Alors que l’Europe tourne à droite, quel sera l’impact sur la santé publique ?

Martin Goujon

Alors que l’Europe tourne à droite, quel sera l’impact sur la santé publique ?

L’Europe peut dire adieu à son rôle croissant dans les soins de santé – c’est ce qui devrait être prévu si un Parlement plus à droite est voté cette semaine.

Sous la direction d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, l’UE a réalisé un volume sans précédent de travaux de santé, soutenus par un financement record. Ce travail a inclus des plans à l’échelle de l’UE pour lutter contre le cancer et protéger la santé mentale ; de nouvelles règles régissant le sang et les organes ; une nouvelle évaluation pour juger les nouveaux médicaments ; et bien d’autres lois liées à la pandémie.

Mais si les sondages sont corrects, le groupe politique de centre-droit de von der Leyen au Parlement, qui avait la plus grande représentation au cours de ce mandat, pourrait devoir se plier aux partis d’extrême droite au cours du prochain mandat ; une nouvelle alliance de droite pourrait même émerger.

En matière de politique de santé, la position de ces partis est claire.

« En général, la santé est une compétence des États membres », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Michael Strauss, porte-parole du groupe de droite des Conservateurs et réformistes européens (ECR), qui compte parmi ses membres les Frères d’Italie de la Première ministre italienne Giorgia Meloni.

L’Europe ne devrait jouer qu’un « rôle complémentaire », a-t-il déclaré dans une réponse envoyée par courrier électronique, ajoutant que les pays « doivent conserver l’autorité » nécessaire pour concevoir et gérer leurs systèmes de santé et les aligner sur leur souveraineté nationale, leurs cultures et leurs sociétés, ainsi que sur leurs propres systèmes de santé. avec leurs politiques fiscales et leurs cadres juridiques et réglementaires.

Pour Elizabeth Kuiper, responsable du programme Europe sociale et bien-être au groupe de réflexion European Policy Centre, les prévisions en matière de politique de santé de l’UE pour les cinq prochaines années sont quelque peu sombres. « La tendance réelle des partis de droite centralisés et radicaux est qu’ils estiment que la santé n’est pas du tout un sujet que l’UE doit traiter », a déclaré Kuiper. Sous un Parlement plus à droite, par conséquent, « les questions de santé et les questions sociales en général ne deviendra pas plus important », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Cela constituera une douche froide pour ceux qui ont passé les cinq dernières années à renforcer la contribution de l’UE à la politique de santé – et qui espèrent la voir croître davantage dans les années à venir. L’une de ces personnes est la vice-présidente de la commission de la santé du Parlement (SANT), l’eurodéputée slovène Renew (centriste), Irena Joveva.

« Les prévisions concernant la composition du Parlement européen sont inquiétantes », a déclaré Joveva à L’Observatoire de l’Europe. Sa plus grande préoccupation est l’émergence d’un nouveau « supergroupe » combinant le Groupe Identité et Démocratie (ID) d’extrême droite et le parti de droite ECR, ainsi que « d’autres partis partageant les mêmes idées et qui sont actuellement camouflés au sein d’autres groupes politiques ».

L’inquiétude ne réside pas tant dans le fait que des députés européens plus à droite adopteront une position différente dans les discussions sur la politique de santé, mais plutôt dans le fait qu’ils dénonceront les efforts déployés par Joveva et ses collègues pour élargir les compétences de l’Europe en matière de santé.

S’il y a une stagnation de la politique de santé de l’UE, a-t-elle ajouté, « nous avons perdu la bataille ».

Joveva n’est pas la seule à penser que la santé mérite plus d’attention à Bruxelles. « Ce dont l’Europe a besoin maintenant, c’est de plus d’action dans le domaine de la santé, et non de moins », a déclaré l’eurodéputée Tilly Metz du groupe des Verts/Alliance libre européenne.

Mais la Luxembourgeoise a déclaré qu’elle n’avait pas beaucoup d’espoir que les partis de droite maintiennent cette politique en tête de l’agenda et craignait plutôt que « la santé ne devienne la victime des jeux d’extrême droite enclins au populisme, à davantage d’isolement et de fragmentation ».

