Scene from Xoftex

Jean Delaunay

« Xoftex » : comment les zombies et l’humour peuvent relancer nos machines à empathie

Le réalisateur Noaz Deshe parle à L’Observatoire de l’Europe Culture de son nouveau film « Xoftex » et du défi de réaliser un portrait édifiant et unique des espoirs et des rêves des réfugiés accueillis par la Grèce après le déclenchement de la guerre civile syrienne.

Dans une année d’élections qui ont vu les partis d’extrême droite réaliser des gains remarquables, largement alimentés par la peur des immigrants et des réfugiés, un nouveau film remarquable – Xoftex – dépeint le sort des demandeurs d’asile non pas à travers le désespoir écrasant habituel de la réalité sociale, mais à travers l’humour, la fantaisie et un zombie occasionnel.

« L’empathie ne devrait pas être un bonus, elle devrait être intégrée », déclare le réalisateur Noaz Deshe. « Ce n’est même pas quelque chose dont nous devrions parler. C’est une caractéristique fondamentale de l’être humain. Et nous sommes en train de la perdre. » Je parle à Deshe de son nouveau film fantastique XoftexNous sommes sur la terrasse du Pupp Hotel, cette beauté baroque qui a inspiré le Great Budapest Hotel de Wes Anderson.

Le film de Deshe a été projeté la semaine dernière au Festival international du film de Karlovy Vary, qui se déroule chaque année en juillet dans la ville thermale tchèque. Tandis que nous parlons de Rolls Royce, nous sommes ici pour parler d’un mouvement de population totalement différent : la crise des réfugiés qui a frappé la Grèce au lendemain de la guerre civile syrienne.

Scène de Xoftex
Scène de Xoftex

Xoftex est un camp de réfugiés où les détenus attendent de connaître leur sort en tant que demandeurs d’asile. « J’ai changé le nom parce que c’est un endroit réel. Il se trouvait derrière une gare de triage industrielle et les trains s’arrêtaient avant de partir pour les Balkans. Les gangs étaient très actifs et les gens essayaient de monter dans les trains. C’était dangereux. Il y avait une usine de papier toilette incendiée. »

La crise des réfugiés a dépassé les autorités grecques : « Si vous avez visité la Grèce en 2015-2018, vous avez pu constater que la situation était chaotique, ne serait-ce que pour gérer l’afflux massif de personnes. On peut être très critique envers le gouvernement, mais comment gérer cet afflux ? Un nombre indécent d’enfants disparaissaient. Et Xoftex a été victime d’un scandale de corruption impliquant le ministre de l’immigration et des fonds manquants. »

Et pourtant, malgré les nombreuses histoires d’horreur, les limbes purgatoires des réfugiés, le chagrin et l’incertitude, ce qui est remarquable dans le film de Deshe est la façon dont il refuse de tomber dans l’ornière du réalisme social qui consiste à dépeindre la misère incessante comme la seule réalité.

« J’ai passé la première nuit à Xoftex, dehors, avec des gens qui fumaient devant la clôture. Ils étaient impatients de me raconter leurs expériences avec le système d’asile, les problèmes du camp, d’où ils venaient, dans quel pays ils voulaient aller. Ils étaient impatients de communiquer et tellement isolés. Nous sommes entrés dans le camp et nous nous sommes blottis les uns contre les autres dans la tente de la Croix-Rouge. En cinq minutes, nous nous racontions des histoires de fantômes. Et une demi-heure plus tard, nous tournions une sorte de film d’action étrange sur la chasse aux fantômes dans le camp. Lorsque nous avons regardé les images, tout le monde riait. Ils m’ont demandé : quand est-ce qu’on pourra recommencer ? »

Productions du Purgatoire

Réalisateur Noaz Deshe
Réalisateur Noaz Deshe

Deshe a travaillé avec des ONG et une troupe de théâtre italienne appelée le Théâtre de l’Opprimé : « Soudain, je venais au camp plusieurs fois par semaine. Un soir, nous avons dit : « Faisons en sorte que tout le monde réalise une bande-annonce de film et la joue comme une pièce de théâtre. C’étaient des pièces de théâtre de 10 minutes. Un groupe voulait faire un film de gangsters, l’autre un film de zombies. Tout ce que ces gens faisaient, c’était attendre et devenir fous. Parce que tout ce qu’on fait, c’est dormir avec son téléphone en attendant un appel du système d’asile. »

En fait, Deshe définit le genre de son film comme un film de purgatoire. « Vous êtes dans un no man’s land purgatoire, un endroit dangereux et horrible où personne ne s’occupe de vous et où vous êtes complètement déshumanisé. On vous traite comme un déchet. Cette œuvre vous rappelle que ce n’est pas la vraie vie. »

Le film est centré sur deux frères, joués par les anciens demandeurs d’asile Abdulrahman Diab et Osama Hafiry, qui attendent leur appel tout en faisant des croquis. Pendant ce temps, le camp lui-même commence à se fondre dans des formes fantastiques – une maladie du sommeil prend le dessus, la possibilité d’une nouvelle invention remarquable plie le temps et l’espace. Les frères peuvent se battre, mais ils plaisantent et rient aussi.

