Une décennie à la tête de l'Otan : pourquoi est-il si difficile de remplacer Jens Stoltenberg ?

Jean Delaunay

Une décennie à la tête de l’Otan : pourquoi est-il si difficile de remplacer Jens Stoltenberg ?

Les chaussures de Jens Stoltenberg s’avèrent grandes à remplir.

Alors que les dirigeants se réunissent à Vilnius pour le sommet de l’OTAN cette semaine, une chose qui ne sera pas à l’ordre du jour est la nomination d’un nouveau chef pour succéder à Stoltenberg à la fin de l’année.

C’est parce que le mandat du Norvégien a été prolongé d’un an pour la deuxième fois, bien qu’il ait précédemment annoncé son intention de démissionner, soulignant à quel point il est difficile de nommer un nouveau secrétaire général.

Le prochain chef de l’OTAN sera désormais probablement nommé en 2024, lorsque les élections européennes déclencheront un remaniement des postes les plus élevés de l’UE.

Cela pourrait encore compliquer l’équilibre politique de la nomination d’un successeur.

Selon les rumeurs, de nombreux dirigeants européens seraient en lice pour ce poste, notamment la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Mais des intérêts politiques et des préférences personnelles contradictoires signifient que la sélection du prochain chef de l’OTAN mettra à l’épreuve la capacité de compromis de l’alliance.

Une décision politiquement lourde

Le rôle de chef de l’OTAN est nommé à la suite de discussions diplomatiques informelles entre les États membres et a toujours été détenu par un Européen. Le chef militaire, le Commandant suprême allié en Europe, a toujours été un Américain.

Alors que la guerre sur le sol européen se poursuit, le rôle comporte une responsabilité et un poids politique importants.

« La recherche d’un nouveau secrétaire général n’est pas un processus concurrentiel, c’est un processus politique », selon Bruno Lété, chercheur principal au German Marshall Fund.

« Toute une série d’intérêts des États membres doivent être pris en compte. Et les États membres se battent dans les couloirs diplomatiques pour faire passer leurs préférences de candidats sur le devant de la scène.

« Son mandat prolongé (de Stoltenberg) nous indique probablement que l’OTAN n’était pas unie en interne sur qui pourrait devenir le prochain secrétaire général. Et cette désunion est quelque chose dont il faut s’inquiéter », a-t-il ajouté.

Le président français Emmanuel Macron serait réticent à accepter un candidat non membre de l’UE. Il compterait sur le nouveau chef de l’OTAN pour réaliser sa vision de ‘autonomie stratégique », une UE moins dépendante des États-Unis pour sa sécurité militaire.

Il sera essentiel d’équilibrer les intérêts transatlantiques.

Le sceau d’approbation de Washington

Alors que le rôle est décidé par consensus, l’approbation de Washington est essentielle. Tout candidat doit être approuvé par le président américain.

Proposée par le Premier ministre Rishi Sunak, la candidature du secrétaire britannique à la Défense Ben Wallace aurait été bloquée par le président Biden après que le Royaume-Uni a annoncé son intention de former des pilotes ukrainiens sur des avions F-16 de fabrication américaine sans consultation avec les États-Unis.

Wallace était également auparavant soldat en Irlande du Nord pendant les Troubles, un problème qui tient à cœur à Joe Biden compte tenu de son origine irlandaise.

Des rapports récents suggèrent que Biden favorise la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Ancienne ministre allemande de la Défense, elle apporterait une expérience pertinente et des antécédents en matière d’obtention d’un soutien unanime pour l’Ukraine.

Les élections européennes de 2024 auront lieu des mois avant la fin du mandat de Stoltenberg. Si von der Leyen décide de ne pas se présenter au poste le plus élevé de la Commission ou ne parvient pas à obtenir le soutien de la majorité au Parlement européen, elle pourrait émerger comme le remplaçant naturel.

Mais selon Lété, certains États membres de l’OTAN ont exprimé une forte opposition à von der Leyen en raison de ses performances antérieures en tant que ministre de la Défense.

Briser le plafond de verre

Von der Leyen cocherait également une case supplémentaire pour les États membres appelant l’alliance à nommer une femme successeur.

D’autres femmes dirigeantes appelées à remplacer Stoltenberg n’ont apparemment pas réussi à convaincre les dirigeants. En juin, la Première ministre danoise Mette Frederiksen a été grillée dans ce qui semblait être un entretien d’embauche par Biden et le chef de la CIA lors d’un voyage à Washington.

Le Danemark est considéré comme un ardent défenseur du soutien de l’OTAN à l’Ukraine sans le bagage politique des pays situés sur le flanc oriental. Mais le budget militaire du paysà 1,38 % du PIB, est bien en deçà du seuil de 2 % de l’OTAN.

Selon les rumeurs, la Première ministre lituanienne Ingrida Šimonytė et la Première ministre estonienne Kaja Kallas seraient également en lice.

Mais un dirigeant d’un État de l’Est pourrait risquer d’exacerber les tensions avec la Russie. Kallas est un critique virulent du Kremlin qui a poussé à plusieurs reprises Bruxelles à imposer des sanctions plus sévères à la Russie. Une nomination lituanienne pourrait également mettre davantage à rude épreuve les relations Chine-OTAN, compte tenu de la position belliciste du gouvernement de Šimonytė à l’égard de Pékin.

Calme, cool, cohérent

Stoltenberg laisse la barre haute lorsqu’il s’agit de diriger la tête froide en temps de crise.

Ancien envoyé de l’ONU pour le climat et Premier ministre de la Norvège, il est un diplomate chevronné et un médiateur expérimenté. Il était également un militant anti-guerre dans sa jeunesse et a admis avoir lancé des pierres sur l’ambassade des États-Unis pour protester contre la guerre du Vietnam dans les années 1970.

Il a réussi à maintenir l’unité de l’alliance pendant l’une des plus grandes menaces à la sécurité de son histoire, malgré des opinions divergentes sur l’étendue du soutien de l’alliance à l’Ukraine.

« L’OTAN a cruellement besoin de son expérience », a déclaré Lété.

Avant l’invasion de l’Ukraine, il a également géré avec succès la rébellion au sein de son alliance, des menaces de retrait de Donald Trump à l’accusation de Macron l’alliance de la « mort cérébrale ».

Il doit maintenant naviguer prudemment dans la résistance au sein de son alliance pour assurer la ratification de l’adhésion de la Suède.

Alors qu’aucune discussion sur un éventuel successeur n’aura lieu lors du sommet de Vilnius, les dirigeants seront sans aucun doute à la recherche d’un candidat capable de maintenir l’unité de l’alliance en temps de guerre.

Interrogé en février sur les conseils qu’il donnerait à son successeur, Stoltenberg a répondu: « Pour garder l’Europe et l’Amérique du Nord ensemble. »

Laisser un commentaire

4 × deux =