Une barge d'hébergement pour demandeurs d'asile arrive alors que le Royaume-Uni adopte un projet de loi controversé sur la migration

Jean Delaunay

Une barge d’hébergement pour demandeurs d’asile arrive alors que le Royaume-Uni adopte un projet de loi controversé sur la migration

Une barge d’hébergement pour demandeurs d’asile arrive alors que le Royaume-Uni adopte un projet de loi controversé sur la migration qui vise à expulser des personnes vers des pays « sûrs » comme le Rwanda.

Une barge d’hébergement est arrivée dans la ville anglaise de Portland, dans le Dorset, où elle hébergera 500 demandeurs d’asile.

Le Bibby Stockholm est arrivé un mois plus tard que prévu, et quelques heures seulement après que le parlement britannique a adopté un projet de loi controversé sur la migration que les Nations Unies ont qualifié de contraire au droit international.

En vertu de la nouvelle loi, toute personne atteignant le pays illégalement par bateau se verra refuser le droit de demander l’asile au Royaume-Uni. Il comprend également des mesures pour transférer toutes les arrivées irrégulières vers des pays tiers « sûrs » comme le Rwanda, bien que le plan rwandais ait jusqu’à présent été bloqué par la Cour d’appel.

Les premiers demandeurs d’asile devraient monter à bord du Bibby Stockholm plus tard ce mois-ci.

Le bateau et le projet de loi font tous deux partie de la stratégie du Premier ministre Rishi Sunak visant à empêcher les migrants d’atteindre le Royaume-Uni dans de petits bateaux à travers la Manche.

En 2022, plus de 45 000 personnes l’ont fait et plusieurs ont perdu la vie dans cette tentative.

La législation a déjà été adoptée par le Parlement et n’a plus besoin que de l’approbation du roi Charles III pour devenir loi.

Le plan rwandais de Boris Johnson

Le plan rwandais, annoncé l’année dernière par le Premier ministre de l’époque, Boris Johnson, a été bloqué à la dernière minute par la Cour européenne des droits de l’homme – qui est distincte de l’Union européenne – et est toujours embourbé dans des contestations judiciaires.

Le mois dernier, le gouvernement britannique a déclaré qu’il ferait appel d’un jugement de trois juges de la Cour d’appel qui ont statué que le Rwanda ne pouvait pas être considéré comme un pays tiers sûr.

Cette décision faisait suite à une contestation de la politique menée par 10 migrants et une organisation caritative soutenant les demandeurs d’asile.

Sunak a déclaré qu’il respectait le tribunal mais qu’il était « fondamentalement » en désaccord avec les conclusions des juges.

À ce jour, aucun vol d’expulsion vers le Rwanda n’a eu lieu.

Des groupes de défense des droits accusent le Rwanda – dirigé d’une main de fer par le président Paul Kagame depuis la fin du génocide de 1994 qui a tué environ 800 000 personnes – de réprimer la liberté d’expression et l’opposition politique.

Laisser un commentaire

2 × 3 =