre dans plusieurs sites en Russie.

Il a déclaré que les forces russes faisaient régulièrement preuve de peu d’attention aux dommages possibles causés aux civils dans leurs opérations militaires et citaient les incidents de viols et de violences sexuelles contre les femmes comme équivalant à de la torture.

La réinstallation d’enfants de la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, vers la Crimée occupée par la Russie ne semble pas être temporaire, ont-ils déclaré, et pourrait constituer un crime de guerre de transfert illégal.

Erik Mose, président de la Commission d'enquête internationale indépendante sur l'Ukraine.
Erik Mose, président de la Commission d’enquête internationale indépendante sur l’Ukraine.

La commission, mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a déclaré avoir effectué plus de deux douzaines de voyages en Ukraine et s’être appuyée sur des entretiens avec plus de 1 400 hommes et femmes au cours des deux dernières années.

Dans un cas, un ancien détenu ukrainien qui n’a pas été identifié a décrit avoir eu la clavicule cassée, des dents cassées et un pied blessé battu, entre autres mauvais traitements, jusqu’à ce qu’il « les supplie de le tuer », selon le rapport.

Après sa libération, il a subi 36 hospitalisations jusqu’en janvier de cette année, selon le communiqué.

Tout en saluant l’aide des autorités ukrainiennes dans son enquête, l’équipe a évoqué un « manque de coopération » de la part des autorités russes et a déclaré n’avoir reçu aucune réponse à ses près de deux douzaines de demandes de rencontres, d’accès et d’informations.

Du côté ukrainien, le rapport fait état de « quelques violations » des droits de l’homme par les autorités ukrainiennes à l’encontre de personnes soupçonnées de collaborer avec la Russie.

Laisser un commentaire

cinq × deux =