Here’s why you need to stay away from Roman Polanski’s ‘The Palace’

Jean Delaunay

Voici pourquoi vous devez rester à l’écart du « Palais » de Roman Polanski

Le dernier film de 90 ans, « Le Palais », a enfin obtenu sa distribution en France. Voici pourquoi vous devriez l’éviter à tout prix.

Cela se produit… Et ceci est un avertissement préventif.

Sept mois après sa première mondiale Hors Compétition à la Mostra de Venise, le dernier film de Roman Polanski Le palais a été acquis par une société de distribution française – avec une date de sortie fixée au 15 mai.

« Personne ne voulait du film », a déclaré Sébastien Tiveyrat, directeur de Swashbuckler Films, spécialisé dans les films de patrimoine.

« Je ne m’intéresse qu’au cinéma, pas à autre chose », a ajouté Tiveyrat, qui a admis à Variety qu’il n’avait même pas vu le film mais est convaincu qu’il connaîtra du succès en France où les films de Polanski ont traditionnellement surperformé. son film précédent, l’excellent Un officier et un espionqui a ensuite récolté 12 nominations aux César 2019 – dont celui du meilleur réalisateur qui a déclenché la première vague de révélations #MeToo en France.

Le distributeur doit maintenant trouver des cinémas disposés à projeter le film, présenté en l’absence du réalisateur à Venise – mais sur le refrain de « Vergogna ! » (« Honte ! ») et collages féministes placardés dans la ville, la cinéaste de 90 ans est devenue un symbole d’impunité pour les auteurs de violences sexuelles dans l’industrie cinématographique.

« Roman Polanski est un grand cinéaste », a ajouté Tiveyrat.

C’est peut-être le cas, mais voici l’avertissement annoncé précédemment : Le palais n’est pas l’œuvre d’un grand cinéaste.

Certes, peu de cinéastes ont une filmographie impeccable ; cependant, il n’est pas exagéré d’affirmer que le dernier film de Polanski ne peut même pas être qualifié de « cinéma ». C’est un canal radiculaire visuel.

Affiche pour Le Palais
Affiche pour Le Palais

En tant que fan des films de Polanski – Le bébé de Romarin, quartier chinois et Le pianiste sont des films impeccables, et j’ai un faible pour La Neuvième Porte et L’écrivain fantôme – Je peux affirmer sans hésiter que c’est le pire film sur lequel le réalisateur franco-polonais ait jamais signé.

Croyez-moi sur parole. J’ai souffert de cette « comédie noire absurde et provocatrice » pour que vous n’ayez pas à le faire.

Il suit une panoplie d’invités ultra riches et choyés qui arrivent à l’hôtel avant une somptueuse fête du Nouvel An à la veille de l’an 2000. Les serveurs, les cuisiniers et les réceptionnistes sont tous en état d’alerte pour répondre à tous leurs besoins et distraire le plus des clients paranoïaques qui craignent que le Millennium Bug n’annonce la fin du monde.

C’est une satire atrocement mauvaise qui tente désespérément de canaliser une partie de l’énergie de Ruben Östlund, un film qui pense que le summum de la comédie est la défécation, la fumée d’herbe et un chien qui baise un pingouin CGI. Cela a l’air bon marché, c’est aussi drôle que de courir face la première dans une hélice en rotation, et malgré la présence de John Cleese, Mickey Rourke, Fanny Ardant et Joaquim de Almeida, il n’y a pas une seule qualité rédemptrice à trouver.

J’ai du mal à me souvenir d’un film qui rate sa cible de façon aussi spectaculaire, et si Le palais se trouve être le dernier film de l’homme de 90 ans, il serait triste de voir un héritage déjà terni se terminer d’une manière aussi turgescente. Là encore, soumettre le public à une telle pourriture cérébrale siphonne beaucoup de sympathie déjà élimée en matière d’héritage.

Même si vous pensez que l’art doit être séparé de l’artiste et que vous êtes capable de mettre de côté la litanie des accusations d’agression sexuelle et les discussions sur l’annulation de la culture, il n’y a tout simplement aucune excuse pour un tel film.

La sortie en salles de Le palais va probablement déclencher un nouveau tollé en France, alors que le pays est confronté à un nouveau bilan MeToo, à la suite de l’indignation suscitée par l’acteur Gérard Depardieu et des réalisateurs tels que Benoît Jacquot. Et même si ma mise en garde cinématographique devrait être étayée par le fait que la date de sortie française coïncide avec l’ouverture du Festival de Cannes – ce qui n’est pas le moment idéal pour les nouveautés, étant donné que certains films cannois sortent dans les cinémas français en même temps. tels qu’ils sont présentés sur la Croisette – je réitère néanmoins mon plaidoyer. Pour votre bien, restez à l’écart.

La vie est déjà assez difficile comme elle l’est sans soumettre vos rétines à Le palais.

Le palais est déjà sorti en Italie, en Pologne, en Hongrie et en Allemagne. Le Portugal suivra (4 avril) puis la France (15 mai). Bonne chance avec ça.

Laisser un commentaire

11 + neuf =