Civil defense members gather at the site of a burned vehicle targeted by a U.S. drone strike in east Baghdad, Iraq, Wednesday, Feb. 7, 2024.

Jean Delaunay

Une frappe de drone américain à Bagdad tue un chef de milice de haut rang lié aux attaques contre les troupes américaines

Il s’agit de la dernière mesure de représailles prise par les forces américaines à la suite d’une attaque contre une base en Jordanie qui a tué trois soldats américains le mois dernier.

Une frappe de drone américain a touché une voiture mercredi soir à Bagdad, la capitale irakienne, tuant un haut responsable d’une milice soutenue par l’Iran, qui serait responsable des attaques contre les troupes américaines au Moyen-Orient.

Wissam Muhammad Sabir Al-Saadi était un commandant de haut rang du Kataib Hezbollah et était responsable d’avoir « directement planifié et participé » à des actions violentes contre des militaires et des actifs militaires américains. Il était le commandant en charge des opérations du groupe en Syrie.

La mort d’Al-Saadi a été confirmée à l’Associated Press par deux responsables des milices soutenues par l’Iran en Irak, qui ont parlé sous couvert d’anonymat.

Le gouvernement irakien a condamné l’attaque, la qualifiant de « violation hostile » de la souveraineté du pays. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part des responsables américains.

La frappe de précision sur une artère principale du quartier de Mashtal, dans l’est de Bagdad, constitue la dernière action de représailles des forces américaines à la suite d’une attaque de drone qui a tué trois soldats américains en Jordanie le mois dernier.

Des Irakiens se rassemblent sur le site d'un véhicule incendié visé par une frappe de drone américain dans l'est de Bagdad.
Des Irakiens se rassemblent sur le site d’un véhicule incendié visé par une frappe de drone américain dans l’est de Bagdad.

Cette frappe a eu lieu quelques jours après que l’armée américaine a lancé une attaque aérienne contre des dizaines de sites en Irak et en Syrie utilisés par des milices soutenues par l’Iran et par les Gardiens de la révolution iraniens.

Les États-Unis ont imputé l’attaque en Jordanie à la Résistance islamique en Irak, une large coalition de milices soutenues par l’Iran, et des responsables ont déclaré soupçonner en particulier le Kataib Hezbollah d’en être à la tête.

La Résistance islamique en Irak a régulièrement revendiqué des frappes contre des bases abritant des troupes américaines en Irak et en Syrie sur fond de guerre entre Israël et le Hamas, affirmant qu’elles étaient en représailles au soutien de Washington à Israël.

Le Kataib Hezbollah a publié une déclaration après la frappe en Jordanie, affirmant qu’il suspendait les attaques contre les troupes américaines pour éviter « d’embarrasser le gouvernement irakien », mais d’autres groupes ont promis de poursuivre les combats.

Dimanche, la Résistance islamique en Irak a revendiqué une attaque de drone contre une base abritant des troupes américaines dans l’est de la Syrie. La frappe a tué six combattants des Forces démocratiques syriennes, un groupe dirigé par les Kurdes et allié des États-Unis.

La dernière vague de violence au Moyen-Orient est survenue peu après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté mercredi les conditions proposées par le Hamas pour un accord de libération des otages qui conduirait à un cessez-le-feu permanent à Gaza, promettant de poursuivre la guerre jusqu’à « la victoire absolue ». »

Laisser un commentaire

7 − 1 =