Bilan Venise 2023 : "Dogman" - Le film de "retour" de Luc Besson est tout en aboiements et très peu de mordant

Jean Delaunay

Bilan Venise 2023 : « Dogman » – Le film de « retour » de Luc Besson est tout en aboiements et très peu de mordant

Trame.

« Quand l’homme est en difficulté, Dieu lui envoie un chien. »

Sage parole de l’auteur, poète et homme d’État français Alphonse de Lamartine, qui se retourne sans doute dans sa tombe comme un poulet rôti du fait que sa citation a été utilisée dans l’ouvrage de Luc Besson Homme-chien.

Ce n’est pas un film complet, mais compte tenu de sa production la plus récente (Valérian et la Cité des mille planètes et Anna) a été à juste titre qualifié de tripe et, plus troublant encore, éclipsé par certaines allégations de viol – pour lesquelles il a ensuite été innocenté – Homme-chien est loin d’être un retour réussi.

Nous rencontrons Doug (Caleb Landry Jones), dont le nom est à une lettre de l’orthographe « chien ».

Vous voyez, c’est intelligent.

Lié à un fauteuil roulant à cause d’une blessure par balle infligée par son père cruel, le jeune homme est arrêté en robe de Marilyn Monroe, meurtri et saignant, et au volant d’une camionnette remplie de chiens.

Il est amené pour un interrogatoire, l’interrogateur principal étant la psychiatre Evelyn (Jojo T. Gibbs, mal desservie). Les deux discutent et se déroulent ainsi plusieurs flashbacks chronologiques nous montrant les abus et la négligence que Doug a subis lorsqu’il était enfant de la part de son père et de son frère religieusement fanatiques (ce dernier qui accroche une banderole sur la cage de Doug qui dit « Au nom de Dieu »), et comment notre protagoniste titulaire s’est retrouvé dans la ligne de mire d’un chef de gang latino appelé El Verdugo (John Charles Aguilar).

Oh regarde! « Dieu » épelé à l’envers est… À quel point ce film est capable.

Petit à petit, nous reconstituons l’histoire d’un enfant amoureux des chiens qui entretient un lien particulier avec les chiots, d’un jeune homme dont l’intérêt romantique ne l’aimait pas en retour (sniff) et d’un homme qui a trouvé du réconfort en devenant drag queen. et un ange vengeur qui croit en la redistribution des richesses. Oh, et ses chiens continuent de le comprendre et de lui obéir à tout moment.

Punaises en laiton : Homme-chien est un thriller de rien, un morceau de fluff créativement stérile qui s’inspire de Le silence des agneaux et, plus flagrant encore, celui de Todd Phillip Joker.

Cela semble faux de mentionner ces films en relation avec le dérivé Homme-chien. OK, peut-être moins pour Jokerque la comédienne Melissa Villaseñor a décrit avec précision comme « White Male Rage – The Movie » sur SNL. Homme-chien flirte avec la même description, mais parvient à échapper à cette étiquette particulière grâce à deux forts facteurs rédempteurs.

Tout d’abord, les chiens.

De si bons garçons. Et ce sont de bons garçons. Oui, ils le sont – hmm hmm hmm, oui oui oui.

Deuxièmement, Caleb Landry Jones, qui incarne avec succès toute la force et la complexité de son personnage. C’est une performance à la voix douce qui méritait un véhicule beaucoup plus puissant. Certes, on lui a clairement demandé de livrer son propre Arthur Fleck, mais Jones reste extrêmement observable et s’approprie Doug.

Mais alors que Joker a traité son public comme des imbéciles avec une histoire fonctionnant sous l’impression erronée qu’elle essayait en fait de dire quelque chose, du moins elle a essayé. Homme-chien est différent, principalement parce que sa prémisse donne l’impression d’avoir été griffonnée au dos d’un coaster. Il y a du plaisir à certains moments – en particulier dans les braquages ​​​​de bijoux pour chiens, qui Seul à la maison finale de style et les scènes du spectacle de dragsters Édith Piaf / Marlene Dietrich. Mais même ces moments ont une sensation légèrement inconfortable ; oui, Doug est accepté dans la communauté drag, mais on ne peut s’empêcher de penser que Besson trace une ligne entre les abus formatifs et la fluidité de l’expression de genre de Doug.

C’est formidable de voir des films de genre dans la compétition variée de Venise cette année, mais le seul moyen Homme-chien aurait pu vraiment fonctionner si le réalisateur avait eu l’instinct de faire pencher davantage son fantasme de vengeance vers ses références trash. Alors, et alors seulement, il aurait pu y avoir un espoir de salut en tant que futur classique culte.

Dans l’état actuel des choses, c’est loin d’être un succès retentissant.

Homme-chien a été présenté en compétition à la Mostra de Venise et devrait sortir dans les salles françaises fin septembre.

Laisser un commentaire

3 + vingt =