Bilan Venise 2023 : "Le Palais" - Roman Polanski donne à ses détracteurs la punchline parfaite

Jean Delaunay

Bilan Venise 2023 : « Le Palais » – Roman Polanski donne à ses détracteurs la punchline parfaite

Malgré le débat en cours autour de l’inclusion de réalisateurs controversés dans les festivals de cinéma, Venise a décidé de présenter en avant-première « Le Palais » de Roman Polanski. Ils auraient dû y réfléchir à deux fois, car c’est de loin le pire film sur lequel Polanski ait jamais mis son nom.

S’inspirant de ses propres séjours au Gstaad Palace en Suisse, le réalisateur Roman Polanski revient au Lido après le succès de 2019 Un officier et un espion avec une comédie scénarisée par le réalisateur polonais Jerzy Skolimowski, présentée comme une « comédie noire absurde et provocatrice ».

Il suit une panoplie d’invités ultra riches et choyés qui arrivent à l’hôtel avant une somptueuse fête du Nouvel An à la veille de l’an 2000. Les serveurs, les cuisiniers et les réceptionnistes sont tous en alerte pour répondre à tous leurs besoins, aussi bizarres soient-ils. et pour distraire les clients les plus paranoïaques qui craignent que le Millennium Bug n’annonce la fin du monde.

Allons droit au but, cher lecteur, en pensant à Le palais plus longtemps que nécessaire, toute personne sensée sera plongée dans un état de catatonie prolongée : cette satire en herbe est à peu près aussi pertinente que la polio, aussi provocante qu’un film Carry On pour les yeux modernes, et aussi drôle que de courir face la première dans une hélice en rotation.

Le film atrocement mauvais voit Polanski essayer de canaliser une partie de cette énergie de Ruben Östlund et tomber à plat ventre. Même l’affiche ressemble à un Triangle de tristesse arnaquer.

Il est vraiment difficile de se souvenir d’un film qui rate sa cible de manière aussi spectaculaire que Le palaisqui est sans conteste le pire film du réalisateur.

Et oui, cela veut dire que les années 1986 Pirates est mieux.

Avant l’arrivée des invités au Palace, le directeur dévoué de l’hôtel, Hansueli (Oliver Masucci), demande à son personnel : « Politesse, précision, perfection ».

Examinons-les.

Politesse.

Échouer. Rots, défécations, pipes, fumer de l’herbe, un hommage à Week-end chez Bernieet un chien frappant un pingouin CGI terriblement rendu est apparemment le summum de la comédie ici.

Oui, il y a un pingouin dans l’hôtel. Ne demandez pas.

Précision.

Points nuls. Considérez l’appel des personnages des archétypes ambulants : de vieux Yankees botoxés ressemblant à des Peperamis hantés ; des oligarques russes typiques avec leur entourage habituel de gardes du corps volumineux et de bimbos hurlantes ; une marquise obsédée par les chiens (Fanny Ardant) qui devient hystérique à la Dickens à chaque fois que son précieux chiot ne parvient pas à aller à la selle ; le multimillionnaire Arthur William Dallas III (John Cleese) et sa jeune épouse qui héritera bientôt de la fortune ; et M. Crush (Mickey Rourke, rendu par l’IA) qui tente de profiter financièrement de l’hystérie de l’an 2000…

On voit bien que la rigueur n’est pas à l’ordre du jour.

C’est fatigué, bruyant, bon marché et profondément insipide. Il n’y a rien ici à part une approche globale de la question : « Les riches ne sont-ils pas décadents ? – un sous-genre de films qui a déjà eu son moment l’année dernière suite Le triangle de la tristesse, Le menu, L’oignon en verre et le succès fulgurant de The White Lotus de HBO.

La perfection.

La seule chose qui mérite ce titre est le fait que le tube phare de Lou Bega de 1999, « Mambo No. 5 », soit joué à un moment donné.

Que vous pensiez que Polanski devrait continuer à être soutenu en tant qu’artiste dans les festivals après les accusations de 1973 pour relations sexuelles illégales avec une mineure, ou que vous pensiez que l’art devrait être séparé de l’artiste, il n’y a tout simplement aucune excuse pour qu’un film aussi médiocre existe dans un une filmographie par ailleurs impressionnante.

Si Le palais se trouve être le dernier film de l’homme de 90 ans, il a involontairement donné à ses détracteurs la punchline parfaite pour couronner un héritage déjà terni.

Le palais présenté en première hors compétition à la Mostra de Venise. Des accords de distribution sont conclus pour l’Espagne, l’Allemagne, le Portugal, la Bulgarie, la Yougoslavie, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie. Le public peut s’attendre à ce que le film sorte plus tard cette année.

Laisser un commentaire

3 × cinq =