A demonstrator gestures while arguing with the police during a protest against the

Jean Delaunay

Von der Leyen condamne la violence alors que le parlement géorgien adopte une « loi russe »

Les critiques craignent que ce texte ne soit utilisé pour étouffer la presse et les organisations non gouvernementales et faire dérailler les chances du pays d’adhérer à l’Union européenne. La Géorgie est pays candidat depuis décembre 2023.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a condamné les violences policières en Géorgie qui se sont poursuivies après l’adoption d’une loi controversée sur la transparence en matière d’influence étrangère en deuxième de trois lectures au Parlement.

Écrivant sur X, von der Leyen a déclaré : « Je suis la situation en Géorgie avec une grande inquiétude et je condamne la violence dans les rues de Tbilissi ».

« Le peuple géorgien souhaite un avenir européen pour son pays. La Géorgie se trouve à la croisée des chemins. Elle doit maintenir le cap sur la voie de l’Europe. »

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, publie sur X la violence en Géorgie

Surnommé « loi russe », le projet de loi exige que les médias et les organisations non commerciales s’enregistrent comme « poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère » s’ils reçoivent plus de 20 % de leur financement de l’étranger.

Une législation similaire adoptée en Russie a été utilisée pour contribuer à faire taire les voix et les groupes critiques à l’égard du Kremlin.

Les critiques craignent que ce texte ne soit utilisé pour étouffer la presse et les organisations non gouvernementales et faire dérailler les chances du pays d’adhérer à l’Union européenne. La Géorgie est pays candidat depuis décembre 2023.

« Je pense que la volonté des gens de se battre pour leur liberté, pour leur avenir européen, est si grande que nous allons certainement vaincre et défendre notre liberté, peu importe le temps que cela prendra », a déclaré Elene Khostaria, leader du parti. Parti d’opposition Droa.

« Nous protesterons et nous gagnerons », a-t-elle déclaré.

Le soutien à l’adhésion à l’UE parmi les 3,7 millions de citoyens géorgiens atteint 81 %, selon un sondage réalisé en 2022 par l’Institut national démocratique.

Mais les partisans du projet de loi, proposé par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien, estiment qu’il est nécessaire de garantir la transparence et la souveraineté nationale.

Le président Salomé Zourabichvili a critiqué sur les réseaux sociaux la réponse de la police aux manifestations de mardi soir, qui ont vu certains manifestants battus et au moins 63 personnes arrêtées.

Elle a qualifié les violences policières de « totalement injustifiées, non provoquées et disproportionnées ».

Zourabichvili s’est engagé à opposer son veto au projet de loi, mais le parti au pouvoir peut l’annuler en recueillant 76 voix.

Laisser un commentaire

14 + quinze =