Voici pourquoi l’UE devrait approfondir ses relations avec l’Asie centrale

Jean Delaunay

Voici pourquoi l’UE devrait approfondir ses relations avec l’Asie centrale

Même si les avantages économiques et diplomatiques sont évidents, la véritable victoire pour l’UE résiderait dans l’élaboration d’un récit de partenariat et de progrès partagé, écrit Emil Avdaliani.

La semaine dernière, le chancelier allemand Olaf Scholz a tenu un sommet historique à Berlin avec les dirigeants des cinq États d’Asie centrale.

Si le sujet principal était de savoir comment faire progresser les liens régionaux et économiques avec le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan, l’accent sous-jacent était sans aucun doute sur la géopolitique.

Les relations entre les pays d’Asie centrale et la Russie se sont détériorées depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par Moscou l’année dernière, donnant aux cinq pays une plus grande marge de manœuvre en matière de politique étrangère.

Cette situation offre à l’UE l’opportunité d’élargir ses liens avec l’Asie centrale et de jouer un rôle plus important dans cette région dynamique.

Une solution aux problèmes énergétiques de l’Europe est à portée de main

Il y a de nombreux avantages à ce que l’Europe approfondisse ses liens avec l’Asie centrale.

Premièrement, alors que les pays européens cherchent à relever les défis de la sécurité énergétique, notamment leur dépendance à l’énergie russe, la diversification des sources d’énergie devient cruciale.

Le renforcement des liens avec le Kazakhstan, le plus grand des États d’Asie centrale, tant géographiquement qu’économiquement, peut offrir une solution aux problèmes énergétiques de l’Europe.

Le Kazakhstan, doté d’abondantes réserves de pétrole et de minéraux, fournit déjà du pétrole au marché allemand via l’oléoduc Druzhba, qui part de la Russie et s’étend vers plusieurs destinations européennes.

Peter Léonard/AP
Un technicien enfile ses gants sur l’île A du champ pétrolifère offshore de Kashagan, dans l’ouest du Kazakhstan, en octobre 2012.

Depuis début 2023, le Kazakhstan a exporté 500 000 tonnes de pétrole vers l’Allemagne. Après des entretiens avec le chancelier Scholz la semaine dernière, le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev a déclaré qu’Astana était prête à augmenter ses approvisionnements et à les assurer à long terme.

Le Kazakhstan et plusieurs autres États d’Asie centrale sont également riches en métaux des terres rares, importants pour la transition énergétique verte.

Ces métaux jouent un rôle central dans la fabrication d’une vaste gamme de technologies, depuis les smartphones et les éoliennes jusqu’aux batteries rechargeables pour véhicules électriques. Actuellement, l’Europe dépend fortement de la Chine et de la Russie pour ces minéraux indispensables.

Le Middle Corridor, une avancée majeure

Compte tenu des relations complexes et parfois tendues avec la Chine et en particulier avec la Russie, l’Europe devrait chercher de manière proactive à diversifier ses chaînes d’approvisionnement en terres rares, et un partenariat plus approfondi avec les pays d’Asie centrale pourrait constituer une démarche stratégique dans cette direction.

Cependant, de nombreuses chaînes d’approvisionnement et principales routes commerciales entre l’Asie et l’Europe passent par la Russie, ce qui pourrait poser des problèmes si les relations restent tendues ou se détériorent davantage.

Alexandre Verchinine/AP
Les gens se rassemblent pour la cérémonie d’inauguration du monument à Achgabat, mai 2015

Par conséquent, les pays d’Asie centrale et d’Europe souhaitent établir des routes commerciales alternatives. Contournant la Russie, la route commerciale transcaspienne, également connue sous le nom de corridor du milieu, se présente comme une voie particulièrement prometteuse pour renforcer les échanges commerciaux entre l’Asie et l’Europe via le Caucase du Sud et le Kazakhstan.

Les temps de transport sur cet itinéraire ont été réduits de 38 à 53 jours l’année précédente à seulement 19 à 23 jours. L’objectif est de réduire encore ce délai à 14-18 jours.

Lors de sa visite à Berlin, le président Tokayev a proposé de mettre en synergie la route transcaspienne avec le réseau de transport transeuropéen et l’initiative Global Gateway de l’UE, une stratégie mondiale visant à rivaliser avec d’autres projets mondiaux en investissant dans des projets d’infrastructure et en établissant des partenariats économiques.

Faire tomber le Kremlin de son perchoir

La guerre en Ukraine, amplifiée par les actions agressives de la Russie, souligne la nécessité urgente pour Bruxelles de renforcer ses alliances stratégiques, en particulier dans une région traditionnellement sous influence russe importante.

En approfondissant ses relations avec les pays d’Asie centrale, l’Europe élargit non seulement sa coopération économique et politique, mais elle contrecarre également stratégiquement la domination russe, obtenant ainsi des avantages géopolitiques significatifs.

Lors de ses discussions avec Scholz, Tokaïev a souligné que le Kazakhstan respecterait les sanctions occidentales imposées à la Russie.

Mikhaïl Klimentiev/Spoutnik
Le président russe Vladimir Poutine et le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev au Kremlin, novembre 2022

Le Kazakhstan, notamment, a exprimé son vif intérêt pour l’élargissement de ses liens avec l’Occident.

Bien qu’il entretienne des liens économiques et culturels étroits avec la Russie, le Kazakhstan a refusé de soutenir l’invasion de l’Ukraine par son voisin, appelant plutôt à la fin des hostilités et au début de négociations de paix conformément aux principes de la Charte des Nations Unies.

Lors de ses discussions avec Scholz, Tokaïev a souligné que le Kazakhstan respecterait les sanctions occidentales imposées à la Russie.

Déclencher un jeu de domination ne devrait pas être envisagé

Cependant, même si l’Europe peut tirer parti de la situation actuelle, elle doit rester consciente du paysage géopolitique complexe de l’Asie centrale.

L’UE devrait éviter de déclencher un nouveau « grand jeu » pour la domination en Asie centrale, car aucune nation ne veut être perçue comme un simple pion.

Il est important de reconnaître que déplacer complètement l’influence de la Russie et de la Chine n’est pas seulement irréalisable, mais pourrait également ne pas être dans le meilleur intérêt stratégique des pays d’Asie centrale.

Même si les avantages économiques et diplomatiques sont évidents, la véritable victoire pour l’UE résiderait dans l’élaboration d’un récit de partenariat et de progrès partagé.

AP/Copyright 2022 L'AP.  Tous droits réservés
Le ministre ouzbek des Affaires étrangères Vladimir Norov et le chef de la politique étrangère de l’UE Josep Borrell à Samarkand, novembre 2022

Compte tenu de sa position géographique et de ses liens historiques, l’Asie centrale s’efforcera invariablement de maintenir des relations équilibrées avec ses principaux voisins.

Tokaïev, par exemple, a récemment déclaré que le Kazakhstan poursuivrait sa coopération avec ses principaux alliés sur toutes les questions stratégiques, conformément à sa politique étrangère « multi-vecteurs ».

L’approche de l’Asie centrale visant à favoriser des liens positifs avec tous les principaux acteurs peut à terme promouvoir la stabilité et la collaboration dans l’ensemble de la région eurasienne.

Et même si les avantages économiques et diplomatiques sont évidents, la véritable victoire pour l’UE résiderait dans l’élaboration d’un récit de partenariat et de progrès partagé.

Une telle approche inclusive et collaborative pourrait bien être ce que recherche l’Asie centrale.

Laisser un commentaire

20 − huit =