B(ard)ella Ciao, Ciao, Ciao: The story of a global resistance anthem

Milos Schmidt

B(ard)ella Ciao, Ciao, Ciao : L’histoire d’un hymne mondial de la résistance

Une affiche pour les prochaines élections françaises nous fait réfléchir à l’hymne de la résistance « Bella ciao » : son histoire, sa polyvalence, son influence sans frontières.

Alors que la France se prépare à l’élection la plus importante de ces dernières années, de nombreuses affiches, autocollants et tracts sont distribués pour mobiliser la population française afin qu’elle vote aux élections législatives anticipées.

Tout commence ce dimanche (30 juin) avec le second tour le 7 juillet et pourrait conduire la France à avoir un gouvernement d’extrême gauche ou d’extrême droite, le président Macron devant nommer un Premier ministre issu d’un parti d’opposition – un parti d’opposition. arrangement dit de « cohabitation ». Cela pourrait l’obliger à faire des compromis pendant le reste de son mandat présidentiel.

Un pari audacieux de la part d’Emmanuel Macron, après son échec aux élections européennes, mais risqué. Et anxiogène, car ce scrutin pourrait donner le dessus à l’extrême droite française.

Alors que je me rendais au travail, une affiche visant à soulager l’anxiété a attiré mon attention.

Il a été collé à la hâte sur un mur, avec les traces de colle encore visibles.

C’est l’une des affiches de protestation les plus astucieuses que j’ai vues depuis longtemps. Spirituelle et efficace, la bannière disait : « Bardella Ciao, Ciao, Ciao », avec le « ard » dans « Bardella » isolé en blanc et griffonné de manière à lire : « Bella Ciao, Ciao, Ciao ».

Génie.

B(ard)ella Ciao, Ciao, Ciao
B(ard)ella Ciao, Ciao, Ciao

Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas encore eu ce plaisir douteux, l’un des acteurs clés de cette élection est Jordan Bardella, 28 ans, le chef du Rassemblement national (RN) d’extrême droite. Il a été choisi personnellement par Marine Le Pen, dans une démarche que beaucoup voient comme une tentative de sa part de détoxifier davantage le passé xénophobe et antisémite du RN. S’il est nommé, il deviendra le plus jeune Premier ministre européen depuis plus de deux siècles. Vous pouvez en savoir plus sur lui ici.

L’affiche m’a fait sourire et applaudir l’âme créative qui l’a créée. Pendant le reste de la journée, je n’ai pas pu m’empêcher de fredonner en moi-même le chant italien « Bella ciao » (littéralement : « Au revoir, ma belle »), une chanson entraînante qui a été enregistrée dans de nombreuses langues et reprise d’innombrables fois par des artistes comme le chanteur-acteur italo-français Yves Montand, la légende de la musique Tom Waits, la star de l’EDM Steve Aoki et le grand Manu Chao.

Du folk au punk, de la dance à l’électro, il est partout.

J’avais entendu cette chanson à maintes reprises – surtout depuis qu’elle avait été propulsée au rang de renommée commerciale mondiale lorsqu’elle figurait dans la série La Casa de Papel (Money Heist) de Netflix – et j’ai toujours su qu’elle était un hymne de la résistance. Bêtement, cependant, je n’ai jamais pensé à faire quelques recherches sur ses origines.

Il s’avère que « Bella ciao » avait une histoire plus riche que je ne le pensais et n’est pas né comme un hymne partisan.

Datant du XIXe siècle, il s’agissait à l’origine d’une chanson populaire italienne de protestation, déplorant les dures conditions de travail des ouvriers de la mondina dans les rizières du nord de l’Italie. L’auteur-compositeur est inconnu.

Les paroles originales de la chanson, qui font référence à la canne du maître, aux dos courbés, aux moustiques et à l’adieu à la floraison décadente de la jeunesse, ont été modifiées dans les années 1940 pour raconter l’histoire d’un jeune homme qui fait ses adieux à son amour pour rejoindre les partisans italiens – avec « bella » représentant désormais non seulement un dernier adieu mais aussi l’acceptation du danger imminent de l’approche de l’envahisseur et de la mort.

