5 choses à savoir sur les élections chaotiques en France

Martin Goujon

5 choses à savoir sur les élections chaotiques en France

PARIS — Les électeurs français se sont une nouvelle fois mobilisés pour empêcher l’extrême droite de Marine Le Pen de prendre le pouvoir. Mais le mouvement anti-Le Pen a eu une victoire serrée, et cette fois, il a remporté une victoire peu glorieuse.

Les élections ont donné lieu à un résultat chaotique, aucun parti n’ayant remporté suffisamment de sièges pour obtenir une majorité au Parlement, plongeant la politique française dans une tourmente qui pourrait durer des mois.

Macron a convoqué des élections anticipées en juin pour tenter de stopper la montée en puissance du Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen. Mais son parti a renforcé sa visibilité et remporté 50 sièges de plus qu’en 2022, tandis que la coalition libérale du président a reculé.

Le Premier ministre de Macron, Gabriel Attal, a déclaré qu’il présenterait sa démission, mais on ne sait pas encore qui pourrait lui succéder.

Rien de tout cela n’a apparemment refroidi l’humeur du président français. Lors d’une réunion privée avec ses alliés dimanche soir, Macron s’est montré optimiste, leur disant : « Nos idées sont toujours vivantes et (nous) n’avons pas perdu d’électeurs », selon une personne présente qui a parlé à Paris Playbook.

Alors que la politique française est en plein désordre, voici ce que vous devez savoir sur ce que tout cela signifie.

L’Assemblée nationale, chambre basse du Parlement français, compte 577 sièges et n’est pas un beau spectacle : elle est divisée entre la gauche, le centre et l’extrême droite. Aucun groupe n’est proche de la majorité, et aucun ne compte plus de 200 députés.

« On ne peut pas gouverner la France sans 240 à 250 députés, a déclaré Sylvain Maillard, député Renaissance. J’étais président du groupe Renaissance avec une coalition de 250 députés et c’était déjà très compliqué. »

Même si l’alliance de gauche et les libéraux de Macron ont accepté de collaborer et de voter tactiquement pour empêcher le Rassemblement national de Le Pen de gagner, une coalition plus profonde entre les deux groupes pour gouverner la France semble peu probable.

La France insoumise, l’un des partis de l’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon, a exclu de gouverner avec les libéraux du président. De même, le Premier ministre de Macron, Gabriel Attal, a déclaré que son parti ne partagerait jamais le pouvoir avec Mélenchon.

Dimanche soir, Attal a ouvert la porte à la direction d’un gouvernement intérimaire pour assurer une certaine stabilité pendant les Jeux olympiques qui auront lieu plus tard ce mois-ci.

Quel que soit le gouvernement qui sortira de cette impasse, il est peu probable qu’il reste stable très longtemps. Les négociations budgétaires de cet automne pourraient être le premier point d’achoppement potentiel. La France est sous pression pour réduire son déficit après avoir manqué ses objectifs en début d’année. Il existe de nombreuses idées sur lesquelles la gauche, les libéraux et l’extrême droite ne s’entendront jamais. La politique budgétaire est en tête de liste.

Après le premier tour de scrutin, le Rassemblement national de Marine Le Pen était en passe de remporter le pouvoir pour la première fois de son histoire. Ce rêve a été brisé dimanche soir, après que les centristes de Macron et l’alliance de gauche ont collaboré pour tenir l’extrême droite à l’écart, pour le plus grand plaisir des pro-européens traditionnels.

L’ambiance morose qui régnait lors de la manifestation électorale du Rassemblement national en dit long, les militants huant Mélenchon et le président du parti, Jordan Bardella, condamnant le coup monté élitiste du centre et de la gauche comme une « alliance contre nature ».

Jordan Bardella a condamné le rapprochement élitiste entre le centre et la gauche, le qualifiant d’« alliance contre nature ». | Dimitar Dilkoff/AFP via Getty Images

Malgré toute cette amertume, le parti a considérablement augmenté le nombre de ses députés à l’Assemblée nationale. Combien de temps encore l’establishment pourra-t-il les tenir à l’écart du pouvoir ?

« C’est un bouleversement politique, même si le Rassemblement national ne dirige pas le pays », estime Benjamin Morel, analyste politique à l’université Panthéon-Assas, à Paris.

« Le mouvement de Le Pen est le grand gagnant de l’élection », a déclaré M. Morel. « Des millions de voix, ça se traduit par une manne financière énorme », a-t-il dit, en référence aux aides de l’Etat qui suivront le résultat.

