Bilan Venise 2023 : "Coup de Chance" - Le 50e film de Woody Allen est le cousin le plus maladroit de Match Point

Jean Delaunay

Bilan Venise 2023 : « Coup de Chance » – Le 50e film de Woody Allen est le cousin le plus maladroit de Match Point

Le chant du cygne possible de Woody Allen est… Bon ?

Venise a obtenu un score de trois sur trois cette année lorsqu’il s’agit de sélectionner des films de réalisateurs problématiques. La triple tape de Luc Besson, Roman Polanski et Woody Allen a été une pilule amère à avaler pour certains.

En effet, les organisateurs du festival ont vivement condamné ces inclusions dans le programme, car de nombreux festivaliers estiment qu’il s’agit d’une insulte envers les survivants.

Allen, de son côté, était au Lido pour présenter son cinquantième film, et ne s’est pas rendu service en agitant son piège de 87 ans.

Pourtant, vous trouverez des opinions partagées, alors que la première de Coup de chance a déclenché des manifestations relativement mineures, mais a également été encouragé par les fans. Le film a également reçu une ovation debout de trois minutes et des applaudissements bruyants lors de la projection de presse.

Que vous défendiez « l’annulation » de Woody ou que vous tentiez de maintenir une sorte de perspective pour un homme deux fois innocenté d’allégations, en fin de compte, tout tourne autour du film.

Et c’est… Bien ?

Écrit et réalisé par Allen, Coup de chance est un thriller francophone qui suit Fanny (Lou de Laage) et Jean (Melvil Poupaud), qui vivent le rêve bourgeois parisien – du moins semble-t-il.

C’est une commissaire-priseuse d’art qui a gravi les échelons du monde, de bohème porteuse de col roulé à « dame du monde » qui ordonne à la servante d’apporter un cognac à « Monsieur » lorsque son mari rentre du travail.

C’est un millionnaire autodidacte avec des pratiques douteuses, une racine des cheveux lissée qui ne mérite que du mépris, ainsi qu’un penchant pour les trains et la chasse au cerf le week-end.

Ils vivent tous les deux dans un magnifique appartement, et le seul problème majeur est que Fanny se sent souvent comme la « femme trophée » de son mari possessif.

Les choses changent lorsqu’elle rencontre Alain (Niels Schneider), ancien camarade de lycée et écrivain en herbe. Il était fou amoureux d’elle à l’époque, et des étincelles semblent voler lorsqu’ils se croisent à nouveau. Un badinage s’ensuit, et Fanny devra décider si elle doit succomber aux possibilités de la rencontre fortuite ou adhérer au point de vue de son mari qui consiste à tenter sa propre chance.

Pour la première moitié de Coup de chance, vous savez exactement où ça va. Adultère; une vie pleine de confort contre l’inconnu ; La version magnifiquement éclairée de Paris qui n’existe pas par Woody (accessoires du directeur de la photographie Vittorio Storaro). Il est également peuplé de deux protagonistes masculins qui ne pourraient pas être plus différents et pourtant similaires dans le sens où ce sont des archétypes insupportables qui ont besoin d’un genou fort dans l’innommable.

Ce n’est pas la faute des acteurs, mais celle du scénario – puisque Woody ne laisse jamais passer une seule occasion d’en dire un peu trop. Jean est l’archétype du fanfaron dont les répliques sont comiquement OTT ; Alain en parle beaucoup trop fort, parlant constamment de ses sentiments passés et finissant comme un stéréotype de lecture de Mallarmé d’un stéréotype de lecture de Mallarmé.

Cependant, quelque chose d’étrange se produit – quelque chose qui coïncide avec une plus grande présence à l’écran de Valérie Lemercier, qui incarne la mère de Fanny dans le film. Le film prend une tournure plus sombre et plus maladroite, avec Lemercier interprété comme une sorte de Miss Marple gauloise. Pas d’autres spoilers ici. Il est prudent de dire cependant que c’est alors et seulement alors que les lignes hokey et les développements de personnages au niveau panto se révèlent délibérément absurdes.

En tant que tel, Coup de chance devient Balle de match Le cousin français plus maladroit de, plus oubliable mais qui mène à une conclusion très satisfaisante.

Ce n’est pas un moment fort en fin de carrière, remarquez, mais on ne peut nier qu’après une décennie de scories, Coup de chance est le film le plus cohérent de Woody depuis Jasmin bleu. Ce sera aussi probablement son dernier, puisqu’Allen a déclaré qu’il en avait assez de se battre pour obtenir du financement pour ses projets ; et si cela doit être son chant du cygne, il existe des chemins bien pires. (Voir : Polanski Le palaiségalement projeté dans la section Hors Compétition de cette année.)

C’est en soi une chance.

Laisser un commentaire

quinze + seize =