« Un matin je me suis réveillé / Et j’ai trouvé l’envahisseur. / Ô partisan, emporte-moi / Car je sens la mort approcher. / Et si je meurs en partisan / Alors tu devras m’enterrer. / Enterre-moi dans la montagne / Sous l’ombre d’une belle fleur. / Et tous ceux qui passeront / Diront « quelle belle fleur ». / C’est la fleur du partisan / Qui est mort pour la liberté. »

La chanson a rapidement été adoptée comme hymne des partisans de la résistance italienne, qui ont lutté contre les troupes d’occupation de l’Allemagne nazie et les forces fascistes collaborationnistes. Chaque année, le 25 avril, Bella Ciao est chanté dans toute l’Italie à l’occasion de la Festa della Liberazione, qui commémore la libération du pays de l’occupation allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Tout comme « Bella ciao » est passée du statut de chanson de protestation des ouvriers des rizières à celui de chant de résistance des partisans antifascistes, elle a depuis été utilisée avec des paroles variées comme un cri de résistance et un hymne à la liberté dans de nombreux pays. Je n’avais jamais réalisé à quel point.

En Grèce, c’était l’hymne lors des manifestations populaires de 2015. C’était l’hymne du mouvement indépendantiste catalan à Barcelone, ainsi que du mouvement des Gilets jaunes en France.

C’est également devenu un hymne féministe, utilisé pour exprimer la colère contre le patriarcat et notamment contre le droit à l’avortement interdit.

En Argentine, en 2018, des militants ont scandé ce slogan devant le Congrès argentin, qui s’apprêtait à voter un projet de loi légalisant l’avortement après des années de lutte politique du mouvement pour le droit à l’avortement. Ils ont chanté sur l’air de « Bella Ciao » : « Ce système nous domine / ça va, ça va, ça va » (« Ce système qui nous opprime / va tomber, tomber, tomber »).

En 2020, des foules polonaises ont manifesté contre le Tribunal constitutionnel qui avait interdit le droit à l’avortement, en chantant : «Pewnego czwartku polski trybunał próbował przejąć moje ciało, twoje ciało, ciało, ciało, ciało» (« Un jeudi, le Tribunal polonais a essayé de s’emparer de mon corps, de ton corps, de ton corps, de ton corps, de ton corps, de ton corps. »).

Pour souligner la polyvalence incomparable de la chanson, elle est également devenue une chanson de solidarité pendant la pandémie de COVID-19 en Italie et en Allemagne. Plus récemment, il est devenu de facto un hymne de la résistance en Ukraine et a été fréquemment utilisé comme air de protestation en Iran en réponse à la répression par la République islamique des protestations et des manifestations à la suite de la mort de Masha Amini en garde à vue.

Je ne peux pas penser à une chanson, interprétée pour attirer l’attention sur des causes si différentes, qui ait été adoptée et adaptée par autant de personnes dans le monde.

Alors que beaucoup de Français chantent « la jeunesse emmerde le Front National » (une phrase de la chanson « Porcherie » du groupe punk français Bérurier Noir, qui fait le tour des réseaux sociaux ces derniers temps), je chanterai « Bella ciao » quand je me rendrai aux urnes le 30 juin et le 7 juillet. Non seulement je suis au courant de son histoire, mais je suis ravi que cette chanson sur la lutte contre la corruption, la tyrannie et les droits menacés, garde toujours sa pertinence au-delà des frontières.

Lorsque les choses deviennent difficiles, la résistance peut faire avancer les gens. Lorsque les choses se compliquent, il y a toujours de la musique pour comprendre comment les chansons transmettent des souvenirs de protestation et parlent d’une politique controversée et passionnée. En France et dans le monde.

Bonjour. Bonjour. Bonjour.

Laisser un commentaire

douze − 1 =