Cela place Le Pen dans une position de force – avec un grief parfait à exploiter – avant sa probable campagne pour la présidence française lorsque Macron se retirera en 2027. « Ils ont un grand récit avant 2027 : ils peuvent dire que leur victoire a été volée, et ils sont la véritable alternative », a déclaré Morel.

Il y a une semaine, il semblait que Macron se dirigeait vers un désastre, ses élections anticipées n’ayant pas seulement échoué à arrêter Le Pen mais ayant également éloigné son parti du pouvoir.

Dimanche soir, sa coalition centriste avait évité le pire, survivant comme force parlementaire, bien que plus petite, tandis que le parti de Le Pen a échoué. Mais ces maigres consolations ne peuvent pas cacher la réalité : l’extrême droite est désormais plus forte et les libéraux plus faibles, à l’approche d’une course présidentielle très ouverte en 2027.

Avant les élections anticipées, le président était à la tête du groupe parlementaire le plus important. Il devra désormais travailler avec un homme politique de l’opposition au poste de Premier ministre. Son autorité dans son pays et sa crédibilité à l’étranger ont été mises à mal.

Mais selon Alberto Alemanno, professeur à HEC Paris, Macron a eu raison d’organiser des élections anticipées, même si elles se sont terminées dans la confusion. « Je vois beaucoup de tensions latentes en France, beaucoup de problèmes qui n’ont pas été abordés », a-t-il déclaré. « Il a ouvert la boîte de Pandore, le pays n’est pas satisfait du macronisme et réclame un nouveau sentiment d’appartenance politique. »

S’il y a un gagnant, c’est le vétéran radical de gauche Mélenchon qui a remporté la course pour faire passer son message, sautant sur scène lors du rassemblement de son parti pour exiger que Macron nomme un Premier ministre de gauche et porte son mouvement au pouvoir.

« Nous sommes prêts », a déclaré Mélenchon. Le triple candidat à la présidentielle a indiqué qu’il ne serait pas contre devenir lui-même Premier ministre de la France.

Ça ne va pas arriver.

Cet homme est toxique pour de nombreux politiciens de premier plan, avec sa fascination pour les hommes forts d’Amérique latine, ses crises de colère et ses attaques virulentes contre ses opposants. Plus récemment, des critiques l’ont accusé de flirter avec l’antisémitisme lorsqu’il a semblé minimiser les attaques contre les Juifs en France.

S’il y a un vainqueur, c’est bien le vétéran de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon qui a remporté la course pour faire passer son message. | Sameer Al-Doumy/AFP via Getty Images

Mélenchon n’arrive même pas à convaincre les autres partis de l’alliance de gauche dont il fait partie de le mettre au pouvoir.

La coalition de gauche plus large, sous la bannière du Nouveau Front populaire, est déjà en train de se désagréger. Dimanche soir, ses dirigeants ont envoyé des messages contradictoires sur leurs objectifs.

Alors que Mélenchon a affirmé que la gauche appliquerait « notre manifeste, rien que notre manifeste », l’eurodéputé Raphaël Glucksmann, chef d’un petit parti de l’alliance, s’est montré plus conciliant, proposant de « parler, de débattre et de changer de culture politique ».

Il n’y a pas de réponse simple à cette question. Aucun parti n’ayant remporté la victoire, il est possible que le président opte pour une période de réflexion qui donnerait aux partis le temps d’entamer des négociations de coalition.

Macron pourrait alors sonder une personnalité de gauche pour former un gouvernement, étant donné que la gauche est devenue le groupe le plus important au Parlement.

Le Parti socialiste, par exemple, n’a pas exclu du tout de former une coalition plus large, mais il est peu probable que la France insoumise de Mélenchon accepte d’édulcorer son manifeste.

Macron pourrait également nommer un gouvernement intérimaire, en conservant Attal comme Premier ministre. Il pourrait même adopter le modèle italien et nommer une équipe technocratique d’experts sous la direction d’une personnalité consensuelle. Une telle administration s’abstiendrait de faire des projets ambitieux et se concentrerait sur le maintien de l’État en marche.

Une telle administration limitée reposerait sur un accord tacite entre des parties diamétralement opposées pour ne pas la renverser, ne serait-ce que pour rassurer les marchés et les partenaires internationaux.

Mais un gouvernement intérimaire ou composé d’experts « risque d’être très frustrant démocratiquement », prévient l’analyste politique Morel. « Les Français ont voté massivement, le centre a été battu, et si cela se termine avec Attal qui reste Premier ministre, ce n’est pas une bonne chose pour la démocratie française. »

Laisser un commentaire

onze − 4 =