Andrea Arnold

Jean Delaunay

Bilan Cannes 2024 : « Bird » – Le superbe conte fantastique d’Andrea Arnold se déroulant dans une Grande-Bretagne brisée

Présenté en Compétition, le nouveau film d’Andrea Arnold parvient à fusionner réalisme social et magique, dans un récit à la fois dur et édifiant qui vous laissera prêt à prendre votre envol.

La célèbre réalisatrice britannique Andrea Arnold n’est pas étrangère à Cannes.

Trois de ses cinq longs métrages ont remporté le Prix du Jury (Route Rouge, Aquarium et Miel américain) et cette année, elle remporte déjà le Carrosse d’Or, qui récompense le parcours de cinéastes innovants.

Et il y a de solides arguments à faire valoir pour qu’elle remporte une double victoire – peut-être enfin le meilleur gong ?

Pour son nouveau film Oiseau, elle fait équipe avec les omniprésents double acte Barry Keoghan et Franz Rogowski, et la nouvelle venue Nykiya Adams, qui incarne Bailey, 12 ans. Nous la rencontrons partageant un moment avec une mouette. Une brève fenêtre de tranquillité dans une vie autrement troublée.

Elle vit dans un squat dans le nord du Kent avec son fils vivant / envahi par un père Bug (un Barry Keoghan fortement tatoué) et son demi-frère Hunter (Jason Buda).

Après une relation de trois mois, Bug annonce avec désinvolture qu’il va se marier avec Kayleigh (Frankie Box), qui va emménager – au grand dam de Bailey. Bug n’a pas l’argent pour cela, mais ce n’est pas la peine : sa nouvelle aventure pour devenir riche rapidement va sauver la situation. Cela implique de trouver le bon type de musique à jouer à un « crapaud de drogue » importé afin qu’il produise une bave hallucinogène qu’il puisse vendre. Un vrai entrepreneur.

De manière amusante, le personnage de Keoghan rejette « Meurtre sur la piste de danse » comme un choix approprié, un clin d’œil effronté à tous les spectateurs en quête d’un Brûlure de sel rappeler.

Bailey est en quelque sorte une étrangère, non seulement pour son père mais pour toute sa communauté chaotique. Même si elle essaie de s’intégrer au gang local, qui rend une justice violente aux personnes qui font souffrir leur famille ou leurs amis, elle préfère de loin passer son temps à documenter son environnement sur son téléphone : une mouette, des corbeaux, des altercations. entre des personnes (quelque chose qui offre une distance sûre par rapport à la réalité de la violence) et un cheval dans un champ.

C’est dans ce même domaine qu’elle rencontre Bird (Franz Rogowski). Avant leur rencontre, elle crie avec colère « Allez ! vers les cieux, comme pour le faire exister. C’est un esprit libre et capricieux, une sorte de friperie Mary Poppins, qui s’approche d’un Bailey initialement méfiant.

«C’est magnifique», commente-t-il.

« Quoi? » répond Bailey.

« Le jour. »

Bird est tout ce que Bug et tous les hommes de sa vie ne sont pas : gentils. Elle ne peut s’empêcher d’être curieuse à son sujet, une présence d’un autre monde au nom étrange qui se perche fréquemment sur les toits comme Bruno Ganz dans Ailes du désir, observant le monde qui l’entoure. Son attirance pour lui n’est pas surprenante, car au-delà de l’empathie qu’il lui montre, Bailey est entourée d’animaux – les papillons dans sa chambre, les insectes tatoués de son papa (des scarabées, une énorme libellule sur le dos, à un énorme mille-pattes rampant sur son dos). cou et visage), et les oiseaux avec lesquels elle semble partager un lien. Comme certains graffitis qui peuplent les murs de son existence (« Réveille-toi, belle » ; « Ne t’inquiète pas »), ils semblent suggérer qu’il y a plus dans la vie qui attend d’éclater et de la soulever, même si le message est difficile à reconnaître, à accepter ou à ne pas rejeter immédiatement comme un simple mécanisme d’adaptation.

Bailey et Bird ont déclenché des centres d’amitié pour l’aider à retrouver sa famille, alors que nous apprenons qu’il était originaire d’un immeuble municipal voisin, mais qu’il a disparu il y a plusieurs lunes et qu’il a perdu la trace de ses parents.

D’après la description ci-dessus, tout cela peut sembler un peu ringard, mais rien ne pourrait être plus éloigné de cette étiquette réductrice. Arnold atteint un équilibre délicat en fusionnant réalisme social et magique, et n’exagère jamais sa main et ses tendances de conte de fées. Oiseau embrasse; il y a une mélancolie et une obscurité palpables partout, et tandis que Aquarium est une pierre de touche familière ici, c’est un film très différent de ses œuvres précédentes.

Certains pourraient en être déstabilisés, espérant rester ancrés dans la description qu’Arnold fait des existences marginalisées dans une Grande-Bretagne brisée. Cependant, le scénariste-réalisateur trouve un espace unique où les rêves de bien-être et les rêves brisés peuvent coexister de manière émotionnellement généreuse.

Arnold prouve également une fois de plus qu’elle possède un talent inégalé non seulement pour offrir un point de vue empathique et sans jugement sur des personnages profondément imparfaits et émotionnellement instables, mais également pour diriger de jeunes interprètes inconnus. Comme avec Katie Jarvis (Aquarium) ou Sasha Lane (Miel américain), Arnold donne le devant de la scène à Nykiya Adams, qui porte la série, et parvient à tenir tête face à ses camarades plus aguerris du casting. Sa performance en particulier parvient à en dire long sans nécessairement exprimer la douleur, jonglant entre force et vulnérabilité sans que l’une éclipse l’autre.

Et puis il y a cette bande-son, la meilleure du festival jusqu’à présent, avec des gouttes d’aiguilles brillamment employées par Fontaines DC, Blur, The Verve, Gemma Dunleavy et même Rednex. Chaque morceau complète parfaitement l’ambiance de chaque scène. Et tout film qui peut laisser tomber « Yellow » de Coldplay et vous donner des frissons auxquels vous ne vous attendiez pas vaut la peine d’être chéri.

Rien ne sera gâché quant à l’endroit où Oiseau va, même si certains développements sont prévisibles, car suffisamment d’indices fantastiques sont laissés partout pour que la grande révélation ne semble pas si surprenante. Cependant, ce n’est pas obligatoire ; il révèle que le film saisissant et parfois incroyablement poignant parle de trouver l’espoir dans la tourmente quotidienne, et comment laisser la métamorphose stimulante (sous toutes ses formes) vous changer pour le mieux en vaut toujours la peine.

« Ne vous inquiétez pas, tout ira bien », dit Bird à Bailey lors de leurs derniers instants ensemble.

Grâce à Andrea Arnold, vous quitterez ce film prêt à croire ses paroles édifiantes et prêt à prendre votre envol.

Bird est présenté en première en compétition au Festival de Cannes cette année.

Laisser un commentaire

14 − treize =