Julian Assange greets supporters outside the Ecuadorian embassy in London, May 19, 2017.

Jean Delaunay

WikiLeaks Julian Assange entame la dernière bataille juridique au Royaume-Uni pour éviter son extradition vers les États-Unis

Le fondateur de WikiLeaks, qui a été inculpé de 18 chefs d’accusation aux États-Unis, pourrait être extradé si le tribunal de Londres se prononçait contre lui.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, fait face à ce qui pourrait être sa dernière audience devant un tribunal au Royaume-Uni pour éviter d’être extradé vers les États-Unis pour espionnage.

La Haute Cour de Londres entendra deux jours de débats à partir de mardi pour savoir si l’homme de 52 ans – qui lutte contre l’extradition depuis plus d’une décennie – pourrait bloquer son transfert vers les États-Unis.

Le journaliste australien est emprisonné à la prison HM de Belmarsh depuis avril 2019, après avoir passé des années en exil à l’ambassade d’Équateur dans la capitale britannique.

Assange a été inculpé de 18 chefs d’accusation pour la publication de centaines de milliers de documents classifiés en 2010 sur Wikileaks, qui ont révélé les actes répréhensibles de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Parmi les accusations, il y a 17 chefs d’espionnage et une accusation d’utilisation abusive d’ordinateurs.

Son extradition a déjà été bloquée une fois en 2021 par un juge de Londres car le journaliste australien risquait de se suicider s’il était détenu dans une prison américaine.

Les avocats d’Assange devraient demander aux juges de la Haute Cour d’accorder une nouvelle audience en appel pour leur client.

Si les deux juges – Victoria Sharp et Jeremy Johnson – se prononcent contre le journaliste, celui-ci pourra alors faire appel à la Cour européenne des droits de l’homme pour bloquer son extradition.

Ses partisans craignent qu’il ne soit extradé vers les États-Unis avant de pouvoir faire appel devant la Cour européenne et ont promis deux jours de manifestations devant la Haute Cour de Londres.

« Cette audience marque le début de la fin de l’affaire d’extradition, car les motifs rejetés par ces juges ne peuvent plus faire l’objet d’un appel au Royaume-Uni, ce qui rapproche dangereusement Assange de l’extradition », a déclaré Reporters sans frontières.

Le Parlement australien a demandé la semaine dernière le retour du journaliste dans son pays d’origine.

« Quelle que soit la position des gens, cette situation ne peut pas continuer indéfiniment », a déclaré le Premier ministre Anthony Albanese.

Laisser un commentaire

onze − quatre =