« Ce serait tragique et nuirait tout simplement aux patients », a affirmé Metz.

La fragmentation pourrait résulter du fait que les parlementaires donnent la priorité aux intérêts nationaux plutôt qu’aux agendas des groupes politiques collectifs, selon l’eurodéputé allemand Tiemo Wölken du parti de centre-gauche Socialistes et Démocrates (S&D).

« Une observation claire est que l’extrême droite est divisée en son sein », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe. « Bien qu’appartenant au même groupe politique, ils votent fréquemment en fonction des intérêts nationaux. »

Pour Wölken, « l’Union européenne est notre assurance pour l’avenir » et, par conséquent, « une approche étatique ne profite à personne » en matière de politique de santé publique.

Interrogé par L’Observatoire de l’Europe pour identifier les principaux défis en matière de politique de santé au cours des cinq prochaines années, Emmanouil Fragkos, député européen grec du ECR, a cité le problème national de la fuite des cerveaux en Grèce.

« Quelques pays du centre de l’UE sont tentés de proposer des motivations pour attirer notre personnel médical », a-t-il déclaré. « Mais le Sud devrait également être en mesure de les motiver à choisir de rester chez eux. »

Certains à gauche pourraient être surpris que l’ECR soutienne les efforts communs de prévention « comme la lutte contre la résistance aux antimicrobiens, la promotion d’une bonne santé mentale et la lutte contre le cancer ».

Fragkos a souligné que même s’il est « impératif que les politiques européennes ou internationales ne soient pas imposées au niveau national », il estime qu’« il est « sain » de se comprendre et d’apprendre des meilleures pratiques de chacun.

Pour le groupe ECR, un rôle « sain » de l’UE serait de stimuler la fabrication nationale de médicaments génériques, de soutenir la recherche collaborative sur les médicaments et de renforcer les soins de santé transfrontaliers, a déclaré le porte-parole de l’ECR, Strauss.

« Nous pensons que l’Union peut jouer un rôle actif en soutenant la fabrication de médicaments et la gestion de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que la pénurie de médicaments et de principes actifs », a déclaré Strauss.

Ces dernières années, les citoyens de toute l’Europe ont eu du mal à obtenir des médicaments en raison de pénuries chroniques de médicaments, le taux de maladies infectieuses augmentant chaque hiver. Presque tous les pays de l’UE ont exhorté la Commission à adopter une législation européenne pour lutter contre les pénuries de médicaments. Il est donc peu probable que l’ECR soit le seul à faire pression en ce sens.

Même si l’ECR soutient le secteur des médicaments génériques, il y a aussi un soupçon d’antagonisme à l’égard des grandes sociétés pharmaceutiques – l’industrie des médicaments innovants et plus coûteux.

L’ECR souhaite voir des thérapies plus abordables, a déclaré Strauss, tout en poussant à une « recherche collaborative sur les médicaments », comme par le biais du programme de financement Horizon Europe de l’UE. « Nous chercherons à renforcer le système par lequel la recherche financée par des fonds publics devrait conduire à une connaissance ouverte. »

Actuellement, de nouvelles règles régissant l’industrie pharmaceutique sont débattues entre les pays avant de pouvoir être négociées avec le Parlement. Un sentiment anti-pharmaceutique plus fort parmi les députés européens pourrait avoir un impact important sur la législation finale.

« Certains des partis de droite les plus radicaux considèrent les grandes industries, comme les grandes sociétés pharmaceutiques, comme faisant partie de l’élite et ce n’est pas quelque chose pour lequel ils ont des sentiments chaleureux », a déclaré Kuiper du European Policy Centre.

Tout dépendra des coalitions qui seront formées et « dans quelle mesure le PPE (Parti populaire européen de centre droit)… va assurer la liaison avec l’ECR », a-t-elle ajouté. « Au cours des dernières années et au cours du mandat actuel, le PPE s’est montré plus favorable à l’industrie. »

Le groupe ID et ses membres n’ont pas répondu à la demande de commentaires de L’Observatoire de l’Europe.

Laisser un commentaire

1 × deux =