Xoftex illustre la magie et le mystère de l'esprit
Xoftex illustre la magie et le mystère de l’esprit

« Les vrais frères rêvaient d’aller en Suède et ils y sont finalement allés. Je les ai filmés tout au long de ce processus. Il y a donc un documentaire, qui est un film frère de ce film, qui sera prêt dans les 10 prochains mois. »

On est loin de la misère crue du réalisme social : « Si vous ne montrez que la réalité brute, vous risquez de victimiser les gens et de les déshumaniser, car vous ne montrez pas leurs aspirations, ni leurs fantasmes. Vous ne montrez pas qu’ils sont drôles, talentueux ou qu’ils ont du potentiel. L’expérience consiste à créer un espace plus intime. À abandonner cette réalité documentaire et à vous emmener dans le documentaire du rêve. »

Le film a été tourné avec un très petit budget en Allemagne avec l’aide de Château de cartes Le créateur Beau Willimon et un autre allié surprenant : « Nous avons eu beaucoup de chance de rencontrer à Berlin le chef de l’unité antiterroriste allemande qui était en charge de tous les camps de réfugiés. Il était adorable. Nous sommes allés à Tempelhof à Berlin. C’était un camp immense. Il nous a dit qu’il y avait un endroit où étaient entreposées toutes les maisons qui ressemblaient beaucoup à celles qu’ils ont en Grèce. Et nous pourrions l’utiliser comme décor. C’était étonnamment similaire à Xoftex, et avec un peu de magie cinématographique, nous pourrions faire en sorte que cela fonctionne. »

La robotique et l’extrême droite

Revenons donc au présent. Le parti de Marine Le Pen a renforcé sa présence parlementaire en France ; Giorgia Meloni et Victor Orban sont au pouvoir respectivement en Italie et en Hongrie, tandis que les Pays-Bas sont également dirigés par un parti d’extrême droite. La xénophobie n’a jamais été aussi répandue. Comment Deshe voit-il l’avenir ?

« Nous sommes arrivés à un point très dangereux : nous ne lisons plus les nouvelles et nous nous laissons guider par un algorithme dont le but principal est de créer de la haine, car il est alimenté par nos mécanismes de gratification instantanée. Ces mécanismes sont très faciles à alimenter. Si la personne veut satisfaire son ego, c’est ce que vous allez manger dans votre régime médiatique. Si vous voulez de l’amour sous toutes ses formes, c’est ce que vous allez manger. Et beaucoup de gens veulent haïr, parce qu’ils sont en colère, alors ils sont nourris d’une manière qui érode complètement l’idée de complexité des récits. Lorsque vous ne consommez que des titres qui correspondent à votre récit, qui justifient quelque chose que vous pouvez citer très rapidement, vous êtes robotisé. »

Quel rôle jouent les cinéastes pour contrer ce processus ?

« Je vois mon travail comme quelque chose de très simple. Vous prenez une lampe de poche, vous allez quelque part où vous sentez que vous devez la pointer. Parfois, c’est un appareil photo, parfois c’est un morceau de musique, tout ce que vous pouvez faire, vous devez le faire avec cette lampe de poche. Dans le meilleur des cas, c’est un film qui sera présenté dans un festival incroyable, comme ici. Ce n’est pas comme si vous alliez ressentir les répercussions, mais vous devez parler des choses qui vous dérangent vraiment. Vous devez parler de Gaza, et vous devez parler de ce qui se passe en Palestine et en Israël et au Liban, et en Syrie, et en Ukraine qui soudainement ne fait plus tellement la une des journaux. Et au Soudan et au Congo. Ce mouvement social qui se produit… c’est beau de voir ce qui se passe. Et c’est mondial. »

Peut-être pourrions-nous ajouter, en revenant à l’empathie, qu’avec les algorithmes qui encouragent la haine, nous devons redevenir des machines à empathie.

Laisser un commentaire

10 − neuf =